Menu

Politique Publié

Dakhla : Suite au décès d’un détenu sahraoui une ONG proche du Polisario demande une enquête internationale

Le Sahara renoue avec les tensions. Cette fois, c’est au tour de la ville de Dakhla pourtant réputée clame. Le Polisario et son réseau d’associations se sont saisis de la mort d'un détenu sahraoui pour demander une enquête internationale. De son côté la famille du défunt exige une autopsie.

Temps de lecture: 2'
Centre ville de Dakhla / Ph. Michel Terrier

Tensions à Dakhla. Le décès dans la nuit du dimanche d’un détenu sahraoui, Hassana El Ouali, a brisé l'habituel calme de cette ville. Des manifestations se sont produites devant l’hôpital militaire, où le défunt a été admis quatre jours auparavant, avec une confrontation entre jeunes et sympathisants du Polisario d'un côté, et les forces de l’ordre de l'autre. Des affrontements qui se sont poursuivis jusqu’à 5 heures du matin le lundi 29 septembre. Un bilan fait état de l’arrestation de quatre personnes, dont trois ont été libérés plus tard dans la soirée, et de quelques éléments des forces auxiliaires blessés.

La famille exige une autopsie

Dès l’annonce du décès, l’Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA), proche du Front Polisario, a remis en question les circonstances de la mort du détenu. Elle a également reproché aux autorités d'avoir interdit toute visite de la famille d’El Ouali à l’hôpital militaire. De son côté la direction du Polisario a annoncé un deuil pour aujourd’hui, mardi.

Le dossier a donc pris une tournure politique. L’AFAPREDESA a annoncé son projet de saisir le Groupe de travail sur la détention arbitraire, relevant de l’ONU, le Comité contre la torture et le Rapporteur contre la torture afin d'enquêter sur ce cas. De son côté, la famille de Hassana El Ouali refuse, pour le moment, de récupérer le corps du défunt. Elle exige, au préalable, une autopsie.

La délégation de Tamek donne sa version

Avec un léger retard, la délégation générale de l'Administration pénitentiaire a été contrainte de donner sa version des faits. Les services de Tamek répliquent aux accusations de négligences médicales dont aurait souffert El Ouali, affirmant qu’il «avait bénéficié tout au long de la période de sa détention des soins nécessaires, avec nombre d'examens et de traitements médicaux (36 examens, dont 20 au sein de l'établissement et 16 aux hôpitaux publics de Laâyoune et de Dakhla)».

La même source ajoute, dans son communiqué, que le défunt a «subi une endoscopie», sans toutefois préciser l’organe ou les organes examinés par le tube optique. De son vivant, Hassan El Ouali était diabétique et atteint d’un ulcère à l’estomac.

Répnse pour toi et pour les autres aussi.
Auteur : Yakou
Date : le 03 octobre 2014 à 18h24
D'abord je n'ai pas dit que TU disais des ragots mais j'avais bien dit que la vérité est difficile à connaître, mais puisque vous avez l'habitude de détourner tout ce que je dis en un angle de 90 degrès si c'est pas 180 pour qu'il apparaisse ridicule, alors vous n'êtes peut être pas loin de ceux qui racontent des ragots.

Si justement tu avais la moindre compassion pour tes compatriotes, tu les aurais défendu comme je le fais et non défendre les tortionnaires psychopathes hors la loi. Sache que pour beaucoup de prisonniers torturés on leur oblige de signer un document dans le quel on atteste ne pas avoir subit de la torture, CONDITION OBLIGATOIRE, pour être relâchés... C'est pour ça que SEULS ceux qui n'habitent pas au Maroc et qui étaient torturés, ou ceux qui restent en prison, ont la possibilité de faire de tels témoignages; pour les premiers ils sont sous protection du pays d’accueil, et pour les deuxièmes ils font de tels déclarations aux ONG si ils ont la chance de les rencontrer en prison ( ce qui est rare).
Dans la première catégorie on trouve le capitaine adib, et Mr lamtalsi adil innocent et torturé pour des fausses accusations ( pour quelles raisons on l'a accusé faussement ça c'est une autre histoire?)
http://www.yabiladi.com/articles/details/10994/adil-lamtalsi-franco-marocain-aurait-soumis.html


