Menu

Politique Publié

AQMI - Sahel : L'Algérie boycotte une réunion parce que le Maroc est présent

La rivalité puérile entre l'Algérie et le Maroc a atteint son paroxysme. Elle s’est transposée hors des frontières des deux pays, et a dépassé les questions liées au soutien algérien au Polisario. Cette semaine (mercredi et jeudi), se tenait à Bamako (Mali), une réunion du Groupe d'action contre le terrorisme des pays du G8 (GACT). Objectif, étudier tous les moyens possibles pour renforcer la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) dans le Sahel. Le pays de Bouteflika qui devrait y prendre part, n’a pas fait le déplacement car… le Maroc a été convié à la table des discussions.

Temps de lecture: 3'
Combattants d'Aqmi avec leurs ex-otages espagnoles

Pour comprendre l’absence de l’Algérie dans la capitale malienne, il convient de faire un rappel des faits. AQMI a enlevé dans la nuit du 15 au 16 septembre à Arlit, au Niger, 7 personnes (cinq Français, un Malgache et un Togolais), et les aurait conduits dans la région de Timétrine (nord-est du Mali). Quelques jours plus tard, le 26 septembre, le comité d’état-major opérationnel conjoint (Algérie, Mali, Mauritanie et Niger), s’est réuni à Tamanrasset. L’absence de la Libye, du Maroc et du Tchad, à cette réunion avait surpris les spécialistes des questions sécuritaires. La partie malienne avait pourtant formulé le vœu d’élargir la coalition à d’autres pays de la sous-région, notamment le Maroc. Réponse de l’Algérie : niet. La rencontre de Tamanrasset aboutira à la mise en place du Centre de renseignement sur le Sahel (CRS), basé à Alger.

Mais les escarmouches verbales entre le Maroc et l'Algérie avaient débutés bien avant. Lors d’une réunion en mai 2010 des pays sahéliens à Alger, le ministre algérien chargé des Affaires africaines et maghrébines avait répondu avec ironie au délégué du Burkina Faso. Ce dernier l'ayant questionné sur une éventuelle participation du Maroc, Abdelkader Messahel a répondu : «j’ai consulté les livres d’histoire et de géographie, et je n’ai trouvé nulle trace de l’appartenance du Maroc à la région sahélienne.» Evidemment ca jette un froid glacial.
Ce n'est pas tout, puisque les Algériens invoquent un autre argument. Ils reprochent au Maroc d'être la source du narcotrafic dans la région du Sahel. Ainsi près de 40 % de la drogue qui circule dans la zone vient du Maroc. Bel argument pour justifier la mise à l'écart du royaume Chérifien dans la lutte contre le terrorisme.

Mais le Maroc ne sera pas le seul visé. Plus tard l’Algérie, critiquera le Mali dans sa lutte contre le terrorisme transfrontalier, allant même jusqu’à dénoncer «l’incompétence» de l’armée malienne. Elle continuera son pied de nez en boudant la réunion du GACT à Bamako. 

L’Algérie ne veut ni des pays occidentaux ni du Maroc

Cette attitude pourrait être expliquée par deux raisons essentielles. Premièrement, l’Algérie ne veut pas d’une ingérence étrangère ou d’une coopération avec les pays occidentaux. Elle considère que la lutte contre AQMI est un problème régional qui incombe uniquement aux pays du Sahel concernés. Or comme l’a confié à l’AFP Moctar Ouane, ministre malien des Affaires étrangères, «le champ d'action d'AQMI est un territoire désertique de 8 millions de km2 difficile à contrôler, partagé par l'Algérie, le Niger, la Mauritanie et le Mali». Difficile donc de circonscrire le problème aux seuls pays du sahel aux moyens militaires limités. Depuis plusieurs années, le problème du terrorisme et de l’insécurité est une réalité dans cette zone, et ne fait que s'aggraver. L'Algérie s’entête en vain, sachant qu’un seul pays ne peut y faire face.

Deuxième raison, la présence du Maroc à la réunion du GACT. La pilule a du mal à passer car le Royaume du Maroc revient comme un acteur régional incontournable, aussi bien aux yeux des occidentaux que sur le plan régional (Mauritanie, Mali). C’est donc tout naturellement que les pays sahéliens participants ont minimisé le boycott de l'Algérie, a indiqué l’AFP, la mettant avant tout sur le compte de sa rivalité historique avec le Maroc.

