En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Archive Histoire Publié

Histoire : Quand des pilotes américains aidaient la France dans la guerre du Rif

Si la guerre du Rif a opposé des troupes marocaines  à l’Espagne et la France, les Etats-Unis ont aussi joué un rôle dans la lutte contre l’armée de résistance conduite par Abdelkrim El Khattabi. Des notes publiées en 2007 dans la revue des armées reviennent sur l’aide des américains en 1925 pour pallier aux manques de l’armée de l’Air française.

DR

Les Etats-Unis n’ont pas toujours été du côté du Maroc, ou du moins par le passé. Une traduction du livre «Des Américains dans la guerre du Rif», de William Dean, publiée dans la revue historique des armées revient sur l’aide des américains à l’armée française pour pouvoir contrer les soldats du résistant Abdelkrim El Khattabi.

Tout part de Charles Willoughby, un haut gradé américain admirateur de Franco et de Mussolini, qui comparait la tactique des français et des espagnols pendant la guerre du Rif et analysait le conflit sous un angle racial. Alors que la France était engagée sur d’autres terrains et surveillait de près la situation en Europe au lendemain de la Grande guerre, elle s’est retrouvée avec des effectifs insuffisants pour faire face aux résistants marocains.

Les contingents africains ne suffisent pas

Après avoir déployé des soldats venus de Tunisie, d’Algérie et d’Afrique de l’Ouest (tirailleurs sénégalais), elle ne parvenait toujours pas à prendre le dessus sur les combattants rifains qui ont lancé une grande offensive en 1925. Le nouveau gouvernement de Paul Painlevé (président du Conseil français) ne trouva qu’un seul moyen de réagir à ce revirement stratégique. En juillet 1925, Painlevé va opérer un changement radical après avoir reçu une proposition du colonel américain, Charles Sweeney, qui avait servi dans la Légion étrangère pendant la Première Guerre mondiale puis dans l’armée américaine.

Sweeney proposa à Painlevé de créer une escadrille de pilotes américains avec des anciens de l’escadrille Lafayette. Painlevé, puis plus tard le ministre des Affaires étrangères, Aristide Briand, approuvent la création de cette escadrille, d'après un télégramme envoyé à Lyautey le 10 juillet 1925.

L’escadrille chérifienne voit le jour

L’escadrille verra donc le jour pour faire face à Abdelkrim. Elle sera composée de pilotes américains et accomplira une centaine de missions entre le mois d’août et la fin du mois d’octobre. Lorsqu’elle est arrivée en terre marocaine, elle comptait neuf officiers et sept sous-officiers ainsi que sept appareils. Un colonel français fut aussi affecté à l’escadrille en tant que co-commandant. Les Français fournirent le personnel technique et logistique, soit neuf sous-officiers et cinquante engagés. Pour sa part, le sultan marocain, Moulay Youssef, procura les uniformes aux Américains et solda également les personnels de l’escadrille. 

Les missions d’interdiction, ISR et CAS de l’escadrille américaine étaient souvent effectuées à basse altitude à des vitesses de 130 à 160 km/h. Cependant, avec la défense anti-aérienne efficace des Rifains (plus de 20 appareils français déjà abattus), l’escadrille ne se présentait pas en terrain conquis.

La fin des mercenaires américains 

Poursuivant la guerre, la France s'allie militairement à l'Espagne et les deux vont déployer quelque 300 000 soldats pour faire face aux résistants rifains. Les français et espagnols déclenchèrent deux attaques en mouvement de tenaille à partir du nord et du sud contre les forces d’Abdelkrim. Vaincue, l’armée du résistant se retira dans les parties les plus inaccessibles des montagnes dur Rif, mais poursuit ses actes de guérilla jusqu’en mai 1926. Cette défaite aura également précipité la fin de l'escadrille chérifienne.

En novembre 1925, alors que toute l’aviation s’était retirée dans ses bases d’hiver, plus aucune raison opérationnelle ne justifiait le maintien de l’escadrille dirigée par les américains. De plus, le secrétaire d’État américain aux Affaires étrangères, Frank Kellogg, était dès le départ opposé à l’existence de cette unité et l'opinion nationale ne voulait plus voir les Etats-Unis s'engager dans une guerre. Et avec Paul Painlevé, qui vit son gouvernement tomber le même mois, il n’avait donc plus aucune raison de renouveler le contrat des mercenaires américains.

36 commentaires
zsahara
Date : le 13 juillet 2017 à 17h52
Qui essayent d'éloigner l'Espagne et resonsabiliser la France et le roi marocain sous protection. Manipuler pour diviser est une pratique par les ennemis du Maroc depuis toujpurs et nos ennemis européens depuis Tarik Ibnou Ziyad . Le Rif et le sahara ont été occupés par l’Espagne et en sortant l'Espagne a laissé des dégâts matériels et immatériels et surtout un sentiment de haine en plus de la peur que le Maroc deviendra un état fort comme il a été toujours arrivera à s'unifier et l'Espagne perd sabta et Mellila et les avantages de ses manips au sahara . Dommage que des principes nobles sont utilisés pour des fins de colonisation et de déstabilisation.
Itwasntme
Date : le 12 juillet 2017 à 10h12
@abdou, Merci pour le partage.. L histoire doit rester un héritage et un patrimoine national. Par contre,Certaines organisations manipulent des faits et événements historiques pourtant prescrits à des fins politiques pour créer la division et l anarchie...soyons vigilants.
Citation
AbdouPIA007 à écrit:
Cet article n est pas tt a fait exact de point de vue historique, ce n est pas l Amérique qui était du cote des français mais une bande d'une vingtaine de pilote nostalgique de la première guerre, d'ailleurs leur intervention a été stopee entre autre grâce a la neutralité des us dans ce conflit et au soutien d une grande partie de l opinion public américain a la cause des rifains ! je vous invite a lire la source directement , cet article relate les faits d un autre point de vue mais la documentation y est intéressante : https://histoirestimbrees.blogspot.com.es/2016/08/les-americains-du-sultan-contre-larmee.html abdou
AbdouPIA007
Date : le 12 juillet 2017 à 09h07
Cet article n est pas tt a fait exact de point de vue historique, ce n est pas l Amérique qui était du cote des français mais une bande d'une vingtaine de pilote nostalgique de la première guerre, d'ailleurs leur intervention a été stopee entre autre grâce a la neutralité des us dans ce conflit et au soutien d une grande partie de l opinion public américain a la cause des rifains ! je vous invite a lire la source directement , cet article relate les faits d un autre point de vue mais la documentation y est intéressante : https://histoirestimbrees.blogspot.com.es/2016/08/les-americains-du-sultan-contre-larmee.html abdou
Dernière modification le 12/07/2017 09:07
Des document de l époque sur le sujet
Auteur : yasmine-chah
Date : le 01 septembre 2016 à 00h04
Quand la jeunesse est aveugle...
Auteur : alphavirginis
Date : le 28 janvier 2015 à 22h58
Salam hyayna,

Tu es jeune, et cela se voit. Tu es un fervent nationaliste, et cela se voit aussi. Mais de grâce, essaie un peu d'ouvrir ton esprit!

Blad Elmakhzen et Blad siba sont des concepts, certes réels historiquement parlant, mais des concepts initiés par la France. Alliée au Sultan Moulay Youssef, après avoir délicatement déposé Moulay Hafiz, celui qui a, pour ainsi dire cédé le Maroc à la France, elle inventa ce climat d'incertitude auprès du Sultan pour justifier la "pacification" du Maroc.

Ce n'est pas pour rien qu'elle installa la Cour Royale à Rabat, alors que le protectorat fut signé à Fez, alors capitale du pays. D'ailleurs, les premières émeutes après la signature du protectorat eurent lieu à Fez... Je ne parle évidemment pas des attentats anti-européens de Casablanca en 1905 avant que le Maroc ne passe sous "protection française"...

Blad siba était un prétexte pour occuper le Maroc qui n'acceptait pas la présence de la France. Et cela ne concernait pas que le Rif, mais aussi les autres régions. Bref, pour faire admettre au Sultan la pacification, il a fallu lui donner de l'importance en instituant le concept de Blad Elmakhzen, en lui faisant croire qu'il en aurait la souveraineté absolue. Ils ont donc profité de l'organisation tribale et ancestrale du Maroc, et l'ont utilisé comme prétexte.

Sinon, l'organisation tribale ne posait aucun problème de soumission au Sultan qui constituait, en effet, le pouvoir central. Autrement, comment expliquerais-tu la souveraineté et l'indépendance du Maroc pendant plus de 13 siècles?

Abdelkrim Al-Khattabi combattait les colons espagnols et français. Pas le Sultan. Et il est clair qu'il ne partageait pas le point de vue de ce dernier...

Cordialement!
@allami78
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 27 janvier 2015 à 19h32
Peut-être que ce que vous dites est vrai et tout ce qu'on racontait et ce qu'on raconte n'est qu'une propagande de guerre, mais il faut reconnaitre que personne n'est parfait.

Pour ce qui est des rues et des lieux qui portent le nom de Abdelkrim El Khattabi, il y en a beaucoup au Maroc Même dans les grandes villes comme Fès, Casa, ....etc.

Et pour finir, Abdelkrim El Khattabi est une fierté pour les marocains et ce n'est pas pour rien que ses stratégies et tactiques de combats sont enseignés dans les grandes écoles militaires du monde.
Big erreur...
Auteur : Bodler
Date : le 27 janvier 2015 à 19h26
(... abdelkrim n'a jamais été réhabilité au maroc, aucune rue ne porte son nom...), dites vous ?
Rien n'est plus faux !
la propagande !!
Auteur : allami78
Date : le 27 janvier 2015 à 18h39
la propagande accompagne toutes les guerres et a chaque guerre sa propagande.
le maroc était l'allié de la france et de l'espagne, donc on racontait aux gens que les rifains mangeaient des enfants, bla bla
bref c'était les talibans de l'époque !
d'ailleurs abdelkrim n'a jamais été réhabilité au maroc, aucune rue ne porte son nom, aucun monument, ce qui n'est pas le cas en algérie ou en egypte ou il est vu comme un héros du nationalisme arabe luttant contre l'impérialisme (un comble pour un berbere :D )
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com