Menu

Politique Publié

Italie : Le député d'origine marocaine Khalid Chaouki propose d'enseigner l'arabe à l'école

Après avoir courageusement lutter pour la cause des migrants, le député d’origine marocaine Khalid Chaouki touche à l’éducation en Italie. Il propose d’enseigner l’arabe à l’école afin de faciliter l’intégration des étrangers.

Temps de lecture: 2'
DR

Nouveau cheval de bataille pour Khalid Chaouki ? Invité sur un talk-show mercredi, le député démocrate d’origine marocaine a plaidé pour l’enseignement de la langue arabe dans les écoles italiennes. «L’école doit enseigner le chinois et l'arabe et espagnol, sur le modèle des écoles bilingues allemand et en anglais», a-t-il déclaré estimant que cela facilitera l’intégration des enfants issus de l’immigration.

Plus d’inter-culturalité

D’après M. Chaouki, l’Italie a besoin d’une école encore «plus interculturelle», à l’image de ce qui se fait en Allemagne. «L’intégration doit être construite dans une école qui a des objectifs réels. Ce qui permettrait aux 5 millions de nouveaux Italiens de s’intégrer dans la société», a-t-il expliqué soulignant que 10% des élèves sont d’origine étrangère mais vivent scolairement en marge.

Il regrette également que les enseignants issus de l’immigration sont presque absents de la vie civile dans le pays. D’ailleurs, il déplore que le citoyen d’origine étrangère en général soit exclu en Italie, faisant part de sa propre expérience. «Parce qu’en tant que musulman, j’ai moi-même été l’objet d’une série de préjugés très désagréables», confie-t-il, évoquant également le cas de l’Ordre des journalistes auquel ne peuvent pas faire partie des journalistes issus de l’immigration. «J’ai vécu comme un corps étranger qui veut se faire de la place dans un ordre préétabli. Pour les reporters, j’étais un traducteur et pas un vrai journaliste», relate-t-il se souvenant que pour ces raisons, son nom n’apparaissait pas dans des articles coécrit avec des journalistes de renom, parce qu’il était étranger, alors que 90% du travail était le sien.

Pour lui, l’enseignement de l’arabe et d’autres langues étrangères dans les écoles permettraient de faire tomber de nombreux préjugées que nourrissent les Italiens de souches à l’encontre des citoyens d’origine étrangère. Et ceux-ci pourront donc mieux s’épanouir dans leur pays d’accueil.

Pour l’instant, les politiques n’ont pas encore réagi – du moins officiellement - aux propositions du député d’origine marocaine. Mais il ne fait aucun doute que le sujet fera certainement débat. Ces déclarations de Khalid Chaouki vont étroitement dans le sens de la réforme de la loi sur la citoyenne à laquelle il appelle le pouvoir italien depuis deux ans.

Il ne faut pas enseigner n’importe quoi !
Auteur : PALAVAREIZ
Date : le 24 avril 2015 à 23h53
A mon avis il faut enseigner les langues maternelles des marocains c'est à dire la DARIJA et TAMAZIGHT sinon on fabrique des robots qui pourront un jour être téléguidée par des Fatwas émises par des pays étrangers et pour des causes qui n'ont rien a voir avec le Maroc. De même il faut éviter le bourrage de crâne des écoles coraniques avant un certain âge pour que le jeune sache ce qu’il apprend.
Je pense que l’objectif c’est que nos jeunes sachent qu’ils ont un pays qui les aime et qui attend les revoir.

ca existe deja
Auteur : nordinsam
Date : le 23 avril 2015 à 21h03
ce n'est pas le bon moment de parler de ca ,laisses tomber ca n'a rien avoir avec l'integration,regardes ce qui ce passe en France ,Belgique ,Allemagne.et d'autre pays.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate