Menu

Sport Publié

Allemagne : Une fatwa autorise les footballeurs professionnels musulmans à rompre le jeûne

L'affaire a fait la une des journaux allemands en octobre dernier : trois footballeurs professionnels du FSV Frankfurt, notamment le Marocain Oualid Mokhtari, ayant observé le jeûne du ramadan, avaient fait l'objet d'un rappel à l'ordre par leur club. Après la polémique qui s'en est suivie, le club a demandé conseil cette année aux autorités sportives et religieuses. Résultat : une fatwa d'Al-Azhar du Caire autorisant les musulmans sous contrat d'équipes de foot professionnelles de rompre le jeûne.

Temps de lecture: 3'
Oualid Mokhtari dans les couleurs du FSV Frankfurt.

«Nous saluons qu'une solution ait été trouvée qui autorise les joueurs a poursuivre de manière professionnelle leur travail de sportifs de haut niveau et en même temps de vivre pleinement leur foi», a déclaré la direction du club du FSV Frankfurt dans un communiqué, publié mercredi 28 juillet conjointement avec le conseil central des musulmans en Allemagne (Zentralrat der Muslime), la ligue allemande de football (DFL) et la fédération allemande de football (DFB) (document en allemand).

Ce communiqué marque la fin d'une polémique soulevée par le FSV Frankfurt en octobre dernier, quand le club avait rappelé à l'ordre trois de ses joueurs, l'international malien Soumaila Coulibaly, l'international gambien Pa Saikou Kujabi et le Marocain Oualid Mokhtari, frère de l'international Youssef Mokhtari, qui avaient observé le jeûne du ramadan sans en informer leur club alors qu'ils devaient jouer des matchs.

Ce faisant, les trois joueurs avaient enfreint leurs contrats avec le club, qui incluait un paragraphe leur interdisant de faire une diète ou de jeûner «sans l'autorisation écrite du club». Le FSV Frankfurt estimait alors qu'il lui était absolument nécessaire de savoir si ses joueurs jeûnaient, car dans ce cas, les entraînements intenses de sportifs de haut niveau pouvaient constituer un risque de santé. De plus, selon la première chaine allemande ARD, le club aurait affirmé que «jeûner constitue une atteinte aux capacités physiques, ce qui ne peut être entrepris par des sportifs de haut niveau, sans l'accord préalable du club et surtout des médecins».

Cela avait soulevé de vives critiques, notamment de la part de l'association des footballeurs professionnels. Selon un porte parole, si l'on suivait à la lettre le paragraphe sus-mentionné, «les joueurs seraient déjà en rupture de contrat s'ils suivaient une diète pendant leurs deux jours de libre». «C'est inacceptable», ajoutait-il. D'ailleurs, l'un des joueurs concernés, Soumaila Coulibaly, avait envisagé d'attaquer le club en justice, ce qu'il a finalement abandonné.

S'il se sentait en son droit, le club aurait néanmoins voulu éviter une nouvelle polémique cette année, semble-t-il. Il a entamé, bien à temps avant le mois du ramadan, des discussions avec le conseil central des musulmans en Allemagne. A son tour, le conseil a consulté plusieurs instances religieuses musulmanes, notamment la mosquée Al Azhar du Caire et le Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR), pour statuer sur la compatibilité entre football professionnel et le jeûne du ramadan.

A deux semaines du début du ramadan, l'Al Azhar a issu une fatwa qui indique que «le contrat entre le joueur et le club force le joueur à assurer une certaine performance, et si ce travail sur base de contrat constitue son seul revenu, qu'il est obligé de jouer des matchs de foot et que le jeûne influence sa performance, il a le droit de rompre le jeûne.» Plus loin, la fatwa indique que de manière générale, «si quelqu'un s'est engagé dans un contrat de travail (dans ce cas le contrat de footballeur professionnel) et si le ramadan arrive et qu'il ne peut observer le jeûne à cause de son travail, il a alors le droit de rompre le jeûne, même s'il a assez [d'autres] revenus pour vivre» (voir la fatwa en arabe et la traduction allemande).

Le CEFR n'a quant à lui, pas issu de fatwa, estimant que celle-ci était claire et bien fondée, et le Conseil central des musulmans en Allemagne soutien également cette fatwa. «Une fois de plus, on aperçoit, et ce malgré beaucoup de préjugés, qu'il n'y a pas de conflits entre foi et activités professionnelles», estime-t-il. «Le footballeur professionnel musulman peut rattraper les jours de jeûne dans les périodes sans matchs», ajoute-il.

Le joueur de foot musulman pourra ainsi se décharger de sa mauvaise conscience, que la fatwa met cependant à la charge des clubs. Si les responsables ne sont pas prêts à décaler les entraînements vers la nuit, «c'est à eux qu'incombe le péché». Un péché que les dirigeants sportifs sont, semble-t-il, prêts à assumer. La DFL, le DFB et le FSV Frankfurt se félicitent d'une solution qui arrange tout le monde.

Sauf peut-être les trois joueurs à l'origine de la polémique. Pour eux, la fatwa vient trop tard. Coulibaly a été licencié en février 2010 pour «raisons sportives», et les contrats de Pa Saikou Kujabi et de Oualid Mokhtari n'ont pas été renouvelés pour la saison 2010-2011. «Destination inconnue».

et les ouvrier ????
Auteur : kmel008
Date : le 02 août 2010 à 12h43
c de n importe quoi car il font un match de 90 min et encore ya des joueurs que joue même pas ,et les ouvrier qui travail dur et dehors ds la chaleur eux il jeune et travail .je suis pas d accord avec sa
et les ouvrier ????
Auteur : kmel008
Date : le 02 août 2010 à 12h43
c de n importe quoi car il font un match de 90 min et encore ya des joueurs que joue même pas ,et les ouvrier qui travail dur et dehors ds la chaleur eux il jeune et travail .je suis pas d accord avec sa
Et on ratrape le jeune quand ?
Auteur : wakrim
Date : le 01 août 2010 à 17h25
Salam

Le jeune et le travail vont de pair et ça toujours était ainsi.

Le foot n'est pas un travail.
C'est une nouvelle idolâtrie.
Ce n'est pas nouveau.
Donner leurs du pains et du cirque disait il dans le passé.
Abrutissement des masses.

Le sport est une bonne chose quand ça ne nuit pas à la santé.
Excellent cet ijtihad
Auteur : kamarnar
Date : le 01 août 2010 à 10h47
Il faudrait multiplier les avis de bon sens comme ceux là.
fatwa
Auteur : sunam
Date : le 30 juillet 2010 à 15h00
Bonjour

ils sont débilent les personnes qui autorise ou permette un aménagement pendant le ramadan sous pretexte d'un travail c'est absolument interdit le jeune est obligatoire
sauf quelques rare exception connus de tous
changer de métier
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com