Au Mali, pays hôte du sommet, deux quotidiens n’ont pas raté l’occasion de marquer cette absence algérienne. L’Indépendant a écrit «c'est à croire que l'Algérie et le Mali ne pourront jamais se mettre autour de la même table et discuter franchement de la question de la sécurisation de la bande sahélo-saharienne, a fortiori s'entendre sur les moyens et les procédés pour mettre hors d'état de nuire les terroristes du désert.». Pour sa part Le Républicain a rappelé «l’Algérie, comme on le sait, désapprouve toute implication occidentale dans ce qu’il qualifie de problème exclusivement régional», mais aussi «avait balayé d’un revers de main l’éventualité d’une participation marocaine au motif que le royaume chérifien n’avait pas de frontière saharienne ou sahélienne.».

Participaient à la rencontre sécuritaire tenue à huis clos à Bamako, les représentants du G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon et Russie) ainsi que de l'Union européenne, la Suisse, l'Espagne et l'Australie. De même, de nombreux pays de la région (Burkina Faso, Mauritanie, Maroc, Niger, Nigeria et Sénégal) ont été invités à y prendre part.

Algérie-Mali : Rien ne va plus !

Même si officiellement il n’y a pas de critique au sommet de l’Etat, les manœuvres algériennes sont de plus en plus impopulaires au sein de l’opinion publique malienne. En effet, cette dernière tient l’Algérie responsable de l’instabilité au nord du Mali. Il faut dire qu’elle n’a pas totalement tort. Le Mali n’entretient plus de relations officielles avec les dirigeants du Polisario, même si le pays n’a pas retiré officiellement sa reconnaissance de la « RASD ». Les Maliens ont adopté une neutralité vis-à-vis de la question du Polisario.
Du coup, l’Algérie premier soutien du Polisario, cherche à s’opposer à tout rapprochement du Mali avec le Maroc.

un état inexistant sans trésorerie ni institution fiables
Auteur : youssefssin
Date : le 15 novembre 2010 à 22h23
en effet le peuple voisin algérien comme son frère marocain sont tous occupés pour assurer leurs pains quotidien ;
Ce qui nous partage exclusivement et effectivement c'est l'environnement politique;

d'abords un royaume du Maroc endetté car ses recettes annuelles en devise ne dépassent jamais les 10 milliards de dollars depuis des décennies ;
mais le royaume marocain reste un état solvable et crédible à tous les niveaux et par l'ensemble des institutions bancaires internationales.

PUIS en face il a une république militaire qui est loin d’être démocratique ;en effet le monde entier est au courant de la maniéré dont le saint bouc émissaire {à savoir monsieur le valeureux Boutalfiqa et qui a déjà les 75% de son corps dans une tombe};
fut couronné pour son éternel mandat ;suite au seul dictât des gros vieux généraux ;
ces généraux qui s'accaparent la totalité des recettes annuelles pétrodollars évaluées à plus de 50 milliards de dollars ;
c'est vrai que l'Algerie n'a pas de dette ;non pas pour sa puissance économique ,mais c'est juste parce qu' elle a la BARAKA jilaliénne et le hasard a voulu que le cour du baril du pétrole soit élevé d'une part ,mais aussi parce que l'état algérien n'est ni solvable ni crédible vis à vis de l'ensemble des institutions internationale;

car encore une fois désormais : l'état algérien est basé sur une poudrière d'abords naturelles puis humaine par son terrorisme aveugle & sanguinaire,et sans oublier les revendications légitime des kabyles.

en résumé et par simple calcul mathématique:
le peuple algérien doit vivre cinq fois mieux que son frère peuple marocain.
les Algériens ne doivent pas se contenter juste par gagner leurs pains quotidien mais plutôt mener une vie impériale où chaque algérien devrait avoir sa maison et sa voiture 4x4 d'office &&& sans délai.
mais malheureusement la vie impériale est réservée juste et exclusivement pour ces gargantuas généraux qui prennent en otage tout le peuple algérien et bien sûr les considérent comme de simple cafards de TiMiMouN.
c'est décousu
Auteur : fellagha
Date : le 13 novembre 2010 à 15h02
c'est décousu comme insultes,dites le à un voisin algérien qui habite au Maroc..........
bombolina
Auteur : fellagha
Date : le 13 novembre 2010 à 14h59
bombo,plutot Bombolina !
voisins
Auteur : fellagha
Date : le 13 novembre 2010 à 14h46
et surtout,n'oubliez pas,que vous avez un seul voisin:l'Algérie.au nord vous avez des territoires occupés,et ça ne vous interesse pas de les"récupérer" ou au moins de les "réclamer".au sud........
frontière
Auteur : fellagha
Date : le 13 novembre 2010 à 14h41
assez de critiques sur notre pays,généraux,petrole ect...vous qui le faites,marocains (?),provocateurs ,sur,vous ne pouvez meme pas le penser.quand au Peuple Algérien (frère du Marocain)il est occupé par son développement.mais une chose est sure:sa majorité est d'accord pour que la frontière soit fermée!! et en a marre d'un régime voisin "versatile"
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com