Menu

Sport Publié

Portrait de Hind Jamili, 16 ans, espoir du Maroc en canoë-kayak pour les JO de Rio

Le Maroc a d’ores et déjà un sportif qualifié pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016. Il ne s’agit pas de football, d’athlétisme ou de sports de combat comme on a l’habitude de voir, mais un sport nouveau pour la plupart des Marocains. Hind Jamili, à peine âgée de 16 ans, pourrait inscrire son nom dans l’histoire du sport marocain. Portrait.

Temps de lecture: 2'
Hind Jamili / DR

Hind Jamili aura permis aux Marocains de découvrir une ville et un sport. En l’espace d’un week-end, la jeune kayakiste est devenue pour les Marocains, l’ambassadrice d’une petite ville française et d’un sport très peu connu au royaume.

Oyonnax, c’est la ville de 22 000 habitants d’où est originaire la jeune sportive. Ville industrielle connue pour la plasturgie, elle est également une ville sportive avec son équipe de rugby en Top14, son champion de VTT (Eric Barone) ou ses médaillés olympiques en canoë-kayak (Sylvain Curinier et Anne-Lise Bardet). Et c’est justement dans cette épreuve sportive qui ne dit rien à la plupart des Marocains que Hind Jamili s’est faite remarquer. Les 8 et 9 novembre au Kenya, la benjamine de la compétition a décroché la médaille d’or sous les couleurs du Maroc, juste devant une autre Franco-marocaine, Nawal Jodar qui a décroché l’argent. 

Grisée par ce premier titre et l’accueil de sa famille lors de son arrivée à l’aéroport Saint Exupery à Lyon, elle a aussi reçu de nombreux messages de félicitation à commencer par les présidents de la Fédération marocaine de canoë-kayak et du Comité olympique marocain, mais aussi de nombreux anonymes sur les réseaux sociaux. Bien que ce sport soit encore peu connu des Marocains, voir une jeune Marocaine hisser le drapeau rouge et vert a mis du baume au cœur de bon nombre de nos concitoyens. 

Elle garde pourtant la tête sur les épaules. «Je suis consciente que le niveau sera très élevé aux JO. Je ne veux pas me fixer d’objectif pour cette première participation. Je n’ai que 16 ans, je vais donc y aller pour apprendre. Les objectifs de médaille, pourquoi pas aux prochains JO ?»

La tête déjà à Rio

Sportive de haut niveau, la tête sur les épaules et un parcours scolaire brillant, elle arrive à concilier son programme d’entrainement intensif avec la préparation du baccalauréat scientifique technique au Lycée Arbez Carme à Oyonnax. Elle fait parti d’un groupe d’élève profitant d’un emploi du temps aménagé pour les sportifs de haut niveau. Un environnement qui pousse à l’excellence puisqu’ils sont plusieurs à concourir au niveau national dans différents sports (natation, canoë-kayak, aviron, …). Hind Jamili a quant à elle réussi à se hisser 17ème au niveau français. Une place prometteuse pour son jeune âge et qui lui laisse une marge de progression prometteuse.

La jeune Franco-maroco-algérienne est consciente de son potentiel et s’est entrainée cet été au Maroc pour préparer la compétition au Kenya. Un rythme de travail intensif qui ne lui a pas permis de profiter des vacances en famille au Maroc comme elle en avait l’habitude, notamment en allant dans la région tangéroise d’où est originaire son père.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com