Menu

Politique Publié

Algérie : Le Maroc au coeur du conflit entre Belkhadem et le clan Bouteflika ?

Il y a quelques jours des médias algériens accusaient, en chœur, le Maroc d’être l’instigateur des affrontements à Ghardaïa. Une fixation sur le royaume chérifien qui se poursuit avec l’éviction de Abdelaziz Belkhadem du palais d’Al Mouradia. Il lui est reproché d'avoir effectué deux visites secrètes au Maroc cet été. Détails.

Temps de lecture: 2'
Abdelaziz Belkhadem limogé par le clan Bouteflika / DR

Le 26 août, le président algérien limoge Abdelaziz Belkhadem, alors qu'il était à la fois son conseiller spécial et ministre d’Etat. Une surprise pour le microcosme politico-médiatique algérien. Des médias proches du pouvoir attribuaient l’éviction du vieux politique à deux visites secrètes, cet été, au Maroc où il aurait eu des entretiens avec des responsables marocains proches du palais. Ces rencontres auraient notamment porté sur les questions du Sahara et la santé du président Bouteflika. Cette accusation vise à le présenter comme «traitre» devant l’opinion publique.

L’intéressé nie tout en bloc

Belkhadem se devait de réagir. Il a choisi un support non-algérien pour se défendre. Dans des déclarations à l’agence palestinienne d’information Qods Press, l’homme qui a assuré diverses responsabilités publiques durant les quarante dernières années, a souligné que «la constitution accorde au président de la république le droit de nommer et de mettre un terme aux fonctions et je ne vais faire aucun commentaire là-dessus».

En revanche, il a tenu à préciser qu’il n’a jamais visité le royaume ni pris langue avec des officiels. Mieux encore, Belkhadem, dans un message à qui de droit, a assuré que sa position sur le Sahara occidental n’a pas changé. Pour lui, il s’agit toujours d’une «affaire d’autodétermination. Les résolutions des Nations-Unies sont claires», ajoutant qu’ «il faut laisser au peuple sahraoui le droit de déterminer son avenir par le biais d’un referendum».

Le frère du président à l'origine de son éviction

L’agence palestinienne, citant des sources à Alger, avance que la décision du limogeage de Belkhadem serait l'œuvre du frère du président, Saïd. L’homme fort au palais d’Al Mouradia aurait agi de la sorte sur la base d’ «informations sécuritaires» sur les présumés déplacements au Maroc, cet été, de l’ancien premier ministre et président du FLN, la vitrine politique de l’armée.

Ce que Al Qods Press n’a pas évoqué c’est qu’en bannissant Belkhadem, le clan présidentiel se débarrasse, surtout, d’un redoutable concurrent qui jouit d’une certaine crédibilité auprès de l’opposition, notamment celle d’obédience islamiste. Sa participation, deux jours avant son éviction, à une université d’été des principales formations de l’opposition a précipité sa sortie. A cette donne s’ajoute les proximités entre Belkhadem et le puissant patron du DRS (Département du renseignement et de la sécurité), le général Toufik, qui est en conflit ouvert avec Saïd Bouteflika.

En pleine préparation de la campagne du quatrième mandat de Bouteflika, Abdelaziz Belkhadem avait été nommé conseiller spécial du président. Cinq mois plus tard, brutalement remercié, tout est bon pour lui coller une étiquette de traitre. Comme pour Ghardaïa, le Maroc joue le rôle d'acteur de l'ombre pour les médias proches du pouvoir algérien.

Objectivité
Auteur : Emir AEK
Date : le 30 septembre 2014 à 13h10
Votre article est haineux à l'égard des algériens que vous ne connaissez pas j'en suis certain.
je vous invite officiellement en toute amitié à venir passer quelques jours chez moi à mes frais , vous ne manquerez de rien durant votre séjour d'est en ouest et dans le sud
je me contenterai de vous faire visiter tout ce que vous voudrez voir sans aucune entrave ni dirigisme, vous aurez l'occasion de voir ce qui est bien et ce qui n'est pas bien.
A votre retour promettez -moi seulement d'écrire un mot sur votre voyage en Algérie et toute objectivité.
salutations
belkhadem et les autres
Auteur : virtua1
Date : le 14 septembre 2014 à 14h10
belkhadem ,bouteflika ,bou9ettaya et les autres se sont constitués ennemis jurés du Maroc.Leurs discours et positions politiques le prouvent.Cette éviction de belkhadem est la suite logique à la réélection de l'invalide qui se fera succéder par son frère afin d'assurer la pérennité du système.
on est ta raison d etre apparement
Auteur : tahia dzair
Date : le 14 septembre 2014 à 11h27
t en a pas marre franchement et bla bla et l algerie par ci , beni oui oui va
une dose d'aspirine
Auteur : juste15s
Date : le 13 septembre 2014 à 09h43
Il suffit de lire les journaux algeriens ,tout est a consulter sur internet,aucun n'accuse le maroc de quoi que ce soit, aucun,ni maintenant , ni avant.
L'interet des algeriens est ailleurs, si vous voulez vous rendre responsable d'evenements en algerie, les grosses quantité de kif saisies sont là pour le montrer.
Etonnament , en algerie, les journaux que du gachis sur la situation algerie maroc, de cette situation gelée,...tout le contraire de cette maniete de jeter de l'huile sur le feu des medias marocains.
En algerie , on sait que le mal en algerie vient des algeriens, boutef et son systeme en tete, que la paix sociale achetée a cout de millions n'empêche pas le pays d'etre en panne.
Alors quand je lis ce genre d'article,et ces commentaires, je me dis qu'il s'en passe de drole de choses dans ce bas monde.
Pauvre maroc,pauvre algerie.
La cible qui a aveuglé les responsables
Auteur : zsahara
Date : le 13 septembre 2014 à 02h57
Benkhadim a été le bras droit et gauche e Bout quant au conflit visant le Maroc.
Je ne pense pas qu'il a changé sa position
Peut être qu'une raison humanitaire a réveillé ses sentiments avec l'âge et surtout l'état de son chef
Dieu tarde mais ne néglige pas les comportements et qui sème le vent recueil la tempête

Mais l'Algérie a fixé le montant concernant le financement des manips contre le Maroc comme un article dans le budget algérien.
Cette somme d'argent qui dépasse le financement de la santé ou l'éducation est employé pour déstbliser le Maroc même les universités d'été et les vacances des jeunes ont été dévié de leur objectif et un seul cible à ruiner c'est le Maroc et par tous les moyens.
Karkoubi, produits alimentaires nom mangeables,immigration clandestine mais dirigée et ciblée par les responsabes algériens, provocations des jeunes co,tre les autorités ont leur fait passer des stages en Algérie et emploi de l'argent pour achetrer les mortazika
Tous ce qui investi ou utilise argent comme diplomatie ne prend comme cible que la ruine du Maroc
La jalousie les a aveuglés en plus de la haine et l'ignorance
Mais les otages sont les otages de tindouf le peuple algérien et le Maghreb.
Mais la fin de la prospérité est proche car même l'argent de 'haman a eu une fin" car le pétrole t le gaz sont en état d'épuisemnt
Dommage que le développement de l'Algérie n'a pas été une priorité pour ses hauts responsables.
Les algériesn sont pauvres dans un état riche comment deviennent t'il dans un état pauvre sont pétrole ni gaz.
Ce n'est plus une vache ou un lapis???
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com