Menu

Politique Publié

Pays-Bas : Condamnation du policier-espion d’origine marocaine à 240 heures de TIG

Le procès du Maroco-Néerlandais Ré Lemhaouli est terminé, l‘ex-policier a été reconnu coupable d’espionnage pour les autorités marocaines. Outre sa suspension de service, la sentence reste relativement clémente ; le coupable doit effectuer 240 heures de travaux d’intérêt général (TIG). Cependant, la question des éventuelles pressions subies par l’ex-agent de police de la part des autorités marocaines n’a été soulevée qu’en marge du procès.

Temps de lecture: 2'
DR

Le jugement a été rendu hier, mercredi 8 septembre, par le tribunal de La Haye dans l’affaire Lemhaouli. L’ex-policier d’origine marocaine Redouane Lemhaouli, dit Ré, était en fonction à Rotterdam quand il a été suspendu de ces fonctions pour «manquements graves à ses devoirs» en juillet 2008. Il était accusé d’avoir fourni des informations confidentielles aux autorités marocaines entre 2006 et 2008.

L’affaire avait été qualifiée de «fâcheuse» par le ministre des Affaires étrangères néerlandais de l’époque, et Rabat avait révoqué deux de ses diplomates en poste dans ce pays. D’autre part, l’exemple de la «traitrise» d’un Maroco-Néerlandais, considéré jusque-là comme exemple parfait de l’intégration aux Pays-Bas, a été utilisé par la droite néerlandaise dans sa tentative de faire abolir la double nationalité dans le pays. La communauté marocaine des Pays-Bas s’est, quant à elle, vue confrontée à un passé de relations douloureuses avec les autorités marocaines - surveillance, espionnage - que beaucoup croyaient révolu.

Mais le procès a démontré que ce passé de surveillance des Marocains résidant à l’étranger à travers les consulats et ambassades du Maroc n’est pas si lointain, il se présente aujourd’hui sous un nouveau jour. Le mot clé : la lutte contre le terrorisme. Redouane Lemhaouli a été reconnu coupable du délit d’espionnage ; il avait lui-même fait des aveux au cours du procès qui durait depuis début avril. Il a fait des recherches dans les systèmes informatiques de la police néerlandaise et a livré ces informations à des employés de l’ambassade marocaine, explique le Nederlands Juridisch Dagblatt. Ses instructions : faire des recherches sur «terrorisme», «trafic d’armes» et «actions contre le Roi du Maroc».

Lemhaouli a été condamné au maximum de 240 heures de travail d’intérêt général, mais sans pour autant écoper de peine de prison, car les informations qu’il a transmises ne seraient pas d’une importance primordiale. Elles étaient «confidentielles» et violaient la sphère privée de plusieurs personnes, mais  sans être des «secrets d’état», selon le jugement rendu mercredi.

Quant à la rémunération présumée de Lemhaouli pour les «services» rendus à l’ambassade, aucune preuve n’a pu être fournie pendant le procès, donc pas de charge supplémentaire. Par contre, la demande de son avocat d’abroger complètement la procédure pour cause de pressions de la part des autorités marocaines sur son client, n’a pas non plus été accordée. Selon les juges, en tant qu’agent de police, Lemhaouli aurait dû être en mesure de faire face à de telles pressions.

Formulé ainsi, le tribunal n’était pas obligé d’enquêter sur ces pressions. Un des sujets les plus dérangeants de l’affaire a ainsi, semble-t-il, été écarté.

Bizarre...
Auteur : MOHAMMED
Date : le 13 septembre 2010 à 13h44
Ce qui me chiffonne, c'est comment avec une insécurité catastrophique et le manque de moyens criant des services de sécurité du Maroc à l'intérieur du bled, ils arrivent a payer des espions à l'étranger???
Ils n'ont pas les moyens d'organiser des patrouilles dans les endroits dangereux et ils payent des espions pour des informations qu'ils pourraient avoir gratuitement par voie officielle!!!
Sont ils si cons que cela?
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com