Menu

Société Publié

AFAK: Comment promouvoir le civisme au Maroc ?

Les Marocains adoptent-ils un comportement citoyen? Une question rude à laquelle l'association de civisme et de développement AFAK s'est heurtée dans son baromètre du civisme.
Temps de lecture: 2'
DR
50% des Marocains1 avouent avoir grillé un feu rouge, au moins une fois dans leur vie. 52% confient avoir déjà jeté des ordures dans la rue. A lire ces résultats, livrés par l'association AFAK, on pourrait croire à un reniement du civisme chez les Marocains. Mais en réalité, ces derniers commencent à s'inquiéter de leur propre comportement: 72% des personnes interrogées considèrent que la dégradation de l'environnement s'aggrave. Un peu plus de 66% pensent que l'incivisme progresse de façon importante. Enfin, 61% estiment que l'insécurité croît considérablement et 53% trouvent que le fanatisme et l'intolérance se font de plus en plus prégnants.

A en croire Mohamed Ouafa, permanent à l'AFAK, le fait que ces constats puissent être tirés, aujourd'hui, est déjà une avancée remarquable: « Le concept de citoyen se vulgarise. Avant, les gens subissaient et certaines catégories sociales se sentaient marginalisées. Maintenant, beaucoup réagissent, s’expriment, et acceptent de débattre.»

Si les Marocains deviennent sensibles à ces questions, c'est sans doute grâce aux messages élaborés par l'AFAK et diffusés sur plusieurs radios privées, en arabe dialectal. Depuis la création de l'ONG, en 1995, plus d'une centaine de sketchs ont été enregistrés. « C’est le moyen le plus efficace pour toucher tout le monde. Tous nos spots sont d'ailleurs mis à disposition, sur notre site Internet, pour pouvoir être réutilisés par d’autres ONG, par des animateurs, par des enseignants… », précise Mohamed Ouafa. Le baromètre du civisme montre l'efficacité de ce vecteur: 56% des personnes interrogées pensent que la radio a un rôle important dans l'éducation à la citoyenneté. 61% d'entre elles ont d'ailleurs découvert l'association par le biais de ce média. Une étude d'impact, réalisée par l'agence Créargie en 2003, va plus loin: 78% des participants au sondage ont trouvé les campagnes convaincantes.

« Suivre l’évolution des comportements, des attitudes, des valeurs afin d’orienter les actions aussi bien des pouvoirs publics que de la société civile », c'est l'objectif du « projet 2009/2014, la parole donnée aux citoyens » (dont le baromètre du civisme fait partie.) Ainsi, d'autres enquêtes seront réalisées prochainement, sur la politique des villes cette fois-ci, afin d'élaborer un palmarès des communes les plus citoyennes.

Les 300 membres de l'association misent donc sur la citoyenneté, par l'éducation de la population, afin de développer le pays. Présidée par Abderrahim Harouchi (ancien Ministre du développement social, de la famille et de la solidarité, puis de la santé), l'AFAK s'est fait connaître par ses campagnes de communication (SMIC du civisme, affiches sur les élections communales de 2003, sur le travail des enfants...) et par ses interventions sur le terrain, notamment en milieu scolaire. Ces actions convergent vers un seul et unique but, résumé par Mohamed Ouafa: « AFAK a pour mission de réhabiliter un certain nombre de valeurs. On ne peut réussir qu’avec la conjugaison des efforts de tous les Marocains et des autres ONG. Mais aujourd’hui, on est parvenu à poser la question du civisme au Maroc. »
Spot radiophonique d'une campagne AFAK pour la propreté des villes



D'autres spots sont accessibles sur le site web de l'association: www.afak.ma

1: Échantillon de 980 personnes (600 hommes et 380 femmes.) Enquête effectuée dans 14 villes du Maroc, par OMACOM, en décembre 2008.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate