Menu

Culture Publié

"Much Loved" de Nabil Ayouch interdit au Maroc

Temps de lecture: 1'
DR

Much Loved, le dernier film du réalisateur marocain qui fait tant "jaser" a été interdit au Maroc. Les autorités marocaines ont décidé de ne pas autoriser la projection du long-métrage au Maroc, selon un communiqué du ministère de la Communication, estimant que le film comporte un outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine.

Selon le ministère qui a réagi lundi, le long métrage qui a fait tant parler dans les médias marocains constitue «une atteinte flagrante à l'image du Maroc». De ce fait, explique le ministère, «suite aux conclusions d'une équipe du Centre cinématographique marocain qui a regardé le film lors de sa projection dans le cadre d'un festival international, les autorités marocaines compétentes ont décidé de ne pas autoriser sa projection au Maroc». 

oui mais
Auteur : samsung38
Date : le 27 mai 2015 à 17h35
oui je suis tout a fait d'accord avec toi, malheureusement avant ce film il y a des flms , des reportages concernant la prostitution au maroc mais malheureusement ca ne change pas grand chose.

Je pense qu'une bonne claque au niveau international ne fait pas de mal, et se voiler la face ne font pas avancer les choses non plus.

au debut des années 2000 il y a eu un super film concernant la prostituion "les yeux secs" et malheureusement ca n'a rien change.

Je comprend que ça puisse choqué et que ça soit interdit au maroc mais c'est encore une meilleurs chose que le flm existe.

prendre du recul
Auteur : LynetteScavo88
Date : le 27 mai 2015 à 13h44
ecoute il faut arrêter deux secondes...c'est pareil en France, en europe de l est etc etc ..y a pas que le Maroc arrête de rêver !!!!

que ce realisateur au lieu de faire un film humiliant (merci au Maroc de nous preserver de ce dechet !!!) qu'il aille monter des associations qui manquent encore de moyens au Maroc !!!!
Le problème n'est pas simple
Auteur : FATEM95
Date : le 26 mai 2015 à 16h30
La question que je me pose: faut-il beaucoup de réalisme dans un film pour dénoncer un fléau ? Autrement dit faut-il des scènes vulgaires ou osées pour dénoncer ? Ne faut-il pas juste suggérer et le spectateur qui n'est pas bête tirera les conséquences.

Derrière ces deux questions se pose la question du rôle de ce film. Cherche-t-il à faire tomber tomber les tabous ? à promouvoir la liberté d'expression ? ou à plaire à un public et à des critiques occidentaux qui sont ravis de voir leur système sans tabous et sans limites propagé partout même dans les pays qui ont encore une religion d’État ? Je me dirigerai vers la troisième réponse.

Il faut qu'on trouve un compromis entre notre religion et nos traditions et la nécessité que les artistes s'expriment. Comme tout compromis ce n'est pas simple.

Ma réponse personnelle est : oui pour la liberté d'expression mais il faut respecter des lignes rouges. On peut dénoncer la prostitution (si besoin est car c'est de notoriété publique) mais il ne faut pas rentrer dans des choses très explicites (et vulgaires) et laisser le spectateur déchiffrer le message.

Je pense que globalement nos gouvernements ne sont pas très éloignés de ce compromis et ils ont eu raison (à mon avis) d'interdire le film. Car une limite permise appelle une autre limite un peu plus loin. Notre société aujourd'hui n'est pas encore préparée à dépasser ces limites.

La liberté oui mais à notre vitesse et à notre façon. Pas de dictature ou de police des mœurs comme dans certains pays, mais pas à une société débridée et sans repères.

Bien sûr mon propos peut choquer les adeptes d'une liberté à l'occidentale. Seulement nous ne sommes pas une société occidentale.
Prostitution....
Auteur : malcomix_22533
Date : le 26 mai 2015 à 15h46
Tu sais le Festival de Cannes est rebaptisé par certains Festival de Kahn lolll..... Tu ne trouveras pas de film qui relate les crimes du sionisme par exemple. Généralement les prix décernés sont souvent orientés politiquement et idéologiquement l'année dernière le tunisien Kechiche avait eu un prix pour son film sur l'homosexualité féminine, ambiance Femen quoi!!!! Moi j'attends un film qui parlerai de l'influence du sionisme ou de la franc-maçonnerie au Festival de Kahn.
Il y a plusieurs manières de traiter un sujet
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 26 mai 2015 à 14h37
Il y a plusieurs manières de traiter un sujet qui parle de la prostitution dans notre société et on n'a pas besoin de tout étaler sur le grand écran pour parler de ce fléau. Mais, Nabil Ayouche, comme à l'accoutumée, se sent obligé de nous filmer des scènes érotiques qui frôlent la pornographie avec un dialogue d'une extrême vulgarité pour réaliser son film.

Ce qui est bizarre et que je n'arrive pas à comprendre, c'est comment ce film a pu être sélectionné pour participer au Festival de Cannes avant même qu'on finit son tournage ???

D'habitude, les films galèrent pour leur trouver une place dans un Festival de renommé mondiale, mais notre Nabil Ayouche a été sollicité pendant le tournage du film. Dois-je comprendre que le génie de Nabil Ayouche est mondialement connu à tel point qu'on n'a pas besoin de visionner son film et évaluer sa qualité artistique avant de le sélectionner ? Ou dois-je comprendre que le film bénéficie du soutien d'un lobby étranger et Nabil Ayouche n'est qu'une marionnette dans cette affaire ?

Norddine Ayouche nous demande d'adopter le Darija à la place de l'arabe et son fils, Nabil Ayouche, nous apprend le jargon des prostitués. What else ???
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com