Menu

Politique Publié

Maroc – Espagne : Les volontés royales d'apaisement peu suivies sur le terrain

L'incident de la sardine à Melilla, après avoir provoqué des déclarations ministérielles, a finalement atteint les Royautés espagnole et marocaine. Après un entretien téléphonique personnel, le Roi d'Espagne, Juan Carlos et le Roi Mohammed VI ont déclaré mercredi que de tels «malentendus» ne devaient pas nuire aux bonnes relations entre les deux pays. Mais autour de Melilla, les esprits ne se calment pas pour autant. Blocage de l'approvisionnement de la ville d'un côté et critique des gardes côtes marocaines de l'autre, les provocations continuent.

Temps de lecture: 3'
Photo : MAP

En vacances à Majorque, le Roi espagnol Juan Carlos aurait pris l'initiative d'appeler son homologue marocain, le Roi Mohammed VI, pour tenter d'apaiser au plus haut niveau les «malentendus» qui caractériseraient selon lui les récents conflits aux frontières de Melilla, rapporte l'agence de presse dpa.

Un porte parole de la royauté espagnole, affirme que les deux Souverains auraient évoqué «l'excellent état des relations» entre les deux pays, et que de «petits problèmes ou malentendus ne devaient pas porter préjudice à ce climat». Plus affirmatif encore, la MAP rajoute que Mohammed VI et Juan Carlos se seraient entendus sur le fait que les incidents de Melilla «ne peuvent en aucun cas porter préjudice à la qualité des relations maroco-espagnoles».

Au vu de l'actualité la plus récente, il faut l'espérer, car les tensions autour de Melilla ne donnent pas véritablement de signes d'affaiblissement. Ce même mercredi, des associations marocaines, dont le Comité national pour la libération de Ceuta et de Melilla, préparaient un boycott commercial de la ville de Melilla, et un blocage routier aurait effectivement été mis en place aujourd'hui sur les routes d'accès à la ville, selon des sources policières espagnoles reprises par l'agence de presse AP. Les camions transportant des marchandises ne peuvent ainsi ni accéder à Melilla, ni en sortir.

Les conséquences se font déjà sentir. Selon des informations d'El País, trois quarts des marchands des marchés de la ville sont fermés aujourd'hui. «Il n'y a pas de poisson. Ce qu'il y a, c'est le poisson d'hier et quand il sera terminé, il n'y en aura plus», explique un vendeur. Un autre estime que ce conflit porte préjudice tant aux familles marocaines qu'espagnoles qui vivent des échanges commerciaux. En matière de poisson frais, de fruits, de légumes, mais aussi de matériaux de construction, Melilla dépend fortement des importations marocaines.

Le président de l'exécutif de la ville, Juan José Imbroda, s'est d'ailleurs prononcé aujourd'hui sur les tensions avec le Maroc. Ses propos reflètent l'accalmie des tensions au niveau diplomatique après l'intervention du chef du gouvernement espagnol et celle des monarques, car il n'attribue les tensions plus qu'à «un groupe de Marocains», «vingt à vingt cinq personnes, pas plus,», qui auraient l'intention de «déstabiliser les relations Espagne-Maroc».

Cependant, une récente intervention de la Guardia Civil espagnole au large de Melilla n'est pas sans vouloir rendre la pareille aux gardes côtes marocains qui avaient fortement mis en cause le comportement des gardes civiles en eaux espagnoles. Le Maroc avait critiqué le fait que les forces maritimes espagnoles auraient abandonné une barque avec 8 Subsahariens en état de santé critique dans les eaux espagnoles.

Mercredi, le scénario ce serait retourné. Des membres de la Guardia Civil auraient ainsi secouru une embarcation avec, à bord, une dizaine de Subsahariens, et ce en eaux marocaines. Selon les informations produites par la Guardia Civil et diffusées par El País, les Espagnols auraient contacté la gendarmerie marocaine, qui aurait cependant mis deux heures à venir. Une fois sur place, la gendarmerie aurait contourné l'embarcation, aurait fait des photos, pour ensuite repartir. L'association unifiée de la Guardia Civil ne s'est pas privée de critiquer ce comportement. «Ils n'ont pas pris en charge les immigrants, comme cela est établi dans le protocole» de collaboration, estime cette dernière.

Les conséquences diplomatiques de cette déclaration et du blocage de la ville restent pour le moment incertaines. Il semblerait que la diplomatie ne suffise pas pour calmer la situation. Une situation de laquelle pour le moment, seules deux embarcations d'immigrants subsahariens semblent avoir tiré tant soit peu leur épingle du jeu, en se faisant secourir.

Maroc/espagne
Auteur : thitrite
Date : le 14 août 2010 à 13h16
qu'il ecrit ce qu'il veut le consul iberique , le Maroc a les moyens de sa politique . la preuve en est : lisez les nouvelles declarations provenant de les officiels espagnoles .

et les intervenants qui se sont rejouis de cette crise ,se sont encore une fois foutus le doigt dans l'oeil .
oh !!!!!!!
Auteur : baba laaziz
Date : le 14 août 2010 à 08h54
que vous etes beau mon bon roi a cotes de la cloche a cotes il vous arrive pas a la cheviieou encore mieux etalon or paire
" Vuelven momentos difíciles para las relaciones entre España-Marruecos " !
Auteur : MISS-MASS
Date : le 13 août 2010 à 19h30
Et pour finir, voici ce qu’écrivait le dernier consul espagnol Javier Jiménez-Ugarte, Ex-Cónsul General de España en Nador, Tetuán y Larache dans un article intitulé : « Despedida de un cónsul » qui annonce des prochains jours difficiles dans les relations hispano-marocaines :


-------------------

« Tengo la impresión de que vuelven momentos difíciles para las relaciones entre España-Marruecos, en lo que tiene que ver con Ceuta y Melilla. El tema afectará a los políticos de uno y otro país, limitándome yo como Cónsul responsable de las cuestiones propias a dejar constancia de la emoción que cualquier ciudadano peninsular siente cuando comparte experiencias con ceutíes y melillenses de una u otra confesión religiosa. Todos ellos supieron aclamar la acertada presencia en estas dos ciudades tanto del Presidente José Luís

En cualquier caso, he aprendido también aquí que son totalmente falsas las afirmaciones de algunos políticos marroquíes cuando declaran que “los españoles saben que Ceuta y Melilla son marroquíes”…

Por el contrario, me resulta cada vez más evidente que todos los españoles que conocemos Ceuta y Melilla sentimos hoy, y seguiremos sintiendo siempre, a estas dos ciudades ubicadas en el Norte de África y colindantes con el Reino Alaouita como parte indisoluble de nuestra realidad nacional. »


http://www.elfarodigital.es/ceuta/sociedad/15651-despedida-de-un-consul.html
Allez comprendre les tenants et aboutissants de cette crise !
Auteur : MISS-MASS
Date : le 13 août 2010 à 18h26
Il est intéressant de comprendre les tenants et aboutissants de cette crise soudaine et les enjeux qui en découlent afin d'être à même dans le climat sournois semblant apaisant qui régit les relations de ces deux pays dans un contexte global !

Certains analystes pensent que le Makhzen agit ainsi pour gagner le cœur des Rifains par peur de leurs revendications indépendantistes, surtout celles de leur grande Diaspora en Europe, d’autres disent qu’il est agacé par l’accroissement des activités d’espionnage des agents espagnols dans le nord du pays… Mais la crise économique et financière qui commence vraiment à asphyxier vigoureusement le Makhzen n’est pas étrangère à cette agitation…Le président du gouvernement de la ville autonome Melilla, Juan José Imbroda pense que les manifestations et les protestations des autorités marocaines entrent dans le cadre "d’une une stratégie réfléchie et calculée pour obtenir quelque chose". Imbroda accuse la police marocaine de passivité envers les quelques manifestants excités à la frontière de Melilla ! Et il pense que si Mohamed VI le veut, le problème se terminera aussitôt !

Le peu d'enthousiasme des autorités espagnoles à accueillir le nouvel ambassadeur du Makhzen à Madrid [le poste est vacant depuis + de 8 mois, il s’agit d’un Sahraoui qui a fait récemment défection au Polisario] pourrait expliquer également la déception du Makhzen vis-à-vis du gouvernement espagnol. On avance également les survols du yacht royal par les hélicoptères de l'armée espagnole dans la baie d’Al-Hoceima au mois de juillet dernier pendant la présence de M6 à bord … Certains commentateurs proches du Makhzen disent que M6 n’a pas du tout apprécié que Madrid n’ait pas réagi aussi rapidement aux plaintes du Maroc concernant le mauvais traitement de ses ressortissants de la part de la Guardia Civil…Larbi Mesaari, ancien ambassadeur et ancien ministre du Makhzen, originaire de Tétouan, l’ancienne capitale du Rif espagnol et la principale base arrière de Franco pendant la guerre civile espagnole estime que Madrid a mis trop de temps à répondre aux réclamations de Rabat et les derniers communiqués officiels marocains traduisent la frustration des hautes autorités face à ce manque d'empressement et de mépris du gouvernement espagnol vis-à-vis du royaume chérifien !

Une cascade de communiqués sans précédent !
Auteur : MISS-MASS
Date : le 13 août 2010 à 17h01
Le gouvernement socialiste espagnol est surpris et intrigué par cette cascade de communiqués, sans précédent depuis 2004 lorsque les relations bilatérales se sont considérablement améliorées avec l'arrivée au pouvoir du gouvernement du PSOE [ Partido Socialista Obrero Español ]. Les derniers jours ont vu une cascade de communiqués du ministère des AEM critiquant sévèrement la Guardia Civil espagnole ! En effet, les officiels espagnols sont abasourdis par ces sorties soudaines de la diplomatie du Makhzen ! Personne ne sait et ne comprend la cause réelle de cette petite crise d’ados… Mardi, le Président du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a assuré qu’il fera des clarifications et fournira des informations si nécessaires pour calmer les esprits et diminuer ainsi ces tensions exprimées à travers les communiqués publiés par la Map… Mais certains observateurs constatent qu’aucun officiel marocain ne s’aventure à s’exprimer et à fournir plus d’explications… car ce sont des questions qui les dépassent…! Certaines langues marocaines anonymes disent qu’il s’agit d’une colère de Mohamed VI visant essentiellement les officiels marocains qui à ses yeux ne défendent et ne protègent pas suffisamment les intérêts des MRE, selon d’autres, cette crispation de la part du Makhzen semble aller au-delà des accusations contre le comportement de la Guardia Civil espagnole.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com