Donc au moins pou ces deux là ils ont à maintes reprises dénoncé leurs tortionnaire et ont même entrepris des poursuites juridiques.
De plus comme j'avais dit avant, il y aussi le RAPPORTEUR SPECIAL de l'ONU qui a rapporté des cas de torture atroce...et celui là Vous ne pouvez pas dire qu'il ment vu son statut, qui est différent de ce lui des ONG. Ces rapporteurs sont connus par leur crédibilité.

Enfin pour finir cette discussion, et tous ceux qui persistent à nier l'évidence voilà un article qui parle du concret...

L’ONG Amnesty international a déclaré mardi qu’elle "continue de recevoir des informations faisant état d’actes de torture ou d’autres mauvais traitements" au Maroc et au Sahara occidental, "en particulier en garde à vue et pendant les interrogatoires", affirmant que "les autorités judiciaires n’ont pris aucune mesure" pour y faire face.


"Amnesty international continue de recevoir des informations faisant états d’actes de torture ou d’autres mauvais traitement en particulier en garde à vue et pendant les interrogatoires après l’arrestation de suspects par la police et la gendarmerie", a souligné l’ONG à l’occasion du lancement de la nouvelle campagne mondiale "Stop Torture" visant à lutter contre la torture et les autres traitements dans le monde d’aujourd’hui.


L’ONG a indiqué que "les victimes sont d’origine diverses: elles incluent des militants de l’Union nationale des étudiants du Maroc (UNEM) ayant des affiliations avec les partis de gauche ou des partis islamistes, des partisans de l’autodétermination du Sahara occidental, des manifestants qui dénoncent la pauvreté et les inégalités, des personnes soupçonnées de terrorisme ou d’infractions liées à la sécurité nationale, ainsi que des membres de groupes marginalisés arrêtés pour des infractions de droit commun".


Dans son rapport, l’ONG a notamment rappelé que Juan Méndes, rapporteur spécial des Nations-Unies sur la torture et autres peines ou traitement cruels, inhumains ou dégradants avait constaté, à l’issue de sa visite au Maroc et au Sahara occidental (septembre 2012) que "la pratique des traitements cruels persiste".


"La pratique des traitements cruels persiste dans les affaires pénales de droit commun et que dans les situations de forte tension, comme par exemple en cas de menace perçue à la sécurité nationale, de terrorisme ou de manifestation de masse, il y a un recours accru aux actes de torture et aux mauvais traitements lors de l’arrestation et pendant la détention", selon Juan Méndes cité par Amnesty.


Affirmant avoir rassemblé de nombreuses informations de torture et d’autres formes de mauvais traitements, souvent combinées, qui continuent d’être employées au Maroc et au Sahara occidental, pendant que les détenus ont les mains et les pieds liés et les yeux bandés, l’ONG a pointé du doigt "un système juridique défaillant".


"Rares sont les cas où des enquêtes et des examens médicaux ont été ordonnés, en conséquence, l’impunité reste bien encrée et les auteurs de ces actes continuent d’échapper à la justice", note le rapport d’Amnesty.



L’ONG a souligné qu’"en s’abstenant de donner suite aux signalement de tortue et d’autres mauvais traitement, les autorités marocaines bafouent l’obligation qui est la leur, aux termes des articles 12, 13 et 16 de la convention contre la torture, de veiller à ce que toute allégation de torture face immédiatement l’objet d’une enquête impartiale".


