Menu

Article

Tourisme : Un vent nouveau souffle sur Dakhla

A Rome fais comme les romains a-t-on l'habitude de dire. A Dakhla fais comme les surfeurs. C'est ainsi que le ministre du Tourisme et le directeur de l'ONMT et de la SMIT ont fait tomber la cravate et enfilé un t-shirt "i love Dakhla" pour présenter la stratégie touristique de la région Grand sud Atlantique.

Publié
Le directeur de la SMIT, le ministre du Tourisme et le directeur de l'ONMT en t-shirt \
Vue sur la lagune de Dakhla / Ph. Yabiladi.com
Restaurant de poisson au bord de la lagune / Ph. Yabiladi.com
Ferme à huitres à Dakhla / Ph. Yabiladi.com
La Dune blanche / Ph. Yabiladi.com
La lagune est très prisée par les passionnés de sports de glisse / Ph. Yabiladi.com
Village touristique Dakhla Attitude / Ph. Yabiladi.com

Dakhla est riche. Riche de son patrimoine, ses paysages, sa culture et ses habitants. C'est un peu tous ces atouts qui ont fait de la région la lauréate du vote des internautes en 2015. Encore faut-il traduire ce potentiel inexploité pour faire du tourisme un levier de la croissance économique pour la ville et sa région. 

Pour se faire, il faut encore relever de nombreux défis, comme ceux liés à la capacité hôtelière et les connexions aériennes directes. "Nous espérons pouvoir bientôt annoncer des liaisons directes entre Dakhla et des capitales européennes telles que Paris ou Londres par exemple", confie Lahcen Haddad, ministre du Tourisme. Il se montre même ambitieux et rêve de Dakhla comme un hub aérien régional pour connecter le Cap Vert, le Sénégal, la Mauritanie et les Iles Canaries. 

Tourisme durable

Le développement du secteur du tourisme dans la région nécessite également l'essor de petites entreprises touristiques (restaurants, activités de loisirs, ...). Dans une démarche inclusive, le ministre du Tourisme plaide pour "une implication de la population locale : jeunesse, femmes, société civile..." afin de propulser l'économie de la région.

L'objectif est clairement affiché : accueillir 100 0000 touristes par an. Cela peut paraitre modeste au regard d'autres destinations touristiques du royaume. Cette prudence s'explique par la volonté de préserver l'environnement fragile, la culture hassanie ainsi que les spécificités architecturales locales. Lahcen Haddad plaide pour un tourisme écologique, un tourisme durable et non un tourisme de masse ou le sable des dunes et des plages serait remplacé par du béton. 

Puisse le vent tant recherché par les wind-surfer à Dakhla, porter l'économie de cette région au bénéfice de ses habitants humbles et généreux. 

Des acteurs pour le développement touristique de Dakhla récompensés

L’Office national du Tourisme et le site Tourisma Post ont remis le week-end dernier à Dakhla les trophées consacrant la région «Grand Atlantique Sud » comme « région préférée des internautes 2015 ». Plusieurs acteurs touristiques, autorités administratives et acteurs de la société civile de la région ont reçu lors d’une cérémonie au Palais des congrès de Dakhla, les trophées des mains du ministre du Tourisme, Lahcen Haddad, pour leurs efforts en faveur de cette consécration de cette région méconnue il y a quelques années. Une région qui vante désormais ses atouts de région du tourisme responsable et sportif entre mer et désert.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com