Menu

Sport Publié

Fin du feuilleton Carcela : Le Maroc remporte la mise

Après des mois d’hésitation, il semblerait finalement que Mehdi Carcela, milieu de terrain du Standard Liège en Belgique, ait finalement choisi de porter les couleurs des Lions de l’Atlas, selon la MAP. La fin heureuse de ce feuilleton pour le Maroc mérite qu’on revienne sur les nombreuses péripéties qui l’ont animé, et qui ont maintenu le suspens pendant plus d’un an.

Temps de lecture: 4'
DR

«Mehdi Carcela a opté pour l'équipe nationale de football du Maroc et le choix du talentueux milieu de terrain sera officiellement annoncé dès finalisation de la procédure par la FIFA (…) il s'agit de simples formalités, le joueur ayant déjà signé un document dans lequel il exprime son choix de jouer pour les Lions de l'Atlas», rapportait la MAP ce lundi. La source citée n’est alors autre que Nourredine Moukrim, nouveau coordinateur, en charge de la prospection des jeunes joueurs marocains évoluant en Belgique et aux Pays-Bas.

Le happy-end que nous annoncions tantôt semble donc plus que jamais se muer en réalité, mais le conte aura surtout été  une histoire à rebondissements.

Episode 1 : L’émergence d’un nouveau talent, début du casse-tête

La saison 2008-2009 s’achève, le Standard Liège est sacré champion. Pour sa première saison chez les pros, Carcela n’est certes pas un acteur majeur de la conquête du titre, mais  avec 13 matches joués dans le championnat belge, dont 7 en tant que titulaire, le jeune gaucher montre de belles dispositions. 2009-2010 sera l’année de la confirmation. Carcela réalise un début de saison tonitruant, auteur de 4 buts en 7 matches, dont un magnifique doublé contre le FC Malines.

Quand on est si talentueux, ça attire l’attention, surtout celle des sélectionneurs nationaux. Quand on a plusieurs nationalités, évidemment les choses se compliquent, surtout s’il faut faire un choix. Né en Belgique, d’un père espagnol et d’une mère marocaine, Carcela est sollicité par le Maroc et la Belgique. A 20 ans, son talent lui pose un grand dilemme...

Episode 2 : L’indécision

Début octobre 2009, Carcela est tiraillé entre le pays où il a toujours vécu et ses origines. Le duel entre la Belgique et le Maroc est plus que jamais lancé, et la presse s’en mêle. La pression monte autour du joueur, qui a reçu une convocation pour jouer avec la Belgique en éliminatoires pour la Coupe du monde 2010. S’il honore sa sélection, Carcela est perdu pour le Maroc. Intelligemment, le joueur préfère se donner un temps de réflexion.

Mais alors que la sélection belge enregistre des forfaits en série, des indiscrétions de la presse belges annoncent que Carcela aurait choisi le Maroc. Le joueur dément, et déclare : «Pourquoi dit-on cela alors que je n'ai pas encore pris ma décision ? Je réfléchis. Tout est arrivé trop vite, j'ai besoin d'un peu de temps. Mais non, ma décision ne penche pas en faveur du Maroc, à 70 % ou autre chose... C'est vraiment du 50-50».

Episode 3 : la Belgique remporte le 1er round

La pression monte, et dans la balance de l’indécision, la Belgique semble peser plus lourd que le Maroc. Si publiquement le joueur dit qu’il n’a encore rien décidé, des rumeurs l’envoient chez les «Diables rouges». La pression de son entourage et du sélectionneur belge s’ajoute.

La presse belge annonce le choix du joueur alors qu’un ultimatum lui est donné pour le jeudi 8 octobre 2009, par le sélectionneur belge qui l’a convoqué pour affronter la Turquie le  samedi qui suit, puis l’Estonie le mercredi d’après. Convoqué pour affronter le Qatar en amical, Carcela honorera sa première sélection avec la Belgique le 17 novembre 2009.

