Menu

Société Publié

Akhenaton et l’Islamophobie en France

Akhenaton, n’est certainement pas le neuvième pharaon de la 18e dynastie, mais le célèbre rappeur français, de son vrai nom Philippe Fragione, né le 17 septembre 1968 à Marseille d’une famille d'immigrés italiens. Devenu Abdel Hakim quand il s’est converti à l’Islam en 1993.

Temps de lecture: 3'
DR

Membre clef du groupe du rap IAM, il est considéré comme l'un des plus anciens représentants du rap en France. Il  manie presque à la perfection des figures de style et de la rime dans la tradition de la poésie arabe. Son travail est très marqué par ses origines italiennes, l’islam, les rues de Marseille et de New York, qui lui a ouvert l’univers du rap lors de son premier séjour en Amérique, alors qu’il été encore étudiant en biologie et géologie. Son œuvre artistique se base sur la mythologie, le fantastique, l’irréel, mais surtout sur la réflexion sur le sens. On constate souvent des clins d'œil culturels, politiques et musicaux. Il a à son actif plus de cinq albums en Solo. Dans le premier, sorti en 1995, «Métèque et Mat», il condamne en particulier les inégalités qui dominent la vie socio-politique en France:

«Voilà ce qui arrive quand on méprise les hommes
et qu’on se fout éperdument de l’éducation de son môme !»

 Ces inégalités, dérangeantes et insupportables pour un artiste sensible aux êtres humains, ont engendré en 2001 «Sol Invictus», où on touche presque une dépression de l’artiste face à l'intolérance et au mépris des étrangers dans sa ville natale et un peu partout en France et l'alimentation du racisme par la complaisance des médias:

«du rien au tout,
puis du tout au rien.
Juste que nous sommes rien du tout,
En fait on sait rien, c’est tout.»

Ce qui intéresse le plus chez lui c’est son quatrième album «Soldats de fortune», où il évoque les attentats du 11 septembre 2001, la guerre en Afghanistan et en Irak et dénonce les dérives capitalistes, les failles du monde politique et la manipulation de masse par l'irresponsabilité des médias. Ce pas lui a valu la censure par la radio et la télévision:

«Le cul devant la télé, occupé à rêver
Le doigt posé sur la commande, on se sent exister
On râle, on gueule, on vote, espérant que ça va changer
Mais dresse tes barricades et tu les verras tous hésiter
[...]
Des comptes sous faux noms, ils prétendent agir au nom de la liberté
Mais c'est la monarchie du pognon
[...]
Ils ont caricaturés nos discours radicaux
Et l'on résumé par wesh wesh et yo yo
[...]
Mécontent des schémas qu'on nous propose
Je cultive maintenant les roses dans mon microcosme
Mesure les dégâts minimes que mon micro cause
Ça ne peut qu'aller mieux alors j’attends la fin de leur monde»

Sans hésitation et sans trébuchement, il continue sur le même axe dans son album «Je suis en vie», sorti en novembre 2014. Mais il y met plus de rigueur et d’énergie, contre ce qui est devenu la terre de la révolution de 1789, une république épuisée qui ne sait plus comment gérer sa richesse ethno-religieuse et qui dérape vers l’absurde et le combat d’un pseudo-ennemie, qu’est l’Islam. Invité récemment de la matinale d'Europe 1, Akhenaton répond avec une lucidité hallucinante sur une question relative à la «peur de l'Islam»: «La France est islamophobe, islamo-phobe, la peur de l’Islam. La France a peur de l’Islam depuis septembre 2001. Est-ce que vous pensez que nos universitaires connaissent bien le sujet de l’Islam? Ceux qui enseignent l’histoire aujourd’hui? C’est un sujet qui n’est absolument pas enseigné, alors qu’on a sept millions de nos concitoyens qui sont musulmans.» Tout en condamnant sans faille les attentats du 7 janvier affirmant «Moi je ne bloque pas sur le fait que ce soit le prophète Mahomet. Moi j’ai ma religion, je sais ce que le prophète représente à mes yeux, je n’ai pas besoin de le défendre de quelconque manière. Et je ne justifie absolument pas les actes violents pour le défendre», il dénonce aussi les caricatures publiées par Charlie Hebdo : «….Et donc j’avais posé la question ‘‘à quoi vous font penser ces caricatures?’’ Aux caricatures des juifs entre les deux guerres. C’est du même acabit avec Mahomet et les doigts crochus sur une Europe couverte de tombe chrétienne. C’est de l’amalgame. Alors maintenant on nous dit de ne pas faire d’amalgames, mais les amalgames sont faits».

Sans mâcher ses mots et sans illusions il constate : «En France, une frange de la population est tout simplement raciste. Les gens aigris se reconnaissent dans les propos que tient Eric Zemmour. Et même si ses analyses sont basées sur des chiffres faux, il n'en a rien à foutre…». «Mais le plus flippant, c'est lorsque tout cela se transforme en pourcentage dans les élections. Et là, je parle autant d'Eric Zemmour que des chaînes de la TNT qui, tous les soirs, distillent des émissions en prime time sur des faits divers qui étaient en quatrième page de journal régional et deviennent des quotidiennes sur la délinquance, les Roms, les cambriolages, les armes en banlieue, les réseaux islamistes... Avec ça, certains partis politiques n'ont même pas besoin de promo !».

Ce qui caractérise Akhenaton c’est sa critique réfléchie, profonde et sans provocation. Et c’est exactement ce dont a besoin actuellement dans nos sociétés musulmanes. Réfléchir sur notre religion et comprendre pourquoi on donne aux autres l’occasion de nous attaquer en son nom, ou à cause d’elle. Nous sommes conscients que cette religion n’est ni la plus parfaite ni la mieux adaptée pour tout le monde. Elle est tissée par mille fils, qui ne font pas d’elle obligatoirement une mosaïque, mais qui participent directement à son éclatement de l’intérieur et cela facilite les attaques de ceux qui ne la connaissent même pas et ne la reconnaissent nullement. 

Tribune

Hamid Lechhab
Ecrivain et journaliste libre
La religion imparfaite ?
Auteur : hafff
Date : le 19 mars 2015 à 13h06
"Nous sommes conscients que cette religion n’est ni la plus parfaite ni la mieux adaptée pour tout le monde."
Pardon ?
Le tawhid en carton... Hamid c'est à cause des faibles comme toi que les musulmans se font marcher dessus, et à raison, par à peu près tout le monde.
vous vous fourvoyez.
Auteur : jcm17
Date : le 19 mars 2015 à 10h45
Parmi les convertis à l'islam, citons encore Maurice Béjard, et surement d'autres encore.

Akhénaton est profondément attaché à la lutte contre le racisme.

mais le diagnostique est mauvais : il n'est en rien question de racisme mais de la dérivé de l'islam tout entier. c'est bien l'Islam qui est en cause et non l'islamisme . l'islamisme est une branche de l'islam, et aujourd'hui la branche la plus conquérante. L'interdiction du voile est pour nous une necessité absolue et si le musulman modéré n'est pas capable de comprendre que le refus ferme et définitif du prosélytisme de la branche radicale islamiste ne relève pas d'une atteinte à la religion , mais de la défense impérieuse de la paix et de l'etat de droit, il est évident pour moi que les musulmans modérés creusent leur propre tombe dans les pays démocratiques qui les accueillent.
Douce France !
Auteur : Electron libre
Date : le 19 mars 2015 à 08h13
L'ignorance fait le lit de l'intolérance et du rejet. Dans ces temps de crise et de la surinformation voire de la désinformation, il n y a plus de temps consacré à la réflexion et à la compréhension.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com