Menu

Société Publié

Abdellah Taïa, à la fois homosexuel, musulman et Marocain

L’écrivain marocain Abdellah Taïa, vivant en France est connu de tous au Maroc. Pas seulement grâce à sa plume, mais aussi et surtout parce qu’il a été le premier homme de lettres marocain à déclarer publiquement son homosexualité. Le récent lauréat du Prix de Flore 2010 pour «Le jour du roi», a accordé récemment un entretien à l’AFP. Une dépêche qui fait écho à une autre affaire, celle de Karim, homosexuel lui aussi, en passe d’être expulsé de la France vers le Maroc.

Temps de lecture: 2'
DR

Abdellah Taïa n’a pas vraiment fait de nouvelles révélations dans le dernier entretien qu'il vient d'accorder à l'agence de presse française. «Je suis le premier écrivain marocain qui ait parlé ouvertement de son homosexualité, en l'assumant, mais sans tourner le dos au pays d'où je viens», rappelle-t-il. Pour lui, «l'homosexualité n'est pas une cause, mais une liberté individuelle. Il est normal que je défende les homosexuels parce que ce sont des individus opprimés». Dans cet entretien réalisé à Tanger, l’auteur des romans «l’Armée du salut» et «Une mélancolie arabe», a ajouté : «je me sens très attaché au Maroc où je viens plusieurs fois  par an et où je me sens malgré tout comme tout le monde. Je viens du même monde, de la même intelligence». 

«Mon statut d'écrivain me protège»

Abdellah Taïa a été très critiqué au Maroc. Pour autant, il continue de faire le va-et-vient entre la France et le royaume sans être emprisonné. Bien qu'il reconnaisse que  son «statut d'écrivain édité par de grandes maisons françaises [le] protège», ses propos rapportés par l’AFP, minent un peu les arguments avancés par l’avocat de Karim, un autre homosexuel marocain, qui ne veut pas retourner dans son pays par crainte d’être emprisonné.

Ce dernier, est aujourd’hui soumis  à l’obligation de quitter la France puisqu'il est en situation irrégulière. Mais pour éviter l’expulsion de Karim, son avocat Uldrif Astié a soutenu qu’il serait «encore plus démuni, marginalisé, mis au ban par sa famille et notamment son père qui est imam et par la société». Il a ajouté que «Karim est intégré [en France], là-bas il risque la prison. Depuis l'indépendance du Maroc en 1956, des milliers d'homos ont été emprisonnés».

En effet, l’article 489 du code pénal marocain punit l'homosexualité «de six mois à trois ans d'emprisonnement». Mais, comme nous l’avions déjà précisé, Karim ne risque rien, à moins qu’il soit pris en flagrant délit ou qu'il fasse ouvertement de la publicité pour l’homosexualité.

La justice française devait se prononcer sur son cas ce mardi 28 décembre, mais pour l'instant aucune information n'a été rendue publique. Le jeune homme de 25 ans a déjà déclaré préférer la «prison en France que retourner au Maroc...». Pas sur que le tribunal lui laisse le choix entre ces deux possibilités.

Bravo
Auteur : Pierre D
Date : le 27 janvier 2014 à 01h22
Bravo, j'approuve à 100% la très belle intervention de Selderf. Un peu d'indulgence les uns pour les autres, que diable et le monde n'en ira que mieux.
Le seul texte sacré...
Auteur : Selderf
Date : le 05 janvier 2011 à 19h38
...est la Déclaration universelle des droits de l’homme. C’est le seul texte qui peut assurer à tous les humains un avenir porteur d’espoir.
Ce texte est très clair concernant l’homosexualité : en aucun cas l’orientation sexuelle ne peut être un motif légitime pouvant justifier les discriminations et encore moins des sanctions pénales !
La religion, c’est une chose respectable. La liberté de croyance est aussi garantie par la Déclaration universelle des droits de l’homme. Mais la religion doit rester une affaire privée et intime qui ne regarde pas les autres et surtout – surtout ! – qui n’a pas vocation à s’imposer aux autres. Mieux : la religion doit s’effacer devant tout le reste.

Comme en Occident pendant longtemps, les pays de tradition islamiques mélangent la vie de la cité et la religion. Il faut être clair une fois pour toute : en aucune manière la religion ne peut influencer la vie de la cité. La vie de la cité est décidée par des représentants du peuple élus librement. La religion n’y a pas sa place.

