Menu

Politique Publié

Espagne : Le Parti populaire « alimente la tension » avec le Maroc selon Miguel Angel Moratinos

Le Parti populaire (PP) cherche à «attiser la tension» avec le Maroc, après que le gouvernement ait résolu la crise d’«incidents» et de «tension» survenue cet été avec le Maroc. Ainsi s’exprimait mardi devant les sénateurs, Miguel Angel Moratinos, ministre espagnol des Affaires étrangères. Si l’accusation semble grave, elle est cependant bien fondée.

Temps de lecture: 2'
DR

Le chef de la diplomatie avait été interpellé par le sénateur du PP, Alejandro Muñoz Alonso pour répondre aux questions sur l’état des relations son pays et le Maroc, après le réchauffement des relations entre les deux voisins. Ce réchauffement faisait suite à des nombreux incidents à la frontière de Melilla mais aussi à l’arrestation de militants pro-Polisario à Laâyoune.

Le PP, par la voix du sénateur Alejandro Muñoz Alonso, a reconnu que le Maroc est un pays «vital» pour l’Espagne sur beaucoup de plans. Mais Moratinos lui reproche ne rien faire «pour améliorer les relations» avec ce pays.

Le sénateur Alejandro Muñoz Alonso a déjà critiqué à maintes reprises la politique de l’exécutif Zapatero à l’égard du Maroc. Selon lui, Madrid joue double jeu dans la question du Sahara marocain, en soutenant le plan marocain d’autonomie autant que l’autodétermination des Sahraouis. Récemment, ce sénateur populaire a accusé le Maroc de «jouer la stratégie de la tension pour mesurer la résistance du gouvernement espagnol». Toutefois, de l’avis de Moratinos, le gouvernement ne sait «jamais senti offenser».

«La relation avec le Maroc est riche, variée et étroite». Il est donc normal et «naturel que surviennent parfois des incidents ou des difficultés», a expliqué le ministre. Le principal dans ces moments est de parvenir à surmonter les dissensions. En réponse à d’autres accusation du PP, Moratinos a rétorqué en affirmant que le «gouvernement n’est ni pro-marocain, ni pro-sahraoui, ni pro-mauritanien, ni pro-algérien, mais il défend les intérêts de l'Espagne et une meilleure intégration régionale».

Les manœuvres provocatrices du PP sont une nouvelle fois mise à jour avec la visite annoncée pour le jeudi 16 septembre à Melilla, de Mariano Rajoy, actuel président du PP. Une visite déjà qualifiée ce mercredi de «provocatrice» par le premier ministre Abbas El Fassi.  Auparavant, José Maria Aznar, l’ex premier ibérique, s’était rendu à Melilla alors que la crise était à son summum.

ya mr miguel!!!!!!!!!
Auteur : baba laaziz
Date : le 18 septembre 2010 à 02h39
melek mganber t est vraiment pas beau avec ton air ennervee talaa lik dem wa mousiou prend une douche avant de venir au senat si tout
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com