Menu

Article

Maroc : Un budget 2016 placé à nouveau sous le signe de la rigueur

Pour la préparation du projet de la loi finance 2016, Benkirane invite ses ministres à réduire «au strict minimum» les postes budgétaires. Pour combler le déficit, il leur propose de recourir au «redéploiement» des fonctionnaires.

Publié
Réunion du Conseil de gouvernement / Archive - Ph. Ministère Affaires générales
Temps de lecture: 2'

Le prochain budget ne dérogera pas à la règle établie depuis trois années par le cabinet Benkirane. L'année 2016 sera placée sous le signe de la rigueur. C’est ce qui ressort de la note de cadrage adressée par le par le chef du gouvernement à l’ensemble des ministères en vue de la préparation du projet de la loi de finances 2016.

Sur un ton ferme, il ordonne à ses ministres de limiter leurs propositions de postes budgétaires pour le prochain PLF «au strict minimum pour améliorer la qualité des services présentés aux citoyens». En vue de compenser le déficit constaté de fonctionnaires, le chef de l’exécutif propose la solution du «redéploiement» des effectifs.

Une mesure destinée à jongler avec les agents du secteur public selon les besoins. Elle est déjà mise en service au ministère de l’Education nationale où des enseignants mutés d’un établissement scolaire se voient obligés de travailler dans un autre ou même dans deux à la fois. Ce qui occasionne parfois des dépenses supplémentaires pour leurs petites bourses. 

Réduire le train de vie de l’administration

Sauf que tous les départements n’ont pas le même nombre d’agents en rade que celui de Rachid Belmokhtar. Des ministères comme celui des MRE, du Commerce extérieur, de la Solidarité et de la Famille et surtout celui de la Santé, souffrent d’un manque cruel de fonctionnaires, notamment dans des régions lointaines et enclavées.

Dans sa note de cadrage, Abdelilah Benkirane a appelé, une nouvelle fois, les membres de son gouvernement à réduire leurs dépenses en eau, électricité, carburant, location d’immeubles, restauration et organisation de conférences et de congrès internationaux, transports, déplacements à l’étranger et en achats de nouveaux véhicules. Sur ce dernier point, il a exigé de ses ministres de demander au préalable son autorisation avant toute nouvelle acquisition. Normalement une commission réunissant les représentants des Finances, la présidence du gouvernement et le secteur concerné par l’opération examinent les requêtes exprimées avant de les soumettre au verdict de Benkirane.

le train de vie
Auteur : Meenoushka
Date : le 08 août 2015 à 00h31
ok
Mais le service public c'est un peu dommage
Surtout si ça restreint le nombre d'enseignants
expertise
Auteur : EL MOROCCO
Date : le 08 août 2015 à 00h04
"qui va organiser cette salade...." le maroc faira appel à l'expertise algerienne en la personne de Bouteflika et son premier ministre Sellal pour sortir de ce marasme
collapsus
Auteur : aqqqqqqqqq
Date : le 07 août 2015 à 23h53
Le maroc se dirige droit dans le mur !surendettement, une economie plombee par les rentes , rongree ' par la corrruption ! Rendez-vous avec la crise cardiaque entre : 2018 et 2020..
CRISE
Auteur : sidi_babar
Date : le 07 août 2015 à 17h43
Ces nouvelles ne sont pas bonnes, le Maroc est entré en récession et la crise est livré avec tous férocité. Qui va organiser cette salade , qui va laisser dehors du système des milliers des jeunes sans aucune change de trouver un boulot.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com