Savoir si on peut être musulman et homosexuel, c’est une question qui ne regarde que les croyants. S’il existe des homosexuels assez fous pour accepter de supporter l’intolérance crasse des religions, ça les regarde ! Mais on peut, on a le droit, d’être homosexuel et arabe. Et on peut être arabe et non musulman. Il faudrait arrêter une bonne fois pour toute arrêter de tout confondre : être arabe, ce n’est pas être musulman, et un état arabe, ce n’est pas un état musulman.

Quand arrivera ce qui doit inévitablement arriver pour le bien de l’humanité, c'est-à-dire la démocratie laïque dans tous les pays du monde, savoir si le Coran ou la Bible interdise l’homosexualité sera complètement indifférent : ça ne regardera que les croyants. Car alors, au nom de quoi un état démocratiquement élu pourra s’opposer à l’homosexualité ?

L’homosexualité ne gêne que les croyants. Et j’ai envie de dire : et c’est tant pis pour eux ! Les croyants n’ont pas é décider pour les non-croyants de ce qui est bien ou mal, acceptable ou pas. Quand des gens imposent leur croyance aux autres, c’est de la dictature, ni plus ni moins. Si je veux ne pas être croyant, j’ai le droit. Si je veux m’installer en Tunisie ou ailleurs, j’ai le droit. Si je veux habiter en Tunisie, ne pas être croyant et être homosexuel, j’ai le droit. Le simple fait que je sois humain, que je sois un humain qui ne fait de mal à personne me l’autorise.

En dehors des croyants, définitivement, l’homosexualité ne fait de mal à personne et ne lèse personne. Rien ne peut justifier qu’une loi interdise un comportement qui ne fait de mal à personne. Strictement rien.

Pour finir, une bien jolie interview d’un très grand homme qui dit tout, sans fioriture : http://www.liberation.fr/societe/06012524-robert-badinter-la-penalisation-de-l-homosexualite-est-un-outrage-absolu
Loth et la destruction de Sodome
Auteur : neoneo
Date : le 02 janvier 2011 à 15h59
Je sais pas quoi te répondre. On discute pas d'un sujet de littérature. Être musulman c'est suivre certaines règles. Dès que tu en enfreins une majeure, tu n'es plus musulman. Connais-tu l'histoire du peuple de Loth et la destruction de Sodome ( sodomie ca vient de là ). Ba Dieu a détruit ce peuple là car ils préféraient se sodomiser entre hommes.

Dans le Coran, Dieu interdit l'homosexualité et les rapport entre hommes.

Si tu as un minimum d'éducation islamique tu dirais pas ça. Lis-tu l'arabe classique? connais-tu les principes de base de la religion musulmane? Ou fais-tu simplement comme tous ces gens qui parlent de religion sans rien piger.

Dans toutes les religions monothéistes, la sodomie et l'homosexualité sont interdites.

Et pour revenir à ton exemple sur les règles; si t'es médecin et si que tu enfreins une règle de déontologie, t'es exclu de l'ordre des médecins.

C'est quoi cette mode à vouloir se déclarer musulman ou catholique tout en étant homo, pédophile ou zoophile. Qu'il donne son cul, c'est son affaire, mais qu'il laisse l'Islam tranquille.

Après, on va voir Zahia débarquer et dire, je suis escort-girl musulmane. Elle ajouterait " me faire enculer par Ribery n'est pas en contradiction avec la pratique de ma religion". Cessons.


Bonne et Heureuse Année...
Auteur : Chibani2
Date : le 02 janvier 2011 à 13h21
Tout d'abord sans rancune aucune Chère Mère et je profite pour vous présentez mes Meilleurs Voeux et que Dieu le Tout Puissant vous comble avec vos enfants..
Merci belamri
Auteur : ho1968
Date : le 31 décembre 2010 à 22h54
Votre démarche me touche beaucoup et sincèrement on a énormément à apprendre de vous. Vous avez côtoyé les jeunes et leurs problèmes et en cela vos opinions sont très intéressantes à entendre. Moi aussi je travail dans le milieu de l’éducation et je suis parfaitement d’accord avec vous, les jeunes se braquent quand on les juge et on risque de les perdre à jamais. C’est pour cela que je dis, et ça ne regarde que moi, il faut comprendre et ne jamais juger.
Néanmoins, mon questionnement demeure, j’ai demandé à mes chers amis de développer des arguments en laissant de côté la religion. Simple curiosité. Il me semble que l’homosexualité est un fait de société et ne peut être abordé seulement, je dis bien seulement d’un point de vue religieux.
Je vous salue bien fort.
hassan
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com