Menu

Politique Publié

2010, une année sombre pour le Polisario

Contrairement à fin 2009 qui avait vu l'affaire Aminatou Haïdar redonner des ardeurs à un Polisario vieillissant, l'année 2010 (en tout cas jusqu'à aujourd'hui), est une véritable année cauchemar pour le mouvement. Si l'affaire Mustapha Salma constitue le plus dur coup politique pour les séparatistes, il y a d'autres chiffres qui viennent étayer ce constat. Analyse.

Temps de lecture: 3'
Malgré le soleil du Sahara, perspectives sombres pour le Polisario ?

Alors que l'étau du plan d'autonomie se resserrait sur le Polisario, il avait terminé l’année 2009 sur une note qu’il pouvait estimer positive en sa faveur. L’affaire Aminatou Haïdar étant passée par là et donné quelques gages de succès au mouvement. Ce fut plutôt une bonne manière d’entamer 2010, qui s’annonçait alors sous de bons auspices.

Mais à presque un an jour pour jour après l’affaire Aminatou Haïdar, la vapeur s'est renversée. L’affaire Mustapha Salma vient de lever un coin du voile sur la manière dont les choses fonctionnent du côté de Tindouf, notamment sur la délicate question des droits humains. Mais l’affaire Mustapha Salma n’est que l’ultime épisode d’une succession d’évènements qui continuent de malmener le Polisario depuis janvier dernier.

Ainsi, en dix mois, 1561 personnes auraient quitté les camps de Tindouf pour rallier le Maroc. La dernière vague, de 46 personnes, vient de rejoindre le Royaume le week-end dernier. Depuis le tournant des années 90 et jusqu'en 2009, 8000 personnes avaient rallié le Maroc. Pendant les seuls 10 derniers mois, le flux a augmenté de plus de 18%.
Ces ralliements successifs des populations de Tindouf témoignent certainement des conditions de vie peu enviables dans les camps, une situation dans laquelle le Maroc ne devient que plus attrayant. Dans un numéro d'avril 2010, TelQuel parlait d'une «sorte de hrig mi-politique mi-économique». Dans tous les cas, les ralliements mettent à mal la légitimité des dirigeants des camps de Tindouf.

La reconnaissance internationale de la "RASD" en mode rétropédalage

Autre coup dur pour le Polisario, l'effritement de sa popularité sur le plan international. Ce qui, de plus en plus, se traduit par le gel de relations diplomatiques ou du retrait de la reconnaissance accordée par la plupart des Etats.  

Un petit aperçu historique démontre l'envergure du phénomène. A noter qu'il est difficile d'avoir des informations concordantes sur le sujet, mais les tendances restent les mêmes. Selon les informations fournies sur Wikipedia.fr, dans les 4 années après sa proclamation en 1976, 31 pays avaient officiellement reconnu la prétendue "République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD)" comme Etat souverain. Les années 80 ont vu 41 pays proclamer leur soutien au Polisario en reconnaissant la "RASD". De plus, la "RASD" est devenue membre de l'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) en 1982 (raison pour laquelle le Maroc s'est retiré de l'organsation).

Ces vagues de reconnaissance ont fortement chuté dès les années 90, où seuls 2 pays se sont joints au mouvement. La dynamique a quelque peu reprise dans les années 2000, avec 6 pays déclarant reconnaître la "RASD", et notamment l'Afrique du Sud en 2004. Mais depuis 2006 (Haïti), aucun pays s'est ajouté à la liste. Y a-t-il un lien avec l'annonce, en 2007, du plan d'autonomie proposé par le Maroc ? Il y a de fortes chances.

Mais pourquoi la chute dans les années 90 ? Le cessez-le-feu de 1991 a surement constitué un élément important. A l'ONU et la MINURSO de gérer le conflit désormais, se disaient certains dirigeants. De plus, avec la fin de la Guerre Froide, le conflit était sorti de son contexte international. De nouveaux soutiens auraient nécessité des efforts diplomatiques considérables, et ce dans une décennie dans laquelle le principal parrain du Polisario, l’Algérie traverse guerre civile, crise économique et plan d’ajustement structurel... Les moyens n'y étaient pas. 

D'ailleurs, s'il y a un enseignement à tirer des dates auxquelles la reconnaissance de la "RASD" auprès de pays tiers évoluait, c'est bien le lien avec les efforts diplomatiques entrepris au préalable. Le soutien d'un pays comme Saint-Christophe-et-Niévès pour la "RASD", acquis en 1987, n'a que peu à voir avec des sentiments de solidarités. Il est le fruit d'efforts et d'incitations précis.

