Menu

Article

Des chrétiens marocains demandent au roi l'autorisation de célébrer leurs festivités en toute liberté

Après les chiites voilà que les chrétiens marocains sortent de l’anonymat. Un groupe baptisé «Eglise marocaine» demande au roi Mohammed VI, en sa qualité de commandeur des croyants, l'autorisation de célébrer les festivités religieuses de fin d’année dans les lieux de cultes officiels et privés.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Longtemps tapis dans l'ombre, des chrétiens marocains décident de sortir de leur mutisme. Un groupe baptisé «Eglise marocaine» a pris l’initiative de s’adresser, non sans déférence, au roi Mohammed VI, en sa qualité de commandeur des croyants. Le groupe débute en indiquant que ses fidèles «prient Dieu de protéger le Maroc» et souhaitent également un prompt rétablissement au monarque. «Eglise marocaine» affirme que ses membres sont «attachés» à leur pays qui «sous le régime monarchique, jouit de la liberté et la stabilité», ajoutant qu’ils «remercient le roi et le gouvernement pour la sécurité qu’ils [leur] accordent en tant que minorité au Maroc».

L'organisation continue son communiqué en sollicitant le «commandeur des croyants afin d'autoriser la célébration des festivités en toute liberté que ce soit à l’intérieur des maisons ou dans les églises officielles dont certaines [les] accueillent déjà. [Ils] demandent également la fin des restrictions directes ou indirectes».

Deux catégories de chrétiens

Au Maroc, les convertis au christianisme (nés musulmans) ne sont pas libres de pratiquer leur foi. La liberté de conscience n'est pas permise dans les textes. Ce qui explique les procès intentés de temps à autres à des convertis ou le recours à des campagnes d’expulsions de ressortissants européens ou américains accusés de «prosélytisme». La dernière en date était en 2010. Au royaume, la liberté dans l’exercice du culte pour les chrétiens n’est garanti que pour les étrangers.

Ce message de "Eglise marocaine" brise la ligne de conduite observée depuis plusieurs années par les adeptes de Jésus au Maroc. Ce changement s'est opéré de manière graduelle, à la faveur d'une présence accrue sur les réseaux sociaux. Des pages telles «Eglise marocaine libre » ou «Eglise du Maroc » fleurissent sur Facebook. Le Marocain Rachid Al Maghribi, exilé aux Etats-Unis et qui se dit interdit d’entrer au Maroc pour ses convictions religieuses, a même lancé une chaîne sur le net.

Il est encore difficile de donner un nombre exact de chrétiens marocains. Selon les estimations, ils seraient entre 8.000 et 10.000 fidèles.

Soyez le premier à donner votre avis...
???
Auteur : Smara72
Date : le 07 décembre 2015 à 18h09
Le Maroc devrait donner aux chrétiens quand la France traite les musulmans comme les juifs sous hitler???

Les chrétiens ont déjà bien assez de libertés ici, pas besoin de plus. Sinon c'est libre place à l'évangélisation.
Liberte' de pensee, de conscience
Auteur : aqqqqqqqqq
Date : le 04 décembre 2015 à 11h28
L article 220 , du code penale qui interdit toute autre religion .
marocain : sunnite malikite : 99/. avec l exil accelere' des juifs marocains , a cause de l infiltration insidieuse du wahhabisme il de quoi s inquieter.adieu la toletance ! les qq personalites qui osent afficher leur laicite sont sujet a des insultes et meme des menaces.
Liberté de conscience
Auteur : le justicier lettré
Date : le 03 décembre 2015 à 22h05
De par la nature très cosmopolite de la population marocaine, dans son ensemble, nationaux et immigrés, la législation marocaine pour le droit de culte, aura beaucoup de pain sur la planche. Honnêtement, chaque individu devrait jouir de son droit à choisir la religion qui le satisfait et vers laquelle il se penche le plus. Ne dit-on pas que Dieu réside dans nos cœurs !
Excellent
Auteur : UnChamali
Date : le 03 décembre 2015 à 17h35
En tant que Musulman, démontrons notre ouverture, et la réalité de notre pays en autorisant bien sûr les chrétiens à pratiquer leur culte comme ils le souhaitent au Maroc....
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com