Par ailleurs, le rapport a indiqué que "d’après des témoignages recueillis par Amnesty international, au Maroc et au Sahara occidental, des personnes continuent d’être inculpées, jugées et déclarées coupables sur la base d’+aveux+ forcés qui leur ont été arrachés sous la torture et d’autres mauvais traitements", ajoutant que "d’autres personnes ont aussi raconté qu’on les avait contraintes à signer des procès-verbaux d’interrogatoires dressés par la police".


L’ONG a, d’autre part, fait remarquer que "l’utilisation d’+aveux+ obtenus sous la contrainte comme éléments de preuve dans une procédure pénale est une violation directe de l’interdiction de la torture et des garanties de procès équitable", en référence notamment à l’article 15 de la convention contre la torture avant d’ajouter également que "les garanties inscrites dans le droit marocain ne sont pas respectées".


Présentant quelques méthodes de torture au Sahara occidental, l’ONG cite le cas de El Houcine Bah, un jeune homme de 17 ans et cinq autres sahraouis, arrêtés à la suite d’une manifestation organisée en mai 2013 à El Aaioun en faveur de l’autodétermination "pour avoir, semble-t-il, jeté des pierres en direction des policiers et les avoir menacé de violence".


Le rapport indique que "El Houcine Bah a raconté à Amnesty international qu’il avait été torturé pendant sa garde à vue" et que "selon son témoignage, il a été menacé de viol et contraint de signer des +aveux+ qu’il n’a pas été autorisé à lire".


Il a ajouté que "les policiers lui avaient posé une éponge imbibé d’urine sur le visage qu’ils lui avaient ôté son pantalon, l’avaient frappé et interrogé alors qu’il était suspendu par les genoux, les mains attachées devant les jambes".


L’ONG a relevé que "les familles des six détenus ont porté plainte pour arrestation sans mandat et pour torture pendant l’interrogatoire auprès du procureur.

Aucune enquête n’a été ouverte à ce jour". (SPS)088/700/090
Et toi Einsteine...Pouic....
Auteur : Daït Aoua
Date : le 02 octobre 2014 à 15h04
Et si tu t'occupes de tes hotels à 40 etoiles belge...Hein...!!!

Et si tu laisses ce garçon gambeta tranquille au lieu de le traiter d'âne.... c'est pas une bonne idée....!!!!

Et que vient faire le ROI, et Mamounia ici, c'est juste pour nous titiller, et faire parler de toi....?

Et en quoi cela te concerne, la renovation u Mamounia..? puisque ça ne te coûte pas un seul centime, étant que tu ne fais partie du systéme, ( du PEUPLE MAROCAIN )..





Les hôtels 5 étoiles et les palaces ne sont pas construits pour les sujets du roi...plus spécialement pour mes concitoyens marocains....
Auteur : pouic2011
Date : le 02 octobre 2014 à 11h41



Les hôtels 5 étoiles au Maroc en vous citant plus spécialement le Palace de Marrakech "LA MAMMOUNIA" a été rénové pour les émissaires royaux aux frais de qui?? Pas de la princesse mais aux frais du Maroc "l'argent public"......et du peuple marocain qui paye....

Renseignez sur votre pays avant de sortir certaines âneries....
Dernière modification le 02/10/2014 12:15
visiter les prisons
Auteur : maroufi212
Date : le 02 octobre 2014 à 11h21
Ou tu a vu les ONG visiter les prisons ? dans quel pays ? Tous ceux qui ont commis des délits assument ce qu ' ils ont fait , on va pas leurs fournir un Hotel 5 étoiles !
habara Hhhhhhhhhhh!
Auteur : maroufi212
Date : le 02 octobre 2014 à 11h07
Le Maroc c' est ma PATRIE avant tout et le peuple mes COMPATRIOTES , dès que quelqu ' un n' est pas de votre avis vous les raconteurs de ragots ,alors "soit disant " il travaille avec tel ou tel partie ..... toi tu va rejoindre demainonline , comme ça tu crachera ton venin à longueur de journée et injustement ! nous les ragots rien à cirer !!
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate