Menu

Politique Publié

Affaire Mustapha Salma : Les mensonges du Polisario

Depuis l’annonce de la libération de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud par le Polisario le 6 octobre dernier, rien n'a été fait. Personne n'a pu le voir, et il est toujours emprisonné. Lundi 18 octobre à Alger, Mohamed Salem Ould Salek, «ministre des Affaires étrangères» du Polisario a reconnu que le mouvement indépendantiste détient toujours le policier dissident. Les déclarations  de ce responsable ont confirmé le flagrant délit de mensonge du Polisario depuis l’arrestation de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud.

Temps de lecture: 2'
DR

Lors d’une conférence de presse à Alger, le «chef de la diplomatie» du Polisario a affirmé à l’AFP  que Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, arrêté le 21 septembre dernier, restera «sous surveillance» jusqu'à sa libération. Il a ajouté que le Polisario est «actuellement en contact avec le Haut commissariat pour les refugiés (HCR) pour savoir où il veut se rendre». On se demande pourquoi le Front Polisario se cache maintenant derrière le HCR dans cette affaire ?

Depuis sa conférence de presse historique du 9 août à Smara, Mustapha Salma a toujours clamé vouloir retourner à Tindouf pour sensibiliser les populations sahraouis au projet d’autonomie proposé par le Maroc. Il avait affirmé le 19 septembre, «je ne suis ni Marocain ni Algérien, mais un Sahraoui indépendant qui réclame le droit de défendre une opinion personnelle. L’indépendance n’est pas une solution réaliste. Si je défends l’autonomie, c’est pour le bien de mon peuple et l’avenir de mes enfants.». Les désirs de Mustapha Salma étaient donc très clairement exprimés. Etant un Sahraoui, et sa famille restée à Tindouf, il voulait non seulement la rejoindre dans les camps, mais aussi y exprimer ses idées.

Le «traitre» devenu «déserteur» aurait perdu son statut de réfugié

Lundi 18 octobre, au cours de ladite conférence de presse, Mohamed Salem Ould Salek a précisé selon l’agence de presse EFE, que l’ex-inspecteur de police a été arrêté non pas pour ses opinions, mais parce qu'il «a violé le règlement et déserté la police». Or, à l’issue du point de presse de Smara, Mustapha Salma a été considéré comme un «traitre» par la direction du Polisario. Brahim Ghali en personne, le représentant du Front à Alger, a confirmé à l’AFP que Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud a – bien – été arrêté pour «espionnage au profit du Maroc». D'ailleurs dans sa dépêche sur la conférence de presse d’Alger, EFE ne s'y trompe pas en évoquant «la trahison et l'espionnage» comme motifs de l’arrestation de Mustapha Salma.  

Enfin pour finir, Mohamed Salem Ould Salek, a affirmé que Mustapha Salma a perdu son «statut de refugié en Algérie» et n'est désormais plus reconnu comme policier sahraoui mais comme «un agent marocain». Voilà une affirmation qui interpelle.

Comment le Polisario peut-il choisir le statut de refugié d’une personne qui l’était déjà depuis trois décennies ? Comment peut-il décider à la place du HCR qui est pour l'instant seul habilité à statuer sur le statut de réfugié ? Sur le site du HCR on peut lire à ce propos que l'Algérie ne peut déterminer ce statut, car elle n'a pas encore mis en place de système d'asile global.

Qui le Polisario représente-t-il ?

Une autre question se pose, outre ce dépassement de compétences. Le Polisario a toujours scandé être le représentant de tous les Sahraouis et d'être leur seule voix légitime. Pourquoi par la voie de Salem Ould Salek, déciderait-il d’excommunier un Sahraoui qui pense différemment ?

Cette ambivalence du Polisario montre clairement que la différence entre Sahraoui et Marocain est très ténue. Pour le Polisario, elle semblerait être plus politique qu'ethnique. Il suffit d’une simple déclaration pour passer de l’un à un autre. Le Polisario apparaît ici clairement comme un usurpateur de la cause sahraoui.

Hassan l'algerien !
Auteur : Skaykima
Date : le 27 octobre 2010 à 03h53
Tu peux faire croire aux autres que tu es marocain, mais moi je sais bien que tu es algerien, votre petit jeu vicieux risque de vous faire trés mal; ca faisait longtemps que je n'étais pas venu sur ce bon vieux forum de yabiladi mais je vois que vous avez investi meme ce forum convivial marocain.
Le seul pour qui ca va chauffer ici c'est toi.
Un conseil ne te fais plus jamais passer pour marocain, je te piste

Quant au Sahara, vous etes des hyenes, vous avez peur mais vous essayez d'attaquer, mais nous les marocains sommes des lions et n'avons peur que d'Allah.

