En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 09/09/2015 à 17h24

Maroc : Une première, le PJD prend les commandes à la mairie de Rabat

La logique des urnes finira-t-elle par être appliquée à la mairie de Rabat ? Jusqu’à présent tous les indicateurs sourient au PJD. Les réserves qui avaient empêché Lahcen Daoudi d’occuper le poste en 2009 seraient levées. Le RNI de Mezouar, qui se targuait lors de la campagne électorale de sa proximité avec le Palais, a compris le message et donné son accord à la candidature d’un PJDiste.

DR

Sauf coup de théâtre, la mairie de Rabat reviendra au PJD. Une revanche pour les «frères» de Benkirane qui avait été contraints de céder la présidence du conseil de la capitale en 2009 à un candidat de l’USFP, Fathallah Oualalou, alors qu’ils étaient les mieux placés en nombre de voix pour occuper le poste. A l’époque des réserves en haut lieu avaient empêché le candidat de la Lampe, Lahcen Daoudi, de devenir le premier maire islamiste de Rabat. Six ans plus tard le contexte a-t-il changé ? Apparemment il y a une évolution par rapport à 2009.

Prudent, Benkirane à l’occasion de son point de presse du samedi 5 septembre avait évité d’aborder le cas de Rabat, même si son parti est arrivé largement en tête. Il a par contre évoqué la détermination de son parti de diriger Casablanca et Fès.

La mairie de Rabat au PJD, la région Rabat-Kenitra au RNI

Deux jours plus tard, le secrétaire général de la Lampe s’est fermement opposé à la demande du président du RNI, Salaheddine Mezouar, de lui céder la capitale. «Cela montre que les réserves exprimées en 2009 ont été levées», nous confie une source au PJD. Mohamed Seddiki des rangs de la Lampe peut ainsi succéder à Fathallah Oualalou. Le RNI a compris le message et décidé de réviser sa position initiale. La Colombe a fini par bénir la candidature du membre de la Lampe.

Une concession qui ne s’est pas faite sans contrepartie. En échange de son soutien, Mezouar a réussi à arracher la présidence de la région Rabat-Kenitra. Un poste qui devrait revenir à Amina Benkhadra, la PDG de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) lors d'une élection prévue la semaine prochaine.

Aziz Rebbah, le candidat le mieux placé pour occupé la présidence de la région, a fait marche arrière pour continuer à la tête du ministère des Transports, de l’Equipement et de la Logistique.

Soyez le premier à donner votre avis...
Election Présidentielle France
France + France