Mais au vu des efforts entrepris, ces soutiens des pays tiers évoluent. Le 16 août de cette année 5 pays de l'archipel des Antilles ont retiré leur reconnaissance de la "RASD". Cela ne faisait que corroborer une dynamique qui a débutée dans les années 90, venue contrecarrer les efforts 

Ainsi, il n'y a pas seulement eu un ralentissement des reconnaissances de la "RASD", mais de nombreux pays qui, s'ils ne retiraient pas leur soutien, l'ont gelé. Si, encore une fois, le nombre exact est controversé, la tendance est univoque. Les offensives diplomatiques marocaines auraient été couronnées de succès. Et l'année 2010 constitue, encore une fois l'année la plus douloureuse. Pas moins de 7 pays ont retiré leur reconnaissance à la "RASD", ce qui constitue une année record. A ce rythme, il ne restera plus que l'Algérie et les deux autres pays communistes, Cuba et la Corée du Nord.

L'année 2010 n'a-t-elle finalement vu qu'une accélération d'une évolution qui tend vers l'isolation du Polisario ? Dans tous les cas, la partie est loin d’être gagnée pour le Maroc. Accélérer le processus de démocratisation et le développement des provinces du Sud doivent être des priorités pour séduire davantage les populations de Tindouf.

Que reste-t-il du polisario ?
Auteur : baba dy
Date : le 19 octobre 2010 à 15h25
Bizard,depuis le temps que les sahrouis regagnent leur chere patrie,il ne doit y rester que quelques invalides retenus de force. quelle honte pour abdel aziz et ses complices !
faites le compte et dites moi si j'ai raison ou pas.
2010,une année sombre pour le Polisario.
Auteur : EL BAKI Mohamed
Date : le 14 octobre 2010 à 11h34
Trés bien dit MOHAMMED,
Les colonisaturs étaient les spécalistes de la division et de la ségrégation : diviserpour mieux regner! Le néo-colonialisme et les séparatistes utilisent les mêmes méthodes et pire les séparatises utilsent,la domination politique,la dictature pour opprimer leur propres citoyens pour leurs propres interêts et surtout au profit du néo-colonialisme qui exploite à fon les richesses du pays.
2010,une année sombre pour le Polisario.
Auteur : EL BAKI Mohamed
Date : le 14 octobre 2010 à 11h27
Oui,le Polisario vie depuis des décénnies sur le viruel.Il faiait miroiter les mirages à bien des hommes et des femmes pour une aventure sans issues.
Aujourd'hui le "Polisario" vit dans une réalité qui le dépasse... Mêmes de hauts responsable se rendent compt de lur erreurs , humblement , en toute conaissance de cause et en patriote reviennent ers la mère-patrie.Nous ne pouvonsque leur dire soyez ls bienvenus (es) dans votre pays...
Quand aux idéalistes "virtuels" qui s'entêtent dans leur "rêves" et "mirages" le réveil sera dur...
Le Maroc du nord au sud,de l'est àl'ouest,arabes,berbères,saharaouis à l'intérieur comme à l'étranger nous sommes unis,fraternels et solidaires. ALLAH, Al attane , Al Malike.
La victoire est à portée de main...
Auteur : MOHAMMED
Date : le 14 octobre 2010 à 10h38
Le Maroc, en construisant des logements sociaux dans la région du sahara que les gens pourraient acquérir avec un crédit 0%, s'assurerait le retour des plus de 3/4 des sahraouis de Tindouf en quelques mois. Si en plus, il leur offre la possibilité d'un développement au niveau du commerce, ce sera la totalité.
Je vous le garantis!
Mr marco13
Auteur : MOHAMMED
Date : le 14 octobre 2010 à 10h33
Est il encore nécessaire de vous rappeler que la population sahraoui de Tindouf est séquestré par un régime stalinien? Dans ses conditions, il est impossible de sonder des gens qui vivent sous terreur comme celle de la gestapo ou personne ne fait confiance à personne et où personne ne peut donner son avis librement.

Nous étions unis et les colonisateurs nous ont divisés, donc accepter de diviser la patrie est comme accepter la colonisation et ses conséquence! Nous sommes sortis victorieux mais le combat n'est pas encore terminé, et sur cela la totalité des marocains sont solidaires et unis.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com