Menu

Sport Publié

Scandale de dopage à l’IAAF : Le Maroc dans le viseur de la commission d’éthique

La semaine dernière tombaient déjà les premières sanctions individuelles de la commission d’éthique de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), dans le scandale mêlant dopage et corruption au sein de l’instance internationale. Aujourd’hui, de nouveaux soupçons pourraient mettre le Maroc dans l’embarras. Plusieurs athlètes marocains auraient payé des pots de vin pour un contrôle négatif.

Temps de lecture: 2'
DR

C’est carrément un appel à témoin que lance l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) pour l’implication d’athlètes marocains et turcs dans le scandale de dopage et de corruption qui est cœur de l’actualité sportive depuis novembre dernier. «Nous recommandons vivement à quiconque qui détient des informations, de les fournir aux autorités compétentes dans leur pays», a déclaré un porte-parole de l'IAAF à la presse spécialisée.

La Russie, la source de l'information

Des irrégularités ont été en effet dénotées par l'Agence d'Anti-dopage Mondiale (AMA),  qui a émis des réclamations auprès de l’IAAF, d’après la même source. Au départ, il s’agissait d’abord de la Russie. Mais, selon les témoignages du président de la Fédération russe d’athlétisme et trésorier de l’IAAF jusqu’en décembre 2014, Valentin Balakhnichev, ainsi que d’après des données du ministère russe des Sports, un système d'extorsion était en place «non seulement en Russie, mais, potentiellement, dans d'autres pays tels que le Maroc et la Turquie».

Ainsi, des athlètes marocains auraient payé de grosses sommes d’argents pour se protéger des contrôles antidopage positifs, toujours selon la même source, qui ne précise cependant pas la fourchette de ces pots de vins. Au Maroc, aucune information ne filtre pour l’instant à ce propos. Nous avons tenté en vain de joindre la Fédération royale marocaine d’athlétisme (FRMA) ainsi que le Comité national olympique marocain (CNOM) pour en savoir plus.

La suite du rapport attendue jeudi

De son côté, l’IAAF entend obtenir plus de précisions ce jeudi 14 janvier à Munich, lors de la présentation de la seconde partie du rapport de la Commission indépendante de l'AMA. La semaine dernière déjà la commission d’éthique de l’IAAF procédait aux premières sanctions  avec notamment la suspension à vie de plusieurs responsables et ex-responsables au sein de la fédération internationale dont Valentin Balakhnichev. A noter que l’ancien président Lamine Diack a été mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé.

Si l’implication d’athlètes marocains dans ces affaires de dopage et corruption est avérée, cela ne fera que ternir davantage l’image de l’athlétisme marocain déjà frappé de plein fouet par la suspension, ces dernières années, de plusieurs athlètes contrôlés positifs aux produits dopants. Le dernier en date n’est autre que le marathonien Abderrahim Bouramdane suspendus pour deux ans en octobre dernier par l’IAAF.

Soyez le premier à donner votre avis...
on est dans tous les mauvais coups
Auteur : bedji
Date : le 13 janvier 2016 à 18h31
Bizarre mais bon on est dans tous les mauvais coups des qù'il se passe qq chose de mauvais dans ce monde (terrorisme en Syrie, dopage,viols du jour de l'An,...)
L'athlète marocain est pauvre
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 13 janvier 2016 à 06h02
" Ainsi, des athlètes marocains auraient payé de grosses sommes d’argents pour se protéger des contrôles antidopage positifs ... "

Depuis quand les athlètes marocains ont de grosses sommes d'argents sachant qu'ils n'ont rien gagné ces dernières années ???


Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com