Menu

Politique Publié

Maroc : Abdellatif Hammouchi devient chef de la police tout en conservant la DGST

En attendant une nouvelle Légion d’honneur, Abdellatif Hammouchi se voit confier un autre service de sûreté au Maroc. La police passe désormais dans son giron.

Temps de lecture: 2'
Abdellatif Hammouchi / DR

Une promotion pour Abdellatif Hammouchi. Le conseil des ministres du vendredi 15 mai a approuvé sa nomination à la tête de la Direction générale de la sûreté nationale. Il garde toujours entre ses mains les rênes de la Direction générale de la surveillance du territoire. Après une année 2014 mouvementée, c'est évidemment un succès personnel, une expression de plus de la confiance royale dont bénéficie le natif de Fès.

C’est la deuxième fois sous le règne de Mohammed VI que le patron de la DGST ajoute la DGSN à ses responsabilités. En effet, au lendemain des attentats du 16 mai 2003, le général Hamidou Laânigri avait pris la place de Hafid Benhachem à la tête de la police.

Hammouchi saura-t-il apporter l’ordre qui manque à la DGSN ?

Une désignation qui intervient à la veille du 59ème anniversaire de la création de la police. Son prédécesseur Bouchaib Rmail n’était plus dans les petits papiers des hauts responsables. Les scandales de corruptions et d’indisciplines dans les rangs des policiers se sont multipliés ces derniers mois.

Son «indulgence» à l’égard de certains cadres régionaux de la DGSN qui auraient trempé dans de sales affaires a certainement précipité sa chute. Et pourtant lorsqu’il avait succédé (le 8 février 2012) à Charki Draiss, l’homme jouissait d'un capital de confiance et d’estime auprès de ses supérieurs hiérarchiques au ministère de l’Intérieur grâce à sa longue expérience, notamment à Casablanca et à la tête de l’académie de formation des policiers à Kenitra.

Hammouchi et les ONG des droits de l’Homme

La nomination de Hammouchi couronne les toutes dernières réalisations accomplies par la DGST à travers son nouveau Bureau central d’investigations judiciaires, créé en mars dernier. Les éléments de la BCIJ ont réussi récemment à arrêter plusieurs trafiquants de drogues. Un champ d’action qui était réservé jusque là à la DGSN.

De toute évidence, l’arrivée à la tête de la police d’un homme qui a longtemps travaillé dans l’ombre n’est pas sans soulever des réticences voire même des craintes de la part d’ONG nationales et internationales, notamment concernant le respect des droits de l’Homme dans les locaux des commissariats. Lors de la cérémonie officielle du lancement du BCIJ, et en présence du ministre de la Justice et du ministre de l’Intérieur, Abdellatif Hammouchi avait dans son allocution tenté de rassurer ces associations.

un de plus un de moins!!!!
Auteur : bbram
Date : le 18 mai 2015 à 21h13
tu parle de flagrant délit, sauf que ça se passe pratiquement jamais comme ça! ça serai trop facile!

un vrai Droit, voudrait qu'il faille prouver le crime ou l'intention du crime! pour ne pas punir des innocents! c'est pour ça que le supposé criminels ont quand même des avocats! chacun devrait avoir le droit de se défendre, dans les pays modernes il y'a même un droit au silence,...

et puis comment font les pays démocratiques ou la torture est interdite? pourtant ils sont bien efficace! mais ils ont surtout compris qu'avec la torture, ont fait dire ce qu'on veux à qui on veux! donc ça ne marche pas,
et puis il y'a les abus, ex: zakaria moumni, qui lui rendra justice a lui? certainement pas les tribunaux marocains!!

pour le grade et la décoration de hammouchi, finalement rien de plus normal au maroc, ou notre droit date encore de la colonisation! à la tête de l'état,(mais bien sur pas tous..) on déjà des voleurs, des voyous, voir des criminels, alors un de plus un de moins!!!!
Constitution marocaine.
Auteur : Ibn Ziyad
Date : le 16 mai 2015 à 19h58
Article 1 : Le droit à la vie est le droit premier de tout être humain.La loi protège ce droit.

Article 22 : Il ne peut être porté atteinte à l’intégrité physique ou morale de quiconque, en quelque circonstance que ce soit et par quelque personne que ce soit, privée ou publique. Nul ne doit infliger à autrui, sous quelque prétexte que ce soit, des traitements cruels, inhumains, dégradants ou portants atteinte à la dignité. La pratique de la torture, sous toutes ses formes et par quiconque, est un crime puni par la loi.
????
Auteur : EL MOROCCO
Date : le 16 mai 2015 à 00h21
Bigeard est mort; demandons plutôt à Taoufik et consort
Argumentaire de Paul Aussaresses
Auteur : fellaga
Date : le 15 mai 2015 à 23h13
Tous les tortionnaires utilise le même prétexte.Demande a Bigeard
question pour un sou
Auteur : EL MOROCCO
Date : le 15 mai 2015 à 21h44
Vous surprenez et attrapez quel qu'un en flagrant délit de dépôt de bombes à Jamaa Lfna pleine de milliers de promeneurs innocents;cette personne refuse de parler ,de donner des informations sur le lieu du dépôt d'autres bombes,de ses coéquipiers;qu'est ce que vous faites ???? lui offrir un sandwich,une biére ou une cigarette (possible), faire devant lui la dance du ventre(impossible),lui promettre un séjour gratuit dans un palace de Las Vegas avec argent de poche full crédit en sus,ou une OMRA 5***** (il vous croira pas)................
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate