Menu

Politique Publié

Maroc : L’Intérieur compte réduire le nombre des communes et des élus de Casablanca

Dans un aveu d’échec de l’expérience visant l’unité de la ville en vigueur depuis 2003, le ministère de l’Intérieur entend faire subir à Casablanca une sérieuse cure d’amincissement. Ainsi le nombre de communes et de conseillers devrait diminuer drastiquement. Les notables sauront tirer leur épingle du jeu mais d'autres élus auront du mal à suivre avec les opérations d'achat de voix.

Temps de lecture: 2'
Mohamed Sajid, maire de Casablanca / Archive - DR

A quelques mois des élections communales, le ministère de l’Intérieur vient de lever le voile sur ce qu’il prépare pour Casablanca. Les arrondissements (communes) de la métropole économique devront subir une forte réduction, passant de 16 à 8. Une nouvelle carte électorale en phase avec les huit gouvernorats sous la tutelle du département de Mohamed Hassad.  

Cette baisse affectera également le nombre élus à la mairie qui se réduira de plus de 33%. Le prochain tour de table du conseil de la ville sera composé uniquement de 147 conseillers contre 220, actuellement. Cette coupe dans l’effectif des conseillers devrait conduire à une meilleure gestion de Casablanca. Par le passé il était l'otage des calculs politiciens et des intérêts économiques de certains groupes de conseillers. Preuve en est la paralysie des sessions de la mairie, en 2012, pendant presque une année.

Les prix des voix vont flamber

Ce que prépare l’Intérieur laissera, sans aucun doute, sur le carreau plusieurs élus, notamment ceux dépourvus de ressources financières assez conséquentes pour assurer leur réelection. Les mécontents faut d'ailleurs entendre leur voix. Ainsi l’USFP, dont la popularité est en chute libre à Casablanca, a pris le contre-pied du projet de la tutelle proposant d’augmenter le nombre des communes à 20. Le prétexte ? L’extension géographique de la ville et la croissance démographique enregistrées depuis les dernières communales du 12 juin 2009.

Il s’agit là d’un moyen pour assurer à ses candidats une présence dans les communes. Actuellement, l’USFP ne préside qu’un seul arrondissement, celui de Sidi Belyout. Le PAM est également logé à la même enseigne. Le parti du Tracteur devrait laisser beaucoup de plumes dans la nouvelle carte électorale, à moins d'un miracle.

Ce nouveau découpage devrait favoriser les têtes d'affiches. Et pour cause, ils ont l’avantage des moyens financiers qui leurs assure, au moment opportun, de solides relais au sein de la population locale. A l’exception du PJD qui s’appuie sur un électorat discipliné, les autres formations présentent des notables adoubés pour la circonstance.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com