Menu

Sport Publié

Hicham Arazi : « Etre accepté en France et au Maroc »

Lors d'une courte interview à l'occasion de la conférence du CCME portant sur les sportifs marocains du monde, l'ancien numéro 22 mondial du tennis est revenu pour nous sur les moments forts de sa carrière, ses projets à Casablanca, et des conseils aux jeunes sportifs aussi bien en France qu'au Maroc.

Temps de lecture: 1'
DR

- Yabiladi: Avec le recul que vous avez aujourd'hui sur votre carrière de joueur de tennis professionnel, quels ont été les moments importants pour vous durant toutes ces années?

- Hicham Arazi : C'est difficile à dire. Pour moi, une chose importante que j'ai vécue c'était d'être accepté en France et au Maroc. Avant, j'étais toujours un peu entre les deux, en France on me disait «t'es Marocain» et au Maroc on me disait «t'es Français». Le succès sur le circuit, ça a facilité les choses. Roland Garros et le titre à Casablanca, c'est vrai que ca efface toutes ces mentalités. J'étais plus accepté.

En plus, sur le circuit, on apprend énormément. Je crois qu'il n'y a pas eu un seul moment fort. C'est vraiment la passion que j'ai eue et c'est l'ensemble de ma carrière qui a été forte. En tout : en émotions... Ce sont 10 années de vie sur le circuit qui ont été vraiment très fortes.

- Vous êtes né à Casablanca et vous avez aujourd'hui des projets ici, dans votre ville d'origine. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus?

- On a un projet commun avec mon frère, ce serait de reprendre un club de tennis ici à Casablanca. Ce serait pour donner accès à plus de jeunes de jouer au tennis ici. Mais pour le moment, on est encore en train de monter le dossier, et on va voir si ce sera accepté.

- Si vous aviez un message ou un conseil à donner aux jeunes générations de sportifs, en France ou au Maroc, qu'est-ce que vous leur diriez?

- Je dirais la même chose à tous. Dans tous les sports confondus, s'ils sont passionnés, il faut qu'ils arrivent à se battre. Je crois qu'il n'y a pas de secrets au niveau professionnel, dans n'importe quel domaine, il faut de la rigueur et du sérieux...

Sa carrière...

Né à Casablanca en 1973 et venu en France à l'age de deux ans, à cinq ans, le gaucher commence à jouer au tennis. En 1993, il entame sa carrière professionnelle de tennis, entraîné par son frère Khalid.

Jusqu'en 2004, il termine 9 années de suite dans les 100 meilleurs joueurs mondiaux selon le classement ATP. Il a ses plus grands succès sur le tour entre 1997 et 2004, où il gagne son unique tournoi ATP à Casablanca (1997) face à Franco Squillari et arrive deaux années de suite aux quarts de finale de Roland Garros, s'inclinant contre Sergi Bruguera, double vainqueur du tournoi et finaliste en 1997, puis contre Cédric Pioline en 1998. Il atteindra également deux quarts de finale en Open d'Australie, en 2000 et 2004, et au Masters de Monte Carlo en 2001, celui qu'on appelle le « magicien marocain » n'est stoppé qu'en finale par le Brésilien Gustavo Kuerten. C'est dans cette même année que le joueur de tennis a atteint son meilleur classement ATP, le numéro 22, pour finir 25è en fin d'année.

En Coupe Davis, le joueur offre, aux côtés notamment de Younes El Aynaoui et Karim Alami, quelques belles victoires au Maroc, notamment en 2003 contre l'équipe anglaise de Tim Henman et de Greg Rusedski.

Arazi, qui parle cinq langues (Français, Anglais, Arabe, Espagnol, Italien) se retire du circuit ATP en 2007.

hicham
Auteur : baba laaziz
Date : le 26 juillet 2010 à 17h48
je ne vois aucune raison pour que ton dossier ne soit pas accepter c est une opportunite que tu va donner a la jeunesse marocaine de sortir de la rue surtout et pour qu il ne sombre pas dans la rue bonne continuation a ton frere et toi hicham je dirai memes que les enfants sont nos joyaux que nous devons proteger ne pas les exposer n importe comment et n importe ou ou sinon nos joyaux se dispersent partout et nous aurons que des mecreants a l avenir et cest pas le but et le disait degaulles je vous laissent vos terres mais je prendrai vos enfants en echange voyez par vous que c est vrai et que on n est sur le point de regrettez d avoir quitter nos terres qui sont pleins de richesses mais il est jamais tard nos frere de retapper notre pays au lieu de retapper ceux des autres et nous leur montrons de quoi on est vraiment capables a ceux qui se croit superieur a nous et mettons mains dans la mains et faisons notre bouleau allez tous a vos casques la jeunesse
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com