Menu

Grand Angle

Mimouna : Les échanges entre juifs et musulmans restent l’essence de cette fête au Maroc

L’heure est la fête au sein de la communauté juive. Après la Pessah qui prend fin ce samedi soir, les juifs marocains vont immédiatement entamer la célébration de la Mimouna, moment pendant lequel ils ouvrent leurs portes à leurs voisins et amis musulmans. La suite logique selon la tradition : visites nocturnes entre membres de la communauté et pique-nique le lendemain. Et même si la jeune génération ne suit pas forcément tous les rites de la fête, celle-ci jouit d’un grand succès auprès des juifs d’ailleurs. Détails.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

A Marrakech, Casablanca, Rabat, Agadir, Tanger et dans toutes les autres villes du royaume certaines familles musulmanes sont en train de préparer le nécessaire pour les crêpes, galettes, petit pain …qu’ils emmèneront ce samedi soir chez leurs voisins ou amis juifs. Ceux-ci de leur côté, préparent la mufleta - célèbre crêpe consommée à l'occasion - pour recevoir leurs convives. C’est ainsi que se célèbre la Mimouna, cette fête initiée par les juifs marocains il y a à présent trois siècles.

Partage et joie

Célébrée pendant 24 heures à la fin de la semaine de la Pessah (Pâques juive), la Mimouna est placée sous le signe du partage. Les juifs ouvrent ainsi leurs portes aux musulmans qui leur offrent les aliments fait à base de farine pétrie et levée, mais pas que. Les produits comme les fleurs, la menthe et les fèves, sont également bienvenus. «Chaque juif reçoit ainsi chez lui, jusqu’à une certaine heure. Après, on fait la tournée chez les membres de la communauté toute la nuit, on se rend visite. Le lendemain, on va pique-niquer en famille», explique à Yabiladi Henri Assouline, vice-président de la Communauté israélite de Marrakech-Essaouira.

Lors des pique-niques, le menu est souvent composé de grillades. Certaines familles se déplacent avec des musiciens et des déguisements. Bref, «la joie et le partage sont au centre des rencontres», souligne M. Assouline. Toutefois, le schéma traditionnel de la célébration de la Mimouna n’est plus tellement respecté de nos jours. «La visite des amis musulmans reste, mais les gens ne font plus vraiment le pique-nique, ni les visites nocturnes. Moi je le fais parce que j’ai gardé la tradition de mes parents, mais la nouvelle génération a une autre mentalité. Les jeunes s’en moquent», affirme M. Assouline. Et un bref entretien avec une jeune juive casablancaise montre en effet, que la Mimouna n’a pas toujours le même succès auprès de la jeune génération. «Moi je ne suis pas vraiment pratiquante, je ne la fête pas», confie à Yabiladi Simone *.

Une tradition qui s’exporte bien

Et même les jeunes qui célèbrent cette fête le font sans trop s’embarrasser avec les traditions. «Mon fils par exemple peut organiser une petite soirée avec sa femme et ses enfants. Et ça s’arrête là», confie M. Assouline. D’après lui, la baisse de l’effectif de la communauté pourrait avoir un impact sur l'importance de la Mimouna. Rappelons qu’après les départs massifs de 1948, 1961, 1967, le Maroc est passé de 300 000 juifs en 1948 à environ 5 000 en 2014. Toutefois, ceux qui sont encore dans le royaume, «surtout à Marrakech célèbrent toujours la Mimouna avec beaucoup d’enthousiasme», souligne ce responsable communautaire.

Mais les traditions pourraient perdurer ailleurs. Les juifs marocains ayant rejoint d’autres contrées y ont exporté la Mimouna. Cette fête est connue désormais à travers le monde et les juifs d’autres pays s’y prêtent volontiers. Le cas le plus significatif est sans doute celui d'Israël où elle est carrément devenue une fête nationale, le jour de sa célébration étant décrété jour férié. Les festivités à Jérusalem et ailleurs dans le pays réunissent même la classe politique du pays, y compris le président Shimon Perez et le premier ministre Benyamin Netanyahu, comme ce fût le cas l’an dernier.

*Le prénom a été modifié.

Une famille juive fête à Sefrou


re
Auteur : Lilteck
Date : le 12 avril 2015 à 23h56
Mais toi yu ne connais rien a l'histoire des colonies et en plus tu fais de l'humour bien sur qu'ils y contribue par l'argent,les armes et que beaucoup y possèdent des maisons qui ont enlevé aux palestiniens...demain si une guerre éclate seront-ils juif pour Israël ou pour le Maroc????
la colere...
Auteur : idbel
Date : le 12 avril 2015 à 23h53
et l'insulte sont le dernier recours du faible a court d'arguments
gallek jme crois trop intelligent, non au contraire c'est du basique, c'est simple a comprendre: marocain juif voisin de marocain musulman, fete musulmane ou juive voisins se visiter. si voisins, alors juif pas habiter en palestine.
c'est plus clair peut-etre?
re
Auteur : Lilteck
Date : le 12 avril 2015 à 23h47
Oooooh mais toi tu te crois trop intelligent c'est toi pauvre mec qui vit loin de la réalité et qui a été bien endoctriné... Ne te permet pas de parler sur moi "l'autre demoiselle" comme tu dis te dis bien' des choses et essai de tinformer un peu plus sur la Palestine tu y apprendrait beaucoup de choses inculte !!!!!!
compliqué la vie
Auteur : idbel
Date : le 12 avril 2015 à 23h45
on est tous avec la palestine
ceux qui vivent dans les colonies par definition ils vivent plus au maroc. a moins que les juifs ont trouvé un moyen d'etre a deux endroits en meme temps?
re
Auteur : Lilteck
Date : le 12 avril 2015 à 23h30
Alors déjà tu ne me connais pas et heureusement pour moi alors ne te permets pas de dire : encore une qui connait rien au Maroc a force de vivre en france...et je te signale pour ta gouverne que beaucoup des juifs marocains vivent dans les colonies juives en terre palestinienne relis tes classiques et informe toi avant d'ouvrir Ta gueule la prochaine fois et oui je suis 1000% avec la palestine
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com