Menu

Politique Publié

La Guardia civil interdit à des journalistes marocains d’accéder à Melilla

Récemment, la RAM avait annulé les billets d’avion de journalistes, en majorité des Espagnols, qui voulaient se rendre à Laâyoune. Ce qui avait indigné la presse espagnole. Cette fois, c’est à la presse marocaine de s’indigner à son tour du refoulement par la Guardia civil espagnole de journalistes marocains à destination de Melilla.

Temps de lecture: 2'
Poste frontalier Bni Nsar

Ils comptaient se rendre à Melilla pour faire le point sur l’évolution de la situation après les récents incidents ayant opposés de jeunes manifestants à la police espagnole. Mais les cinq reporters marocains ont été interdits d’accès dans le préside. Aucune explication ne leur a été fournie. Le groupe était composé de deux cameramen des chaînes publiques, Al-Oula et 2M, ainsi que de trois journalistes de la MAP, d’Al-Oula et d’Al-Ahdath Al-Maghribia.

Les deux cameramen ont affirmé avoir subi un épuisant interrogatoire, une heure après avoir franchi le point de passage. Les éléments de la Guardia civil auraient dépossédés des cameramen de leurs matériels et téléphones portables, et contraint à une fouille corporelle minutieuse. Ils n’ont été relâchés qu’au bout de trois heures d’interrogatoire. Quant aux deux journalistes, ils ont vu leurs passeports confisqués sans une explication.

Ce traitement infligé à ces reporters indigne le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) qui dénonce également, via un communiqué relayé par la MAP, l’interdiction d’accès à ce groupe à la ville de Melilla. Selon la SNPM, ce comportement de la Guardia civil espagnole constitue une pratique répressive à l’égard de journalistes marocains qui ne se sont retrouvés dans cette ville que pour accomplir leur mission comme le prévoient toutes les lois et les normes internationales.

La presse espagnole s’était récemment indignée de l’annulation par la RAM de billets de journalistes, dont 6 Espagnols, qui devaient se rendre à Laâyoune. Mais cette fois, c’est au tour des forces espagnoles de se distinguer par l’interdiction à des journalistes marocains d’accéder à la ville de Melilla. C’est dire qu’entre les deux voisins, chaque y va à sa manière pour empêcher aux journalistes de divulguer des informations qui fâchent.

Démenti des autorités de Melilla

Un porte-parole de la délégation du gouvernement à Melilla affirme qu’aucun journaliste marocain n’a été arrêté par la Guarda civil. A en croire ce responsable espagnol cité par la publication en ligne El Pueblo de Ceuta les éléments de la garde civile espagnole n’ont fait qu’interpeller les cameramen marocains et inspecter leurs  cassettes. Et ce, parce qu’ils étaient en train de filmer le côté espagnol de la frontière avec le Maroc sans autorisation.  

2 piods 2 mesures
Auteur : baba dy
Date : le 11 novembre 2010 à 10h52
il ne faut pas se voiler la face , nos amis espagnols nous les connaissons depuis toujours , ils ne seront jamais daccord pour une solution quelconque qui favoriserait le maroc.quand à interdir aux journalistes marocains de couvrir les evennements de mellila,cela va de soit.mais se precipiter a laayoun pour faire de grands titres sur leurs journaux,et pour affaiblir la stabilite du maroc ils sont toujours là.bref ! il ne faut surtout pas ceder à leur pression,ils sont comme tout le monde et ils doivent se plier aux autorites marocaine.
?
Auteur : Hassan H
Date : le 10 novembre 2010 à 21h50
ces actes de la part des autorités espagnoles sont détestables en effet.
Mais il y a un point que je ne comprend pas dans votre article : vous dites que les journalistes marocains ont été relâchés après plusieurs heures d'interrogatoire ou que leur passeport a été confisqué, APRES avoir franchi le point de passage (une heure après, vous dites). Donc ils sont bien entrés à Melilla.
Est ce qu'ils ont été renvoyés vers le Maroc après les interrogatoires ou pas ???
Et pourquoi avoir titré "interdit d'accéder à Melilla" si ils y étaient ?
Vu comme ça, ça n'a rien à voir avec les journalistes étrangers réellement empêchés d'entrer à laayoune.
libérons Sebta et Melilla
Auteur : catzéro
Date : le 10 novembre 2010 à 20h55
pourquoi ces 6 espagnoles voulaient se rendre à Laâyoun?
Pour soutenir les terroristes du polisario, les journalistes marocains pour faire leur travail d'information, il y'a une sacrée différence.
Les Espagnoles devraient parler indépendance avec l'ETA au lieu de s'occuper du Sahara Marocain, ils n'(ont toujouts pas digéré la marche verte de 1975.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com