Menu

Politique Publié

Laâyoune : Retour sur une implosion annoncée

Le nombre de victimes des attroupements à Laâyoune augmente au fil des heures. Et c’est déjà la guerre des chiffres entre les sources officielles du Royaume et celles du Polisario. Même si la tournure des évènements a surpris plus d’un, force est de reconnaitre que les conditions d’un tel dénouement étaient déjà réunies depuis longtemps. Détails.

Temps de lecture: 2'
Le camp Agdaym Izik, après les affrontements entre forces de l'ordre et contestataires

Le bilan du démantèlement lundi matin du camp Agdaym Izik à Laâyoune ne cesse de s’alourdir. Il est encore provisoire, mais le nombre de morts s’élève désormais à 9, dont un civil, selon la MAP, reprise par L'Express. Le Polisario parle pour sa part de 11 tués, 723 blessés et de 159 disparus. Une guerre des chiffres qui ne fait que commencer, mais qui renseigne fort sur la gravité des affrontements entre forces de l’ordre et contestataires.  Ce que corroborent les propos du ministre français des affaires étrangères, Bernard Kouchner qui a qualifié les heurts de «très graves», selon l'AFP.

On se demande encore, à l’instar d'un représentant de l'AMDH que nous avons contacté à Laâyoune, «ce qui a conduit à une telle issue». Alors que jusque-là, les négociations  avaient progressé et abouti à des actions concrètes des autorités qui proposaient des lots de terrains et des subventions mensuelles d’environ 1500 dirhams.

Ce qu’il faut savoir, c’est que ces 6000 à 7000 tentes ne renfermaient pas que des contestataires réclamant une amélioration de leurs conditions de vie. Les intérêts n’y étaient pas les mêmes pour tout le monde. Aux premiers manifestants se seraient vite greffés d'autres qui espéraient bénéficier des possibles avantages, fruits des revendications auprès des autorités, selon Reda Taoujni, président de l'Association du Sahara Marocain (ASM). De plus, des personnes qui feraient partie des dernières vagues de jeunes ralliés et bien entrainées militairement auraient poursuivi des objectifs politiques. Cela a vite contribué à l’implosion de la situation.

Des ralliés entretenus par le Maroc et qui mettent le feu aux poudres. Quel retournement de situation ! Mais il faut également souligner qu’ils sont rares à réaliser leur rêve d’une vie meilleure une fois la mère-patrie regagnée. Contrairement aux hauts responsables du Polisario qui se voient nommés à des fonctions de prestige dès qu’ils changent de camp, les ralliés de  base eux se contentent le plus souvent de la carte d’entraide nationale. Une «cartiya» avec laquelle, certes, ils vivent d’aides de l’Etat, mais qui ne les maintient que dans une situation d’ «entretenus» sans ambitions. En face d’eux, 2/3 des 500 000 habitants de la région en provenance des autres régions du royaume qui touchent 25 à 75% de primes de salaires.

C’est dire l'importance d'un réel développement des provinces du Sud pour stabiliser cette partie du Royaume et prémunir contre des mobilisations d’une telle ampleur. Une première depuis le déclenchement de la marche verte en 1975. A la politique de la carte d’entraide nationale (qui n’est toutefois pas réservée uniquement aux ralliés), l’Etat doit privilégier une promotion plus dynamique de l’essor des régions sahariennes. Comme du reste, pour toutes les autres régions qui tardent à s’embarquer dans le train de développement qui parcourt le Maroc.

L'argent et la malhonnêteté sont les nerfs de la guerre
Auteur : Escobar99
Date : le 13 novembre 2010 à 19h23
Hassan II connaissait bien les algériens et s'amusaient bien avec eux. Lui parti mais eux sont toujours là. Mohammed VI n'est pas Hassan II et tant mieux. Il faut combattre l'Algérie avec leurs méthodes, la désinformation et surtout déstabiliser le système en place. L'algérien est jaloux des marocains, des tunisiens, etc.. ils ont la merde chez eux et cherche à l'exporter, c'est tout ce qu'ils savent faire, parce que le gaz, ce sont les occidentaux qui le gère.
Sinon au fond du sujet, il faut continuer la diplomatie de l'explication et radicaliser plus sa position.
Marocain 100%
Auteur : Bassou34
Date : le 13 novembre 2010 à 19h23
Bonsoir à tous,
à nabil922, tu as bien réagis, et aussi qu'il ne faut pas perdre de temps dans les mosquées on faisant semblant de faire la prière. Aujourd'hui nous avons des ennemis prêts à tous.
guerre sans guerre.
Auteur : nabil922
Date : le 13 novembre 2010 à 18h58
bonjour à tous mes compatriotes marocains.

Pourquoi l’Algérie est entrain de se réarmer.Elle ne le fait pas pour sa sécurité intérieur, mais bel et bien pour attaquer le Maroc le jour venu.
alors moi je dis au gouvernement,renouvelez notre armée tant qu'il est temps au lieu de construire des mosquées.
ardou allah wassiaa pour faire la prière.
100/100 d'accord
Auteur : catzéro
Date : le 12 novembre 2010 à 20h57
Deux commandant ângériens sont impliqués directement à Lâayoun( voir libé).
Il ne faut pas faire confiance à ces gens, il faut riposter merde, on attend quoi.
se sont des traitres,des jaloux, ils nous déteste.
Marocain 100%
Auteur : Bassou34
Date : le 12 novembre 2010 à 19h43
Je suis né en Algérie-Française et je connais les algériens avant 1975, ils sont les pires ennemis des Marocains même avant la question du Sahara. une chose à vous dire il ne faut jamais tourner le dos quand il y a un algérien à côté, même les Français le dises. Il ne faut pas rêver du grand Maghreb avec un régime diabolique d'Alger. Et je m'adresse a ceux qui disent les Algériens sont nos frères, ,arrêtez de nous faire la honte.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com