Le Maroc, aura bien du mal à récupérer le joueur, et ses derniers résultats sportifs ne plaident pas en sa faveur. Mais tout espoir n’est pas perdu…

Episode 4 : Le Maroc revient à la charge

Juin 2010, Carcela est en vacances à Marrakech. Le Maroc a gardé un œil sur le gaucher, et sait qu’il peut encore le débaucher. Le quotidien arabophone Al Massae publie donc un entretien dans lequel le joueur aurait affirmé qu’il jouerait pour le Maroc.

Rien de plus qu’une rumeur. La presse belge publie un démenti du joueur qui déclare : «J'ai lu ça dans la presse marocaine mais je ne change pas d’avis ! Je reste Diable Rouge. Je n'ai jamais tenu de tels propos. Je suis Diable et il n'est pas question de changer».

Episode 5 : Gerets entre en scène

Retour à la case «Indécision» pour Carcela. Entre temps, le Maroc s’est doté d’arguments plus convaincants. Le staff technique de l’équipe nationale a été remanié, et est désormais coiffé par Eric Gerets. Le technicien belge doit redonner un nouveau visage à une équipe qui a perdu de son lustre. Carcela fait partie des plans du Lion de Rekem, dans une équipe où du sang neuf a été injecté. C’est ainsi que la fédération marocaine réactive la piste. Alors qu’il affirmait ferment son choix, Carcela redevient hésitant. Gerets semble-t-il, a su trouver les mots justes.

Le Maroc et la Belgique sont de nouveau sur la balance, et ce sont les médias des deux pays qui vont avoir le vertige. Annoncé ci et là dans la presse, Carcela n’affiche aucune préférence lors de ses sorties médiatiques.

Episode 6 : Le Maroc prend le dessus

Le scénario de l’été 2009 se répète : Carcela est convoqué en match officiel par la Belgique, et le Maroc qui a regagné du terrain ne lâche pas l’affaire. Le Belge décline sa sélection pour participer aux premières rencontres qualificatives de l’Euro 2012, et demande un nouveau délai de réflexion.

Entre temps dans la presse des deux pays, on sent bien que le rapport de force penche plus pour le Maroc. Plusieurs sources, dont Marouane Fellaini, qui est passé par les mêmes tiraillements, confirment que le joueur a choisi le Maroc. «Selon ce que j'ai entendu, Mehdi a choisi de jouer pour le Maroc. Mais je ne sais pas pourquoi il n'a pas encore rendu public sa décision» déclarera Fellaini à un site belge.

Le voile de l’incertitude sur le cas Carcela se sera peu à peu dissipé au fil du temps. Après les déclarations de Moukrim, et à moins d’un retournement extraordinaire de situation, le milieu de terrain devrait porter les couleurs du Maroc pour le reste de sa carrière.

Epilogue : A quand les premiers pas avec les Lions ?

Officiellement, la fédération attendrait le feu vert de la FIFA, à qui le dossier a été soumis, avec l’accord préalable du joueur. En attendant, il ne fait pas partie de la liste des présélectionnés pour le prochain match officiel des Lions de l’Atlas, contre la Tanzanie le 9 octobre prochain. Il se pourrait cependant qu’il puisse assister à une rencontre amicale prévue pour novembre à Belfast, où le Maroc affrontera l’Irlande du Nord.

Il est rare qu’un joueur fasse autant parler de lui sans avoir joué. Espérons en tout cas que les débuts de Carcela avec le Maroc seront à la hauteur de l’attention dont il a fait l’objet.

...
Auteur : Nixa Bonix
Date : le 29 septembre 2010 à 19h09
"La fin heureuse de ce feuilleton pour le Maroc"

toz et re-toz !

cette politique de prospection a l'international n'a rien a voir avec le sport. la visee est toute autre !

c'est pour ca qu'on refusera dorenavant certains entraineurs !
La motivation.
Auteur : naimo slaoui
Date : le 28 septembre 2010 à 19h36
Imaginons une équipe du Maroc avec Boulahrous, Affalay et Rami avec les vedettes que nous avons déjà!...
Sur le papier, elle ferait peur à n'importe quelle nation.
MAIS JE CROIS QUE CE QUI EST IMPORTANT, c'est d'avoir des joueurs qui s'entendent bien et qui sont fiers de représenter leur pays.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com