Menu

Politique Publié

Guerre du Rif : La société civile marocaine saisit Hollande et Felipe VI pour une « réparation » des dégâts

Une nouvelle publication confirme l’origine des cancers dont souffrent abondamment les populations du nord du Maroc, lesquels seraient dus aux armes chimiques employés lors de la guerre du Rif. La société civile locale appelle la France et l’Espagne à réparer les dégâts. Des courriers ont déjà été envoyés au président François Hollande et au roi Felipe VI.

Temps de lecture: 2'
DR

Les ONG et victimes de la guerre du Rif ont adressé des lettres au roi d’Espagne, Felipe VI ainsi qu’au président français François Hollande «pour qu’ils reconnaissent ce crime contre l’humanité» qu’a été la Guerre du Rif et acceptent de le réparer en contribuant à la mise en place d’un hôpital. C’est ce que rapporte El Pais dans un article paru hier, mardi 3 février.

Ils réagissent ainsi après la récente publication du juriste marocain, Mimoun Charqi, d’une demi-douzaine d’études génétiques d'experts américains, japonais, anglais et italien sur les liens du cancer avec l'utilisation d'armes chimiques. Une confirmation de plus qui s’ajoute aux multiples alertes de chercheurs marocains sur l’origine des cancers dont souffrent abondamment les populations du nord.

L’Espagne voulait «exterminer» les Marocains

Lors de cette guerre menée entre 1924 et 1927, 700 000 soldats français et 26 000 soldats espagnols avaient été déployés contre la rébellion dirigée par le légendaire Mohamed ben Abdelkrim El Khattabi. Dans sa publication, Mimoun Charqi révèle une déclaration du roi d’Espagne de l’époque, Alphonse XIII, qui bouleverse les habitants du nord. «Laissez-nous les considérations humanitaires de côté, parce qu'avec l'aide de gaz les plus nocifs nous sauverons beaucoup de vies. Le plus important est de les exterminer comme des ennemis, comme on le fait avec les bêtes féroces». Ainsi, les soldats français et espagnols n’ont pas hésité à utiliser le gaz moutarde, le phosgène, le diphosgène et la chloropicrine.

Aujourd’hui, 90 ans après la guerre, les régions du Nord sont les plus touchées par le cancer. En effet, près de 80% des adultes et 50% des enfants atteints de cancer traités à l'hôpital d'oncologie de Rabat sont originaire du Rif.

Paris et Madrid appelés à construire un hôpital d’oncologie à Nador

L'association de défense des victimes de gaz toxiques dans le Rif dénonce l’usage de ces bombes alors que les Espagnols et Français savaient que les conséquences seraient désastreuses pour la santé des futures générations dans cette région du Maroc. Son président, Rachid Raha, dont 5 membres de la famille sont aujourd’hui atteint d’un cancer, appelle Paris et Madrid à «réparer les dégâts».

En 2012, Rabat avait manifesté sa volonté d’ouvrir un débat avec l’Espagne sur l’utilisation des armes chimiques lors de la guerre du Rif. Mais depuis, les choses n’ont pas avancé. Les populations ont donc pris les devants. Une rencontre aura lieu samedi prochain entre experts et malades du cancer considérés comme des «victimes» de la guerre du Rif. A cette occasion, ils comptent exiger des autorités marocaines, françaises et espagnoles la construction d’un hôpital d’oncologie dans la région de Nador, pour que les malades n’aient plus à aller jusqu’à Rabat.

Oui, de trop...
Auteur : Bodler
Date : le 05 février 2015 à 09h20
... moyens de destruction massive ont été utilisés par les deux forces occupantes européennes dont le makhzen d'alors était complice !
Ajoutons à ce que dit Ristel Tchounand...

"Lors de cette guerre menée entre 1924 et 1927, 700 000 soldats français et 26 000 soldats espagnols avaient été déployés contre la rébellion dirigée par le légendaire Mohamed ben Abdelkrim El Khattabi."


... des chiffre de Zakia Daoud sur ce sujet, dont on peut comprendre que ces 700 000 soldats n'étaient pas exactement français, puisqu'elle avance que le tyran Glaoui envoya 500.000 soldats à Mohamed V !

Comment s'étonner après ça que, pendant longtemps (jusqu'à nos jours pour certains qui n'ont pas la mémoire courte), toute cette région, trop souvent martyrisée par la pouvoir central, ait gardé un vif ressentiment envers lui !!
"Crimes de guerre" ? Oui, assurément !
Et aux responsables cités dans l'article, France et Espagne, par R.T., il y a lieu d'ajouter Mohamed V - une catharsis, bénéfique à notre pays et à notre peuple, est à ce prix : celui de la vérité !
Dernière modification le 05/02/2015 09:58
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate