Menu

Politique Publié

Maroc : Le CNDH s’apprête à tourner la page des disparitions forcées des années de plomb

En janvier 2006, Driss Benzekri, le président de l’Instance Equité et Réconciliation, présentait au roi Mohammed VI le rapport final concluant deux années de travail. Dix ans plus tard, l’application de certaines recommandations de l’IER n’a toujours pas été faite et cela risque même de ne jamais être le cas.

Temps de lecture: 2'
DR

Les recommandations de l’Instance Equité et Réconciliation (IER) sont plus que jamais d’actualité. Le CNDH, qui a pris le relais du CCDH pour poursuivre les recherches des tombes des victimes et déterminer les circonstances de leurs décès, s’apprête dans les prochaines semaines à présenter au roi Mohammed VI un rapport final sur les cas de graves violations des droits de l’Homme.

Ce document devrait annoncer la fin des enquêtes et appeler à tourner la page des années de plomb mais sans l’établissement, en contrepartie, de la vérité sur le sort exact de dizaines de disparus politiques. Cela a déclenché une levée de boucliers chez les associations des familles victimes.

Réunies à Rabat à l’occasion d’une conférence placée sous le thème : «Pas de réconciliation sans une solution au dossier des disparitions forcées», elles ont fustigé l’intention attribuée au CNDH de se retirer définitivement de ce dossier. Elles réclament à l’instance officielle de révéler la liste finale des disparus durant les années 60, 70, 80 et 90 et surtout de poursuivre les responsables de ces violations.

66 cas non-résolus selon l’IER

C’est le Conseil consultatif des droits de l’Homme installé par Hassan II en 1990 qui s’était penché le premier sur cet épineux dossier. Il avait alors dénombré 742 cas de disparitions forcées. Ce travail important a permis à l’Instance Equité et Réconciliation, mise en place par Mohammed VI en 2004 et confiée à Driss Benzekri, un ancien détenu politique, d’enquêter et d’identifier des fosses communes à Casablanca, Fès ou Nador où étaient enterrés des personnes portées disparues depuis plusieurs années.

Au terme de son mandat, l’IER s’était dite incapable de révéler le sort de 66 cas dont ceux de Mehdi Ben Barka et Houcine Manouzi. Au Sahara occidental, l’IER avait établi dans son rapport final que «12 personnes décédées n’ont pu être identifiées, alors que 4 autres, blessées, arrêtées et hospitalisées sont décédées dans les hôpitaux et ont été enterrées dans des cimetières localisés».

Pour rappel, le Maroc a signé le 6 février 2007 et ratifié le 14 mai 2013 la Convention pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, sans reconnaître la compétence du Comité pour les disparitions forcées de l’ONU.

Soyez le premier à donner votre avis...
Aucun CNDH...
Auteur : Bodler
Date : le 12 février 2016 à 10h25
... ou tout autre "machin" n'a et n'aura jamais ce pouvoir-là - car il appartient et appartiendra toujours à la, à notre mémoire collective !
D'abord, pour que plus jamais "ça" ! Et que les générations futures, parmi elles notre futur roi (ba'da 'omrin taouil, n'am sidi !) et les futurs premiers ministres, se gardent bien, lois à l'appui, de donner trop de pouvoir à des petites têtes qui pencheraient vers la tyrannie - au plus grand détriment de notre Nation : Roi et Peuple !
Nous devons, tous, retenir les leçons de notre histoire, le négatif et le positif sur un même pied d'égalité...
Bonne journée à toutes et à tous !
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate