Menu

Article  

Université Cadi Ayyad de Marrakech : 24 policiers blessés et 43 étudiants interpellés

L'université Cadi Ayyad de Marrakech a été le théâtre de nouvelles violences. 43 étudiants ont été arrêtés alors que 24 éléments des forces de l’ordre ont été blessés dans le cadre de ces affrontements. Une enquête est en cours pour tenter de mettre la main sur les meneurs de la fronde estudiantine.

Publié
Photo : Kech24.com
Temps de lecture: 2'

L’université Cadi Ayyad à Marrakech renoue avec les troubles. Dans l’après-midi de mardi, elle était la scène de violents affrontements entre des étudiants et les forces de l’ordre. Le retard dans le versement des bourses du troisième trimestre aurait mis le feu à la poudrière. Alors qu’une marche de protestation pacifique vers le siège de la présidence de l’université avait été initialement programmée, les choses ont rapidement dégénéré.   

Des étudiants cagoulés

Le bilan officiel des violences fait uniquement état de 24 blessés dans les rangs des éléments de la sûreté. Un groupe d’étudiants, dont la majorité était cagoulée, s’est retranché sur les terrasses des immeubles de la cité universitaire. De là, ils ont commencé à lancer des pierres et des bouteilles sur des policiers du CMI (Centre mobile d’intervention) et des membres des forces auxiliaires, venus nombreux. C’est ce qui explique, d’ailleurs, le nombre élevé de blessés.

Le calme est revenu à la tombée de la nuit, indique un média local. Ce matin encore un déploiement sécuritaire était toujours présent sur les lieux. Le parquet général de la ville ocre a ouvert une enquête. Plus de quarante étudiants arrêtés lors des troubles d’hier ont été emmenés au siège de la préfecture de police de Marrakech pour subir un interrogatoire.

Pour le moment, il est encore prématuré d’avancer une piste sur l’appartenance du groupe à l’origine de ces violences. L’université Cadi Ayyad abrite une mosaïque désordonnée de groupuscules estudiantins. Il y a les islamistes du PJD, ceux d’Al Adl wal Ihssane, les salafistes, l’extrême gauche, les bassistes, les radicaux amazighs et les séparatistes du Polisario. Tous ont une dent contre les représentants de l’autorité et sont prêts à en découdre avec les forces de l’ordre, parfois même à cause de prétextes futiles. Les précédents des troubles de mai 2014 et ceux du décembre 2012 attestent de cette tendance.

Et les tensions pourraient se propager à d’autres établissements. Le 18 juin, la justice devrait prononcer son verdict dans le procès des assassins présumés de l’étudiant Abderrahim El Hasnaoui. Ce proche du PJD avait été assassiné en avril 2014 à la faculté Dhar Al Mahraz à Fès.

L'école algérienne de l'ingratitude.
Auteur : Disnay
Date : le 28 mai 2015 à 14h20
Les séparatistes ne comprennent pas la chance inouie qu'ils ont eu de réintégrer le Maroc. Il est pourtant facile d'imaginer ce qu'aurait été leur vie sous le Polisario. Celui-ci aurait d'ailleurs été rapidement remplacé dans les faits par la mafia algérienne, dont on connait l'expertise en matière de gestion ! Mais, heureusement, il n'y aura pas de " Sud-Soudan" au Sahara marocain. Et les amoureux du Polisario savent où le trouver.
Séparatistes du polisario
Auteur : Oujdaoui.
Date : le 27 mai 2015 à 19h17
Les autorités Marocaine sont très généreuses
avec ces mouvements antis état .
Ce que je ne comprend pas , pourquoi l état accepte ces séparatistes du polisario dans ses établissements .
Ces étudiants qui ont foutus la m,,,,,,,devront payer leurs mauvaises actions .
Justice pour le contribuable marocain
Auteur : moden
Date : le 27 mai 2015 à 18h47
Des sauvageons qui ont leurs places à la prison et non pas dans un lieu de savoir, il faut absolument mettre la main sur ces voyous pour connaître la vraies motivations de leurs actes ignobles
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com