Mustapha Salma est un sahraoui qui a vécu ds les camps de tindouf, il a beneficié d'une visite a Smara sa ville natale où il a dit etre interessé par le projet marocain d'autonomie qu'il jugai crédible, en son nom uniquement, et il a dis que quand il retournerai dans les camps il sensibiliserai les sahraoui de tindouf a ce projet qu'ils connaissent trés mal voir pas du tout.

Ce qui n'ai pas clair c'est le refus algerien d'autoriser le HCR a recenser les sahraoui a tindouf.

Ps: Je suis sahraoui :)
A Tindouf
Auteur : zsahara
Date : le 27 octobre 2010 à 02h22
A Tindouf les gens n'ont pas choisi ni le lieu ni le polisario
Les Marocains à Tindouf (du sahara et du nord) ne sont pas des refugiés mais des otages.
Le chef du polisarion n'est pas un sahraoui mais il a choisi son lieu (ambitieux pour lui mais malheur pour les autres)
les refugies sont recencés dès leur instations dans la région qui ont choisi bon grè, sont libres et n'ont prisonniers dans un circle vicieux dans l'espace et les idées.
misère
Auteur : Romeo123
Date : le 26 octobre 2010 à 13h35
bonjour monsieur nacirikabir !!!!!!!!!!!!!! avant de parler de la misère de tindouf , il faut trouver une solution des misères dans tout le maroc et rappelle toi que le maroc est une grande prison remplis d'esclave modernes sindrostokolmiés pour les idées de mimi6 ! alors balayez devant vos portes avant de voir la porte du voisin ?
Salma et les médias étrangers
Auteur : Hassan H
Date : le 25 octobre 2010 à 18h08
En tout cas je constate quelque chose : les médias européens ne s'intéressent guère à cette affaire Salma (sentent-ils qu'il y a quelque chose de pas clair ?).
Mais, plus inquiétant pour le Maroc, les chancelleries occidentales aussi ne font rien, ou se sont contentées du strict mimimum, malgré l'extraordinaire mobilisation diplomatique marocaine, qui a fait jouer tous ces leviers à l'étranger, notamment en France.

Comme prévu cette affaire est donc retombée comme un soufflé. Et après cette brève parenthèse, c'est le Maroc qui se retouve une nouvelle fois sous les projecteurs avec la mort d'un ado de 14 ans tué par la gendarmerie marocaine à Laayoune. Heureusement pour le Maroc que les médias français sont très, très conciliants avec nous, sinon ca chaufferait !
Prospérité à Alger, misère à Tindouf
Auteur : nacirikabir
Date : le 21 octobre 2010 à 18h40
Prospérité à Alger, misère à Tindouf : la comparaison effarante entre Tindouf et les autres villes de l'Algérie participe d'une cruelle inégalité qui interpelle les consciences. Alors que le régime algérien thésaurise dans ses coffres-forts pas moins de 160 milliards de dollars, que les investissements se diluent ici et là, que les pétrodollars valsent à n'en plus finir, il a délibérément choisi de garder les camps de Tindouf sous la chape de la misère et de la souffrance des populations. Jamais contradiction entre paroles et agissements sur le terrain n'a été aussi flagrante. Les peuples du monde ne comprendront jamais que le fruit du partage des richesses pétrolières et gazières, étalées un peu partout, prive les camps de Tindouf du minimum vitale pour survivre. Car, le gouvernement algérien, qui dilapide des sommes colossales en achat d'armes et en projets pharaoniques, devrait tout de même être moins parcimonieux dans la conception qu'il se fait de la solidarité avec les peuples. On se prendrait à rêver qu'il accordât réellement ses actes à ses paroles, à doter les camps du minimum d'équipements décents et à cesser surtout d'instrumentaliser ces derniers à des fins politiques et de propagande grossière. Plutôt que d'étaler dans les télévisions les images de nos frères parqués sous des tentes, des sites démunis et des enfants chétifs, ne devrait-il pas, faute de générosité, se résoudre à cette idée que la meilleure voie pour les aider, c'est d'abord de les considérer en termes de principes humains.
C'est donc la richesse d'un côté et la misère de l'autre ! Où est la générosité musulmane, où est encore la solidarité révolutionnaire que le président Bouteflika lui-même, autrefois arpentant les estrades de l'ONU avec des accents guévaristes, ne cessait de vanter ?
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com