Menu

Politique Publié

Bachir Ben Barka : « Les éléments existent pour connaître la vérité »

INTERVIEW. «Seule une volonté politique de blocage empêche la justice de mener à bien son action de recherche de la vérité», du côté français comme du côté marocain, explique Bachir Ben Barka, fils de l'opposant marocain enlevé en 1965 à Paris. Aujourd'hui, il attend la levée du secret-défense sur les documents saisis à la DGSE, mais il est encore trop tôt pour spéculer sur leur contenu.

Temps de lecture: 2'
Bachir Ben Barka avec le portrait de son père.

- Yabiladi : Peu de détails ont percé sur la perquisition au siège de la DGSE par le juge Patrick Ramaël, qui enquête sur la disparition de votre père. Pouvez-vous nous apporter des informations supplémentaires ?

- Bachir Ben Barka : Tout ce que je peux vous dire est que cette perquisition s’inscrit dans le cadre des demandes exprimées par la famille de Mehdi Ben Barka et son avocat Me Maurice Buttin auprès du juge Ramaël pour avoir accès à tous les documents concernant la disparition de mon père, présents dans les archives des différents services officiels en France et ailleurs.
La démarche du juge au siège de la DGSE nous prouve que ces documents existent. Maintenant il faut attendre d’en prendre connaissance pour savoir s’ils vont nous apporter des éléments susceptibles de nous aider à mieux connaître la vérité sur le sort de mon père.

- L'objectif serait de connaître ce que les services secrets français savent de l’enlèvement de Mehdi Ben Barka en 1965 à Paris. Attendez-vous de nouvelles révélations, de nouvelles preuves, qui feraient évoluer le dossier ?

- Seule la consultation de ces documents apportera une réponse à cette question.

- L’affaire Ben Barka a connu plusieurs rebondissements. Les derniers en date ont été le lancement de 4 mandats d’arrêts par Interpol puis leur suspension par le parquet de Paris. Pensez-vous que les documents obtenus seront déclassifiés ?

- Il y a une procédure à respecter. D’abord la commission consultative du secret de la défense nationale doit donner son avis. Comme le président de cette commission était présent lors de la perquisition, nous sommes confiants concernant sa décision. Ensuite, il revient au ministre de la défense de décider de lever le secret-défense sur les documents. Nous attendons cette mesure.

- Le juge voulait saisir plusieurs dizaines de dossiers mais n'en a obtenu que 23. Soutenez-vous les propos de Me Maurice Buttin, qui avait déclaré après le blocage par des mandats d’arrêts par le parquet, qu'il «soupçonnait une intervention politique pour empêcher un différend diplomatique entre la France et son ancien protectorat» ?

- Bien sûr et totalement. Depuis 45 ans seule une volonté politique de blocage (qu’on peut nommer raison d’Etat) empêche la justice de mener à bien son action de recherche de la vérité. Cette raison d’Etat s’exprime aussi bien côté français que côté marocain. Les éléments existent pour connaître la vérité : que ce soit des documents comme on vient de le constater ou que ce soit des témoins encore vivants au Maroc qui connaissent une part plus ou moins importante de cette vérité. Il serait temps de les entendre.

Mohamed the brother of Mehdi Ben Barak
Auteur : rtantoun
Date : le 01 octobre 2012 à 09h06
I am looking for Mohamed Ben Barka which i beleive was the brother to Mehdi Ben barka who was in prisoned in Italy in 1973 were my farther and Mohamed became good friends and i would like to reunite them if possible. i am not sure if this is where i should type this in as i do not read French and might be making a mistake. I hope that you can help me with this as i have been trying to find some sort of link in English but all i find is in French.
Un bug ou un buzz ?
Auteur : tha3labi
Date : le 14 octobre 2010 à 16h56
Une avenue Mehdi Ben Barka existe à Rabat en témoignage de la reconnaissance du passé d'un des plus éminents nationalistes et résistants, tout comme pour Zerktouni ou encore Allal Ben Abdellah. Instrumentaliser un passé en rendant l'affaire publique alors que les éventuels protagonistes sont in-citables en justice car décédés ne fera que générer des conjectures sur la fiabilité des sources et des informations, nous interpelant sur l'innocence des buts réels poursuivis ?
La poudre aux yeux ?
Auteur : tha3labi
Date : le 14 octobre 2010 à 16h42
Il devrait contribuer plutôt à lever le secret défense sur les nombreuses "ingérences" passées ayant tenté de porter atteinte à la sureté des Institutions de notre noble Pays et dont on garde par pudeur, respect et souci de préserver de bonnes relations, un secret souvenir en mémoire ....
BEN BARKA Mehdi.
Auteur : EL BAKI Mohamed
Date : le 14 octobre 2010 à 12h13
Quelques soient nos opinions politiques, et quelques soient nos divegeances vi à vis de feu BN BARKA Mehdi,nous souhatons onnaître la Vérité aussi bie du côté fraçais que marocain.La Justice, oit nus dire l Vérité,rien ue la Vérié.
C'est une pge del'Histoire d Maroc,ds Mouvements de résistance et patriotiques et de l'Armée de Libération pendant le périodes du protectorat etd'arés le retour de feu Sa ajesté Mohammed V.
Savoir assumer notre Histoire du Maroc c'est aussi un acte citoyen.
Oui,lême si le uns et les autres nous n'avions pas partagé l'idéal ou les idées de BEN BARKA Mehdi,nous lui devons respectet honneur.Sa famille et ses proches nous leur devons aussi le respect.C'est tout fait dans l logique du rspect d'auruiA plus fort raison quand es hommes o ces femment avaiet jour n rôle dans ntre Histoire.
marre de cette affaire
Auteur : abdes73
Date : le 13 octobre 2010 à 21h59
Y en marre de cette affaire BEN BARKA!! Ben Barka s'il avait pris le pouvoir nous aurait instaure une république a l’Égyptienne ou a la syrienne ou mieux a l’algérienne. Non merci . Gloire a Hassan II qui a fait du Maroc ce qu'il. N'en déplaise a certains.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com