Menu

Politique Publié

Israël : Un orchestre marocain participe à un festival boycotté par plusieurs artistes

Les récents bombardements de l’armée israélienne sur Gaza pendant une cinquantaine de jour, avec le triste bilan de plus de 1900 Palestiniens tués, a relancé encore plus le débat sur le boycott de l’Etat hébreu. Un orchestre marocain de musique andalouse ne semble pas se poser la question et a décidé de participer à un festival qui se tient à Jérusalem.

Temps de lecture: 2'
DR

Jérusalem-ouest accueillera du 9 au 14 septembre son festival de musique sacrée. Plusieurs artistes de renom boudent l’édition de cette année. La toute récente agression israélienne contre Gaza a, en effet, entrainé la décision de boycott du chanteur malien Salif Keita ou de Roger Waters, un ancien membre du légendaire groupe Pink Floyd.

Si la campagne lancée par le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions), une coalition d’associations pro-palestiniennes créée en 2005 sur le modèle de la boycott contre l'Afrique du sud du temps de l'Apartheid, a eu quelques succès auprès de stars internationales, force est de constater qu’elle a échoué à rallier à sa cause le groupe marocain de musique andalouse, baptisé : «Chabab Al Andalouss».

Les Marocains Chabab Al Andalous répondent présents

L’orchestre se produira en effet le 10 septembre au festival de Jérusalem. Il sera accompagné du rabbin Haïm Louk, né au Maroc en 1942, qui est très connu en Israël, notamment auprès de la communauté sépharade grâce à ses chants religieux et sa maîtrise du patrimoine musical andalous.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que Louk partagera la même scène avec le groupe «Chabab Al Andalouss», originaire de Rabat. Il l’a déjà fait à l’occasion de l’édition 2008 des Journées du judaïsme marocain qui se tiennent annuellement à Paris. Le rabbin Haïm Louk était également à Essaouira, en 2007, où il avait pris part au festival des Andalousies atlantiques aux côtés d’un groupe de musiciens de Tétouan et Tanger.

Peu de réactions au Maroc

Pour l'instant, très peu de réactions ont été constatées au niveau des partis politiques pourtant de plus en plus nombreux à faire le voyage en Palestine pour exprimer leur solidarité suite au massacre israélien. De même pour les associations pro-palestiliennes ou même les islamistes. Le mouvement BDS au Maroc vient, quant à lui, d'initier une page Facebook pour dénoncer la participation de l'orchestre marocain.

Le festival en question est financé par Schusterman Foundation, établie à Oklahoma aux Etats-Unis. Cette fondation a des liens très particuliers avec Israël. En 2006 elle a même créé une branche israélienne : Schusterman Foundation-Israel (SFI).

Ce n'est pas ce que j'ai dit
Auteur : FATEM95
Date : le 14 septembre 2014 à 18h56
Je ne suis pas pour une normalisation mais pour un rôle que mon pays est qualifié pour jouer, à savoir d'encourager le dialogue. Normalisation avec des relations diplomatique, non.
Tu parles d’extrémisme judéo-sioniste. Il reste marginal. Ce qui m'inquiète c'est l'opinion publique israélienne qui n'est pas extrémiste à l'origine et qui soutient la répression et la colonisation des territoires. Si on ne ne fait rien, c'est en la faveur d'Israël, à court terme.
Il faut ouvrir un dialogue sinon on n'est dans le déni. Israël sait que ce n'est pas dans son intérêt à long terme de rester dans la situation actuelle et sa viabilité est en jeu. Il faut jouer sur ce point. Le reste est de son côté.
Par contre un boycott officiel doit être maintenu que ce soit clair.
L'intérêt du Maroc
Auteur : Casasurseine
Date : le 11 septembre 2014 à 22h21
L'intérêt du Maroc?Mais c'est le même que celui du reste de l'Humanité à savoir l'instauration d'une paix juste ET globale.Ce qui signifie la création d'un Etat palestinien sur les dernières terres qui lui reste et celles occupées par les usurpateurs sionistes,la fin de l'occupation militaire,un juste règlement pour le retour des réfugiés palestiniens etc.
Est-ce qu'on s'en approche?Sûrement pas! On en est à mille lieues du fait de l'extrėmisme judéo-sioniste.Ce n'est donc vraiment pas le moment de normaliser les relations avec cet Etat raciste ou d'entretenir des échanges culturels ou autre.Le boycott est la seule solution...
le dahir et le kola koka
Auteur : sarafanxxl
Date : le 10 septembre 2014 à 16h53
a sa place j'aurais cherché a savoir a qui n appartient koka kola avant de prendre kola comme pseudo.
mais kola et serpent sans ""s"""sont des pseudos.
on peut les écrire comme on veut.
sauf quand on demande aux gens de boycotter israél.
on commence par boycotter son pseudo.car le koka appartient aux israéliens d'amérique .mais israélien quand même
@safaranxxl
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 10 septembre 2014 à 13h51
Notre ami koka kola se la joue intelligent et il se permet même de traiter les intervenants de naïf. Il joue la provoc, mais je préfère répondre à ma manière et c'est à lui de constater, après, c'est qui le naïf dans cette affaire.
l'histoire et la grammaire
Auteur : sarafanxxl
Date : le 10 septembre 2014 à 13h30
un nom ou un pseudo , on peut l'écrire comme on veut.
grammaticalement parlant, il n'y a pas de faute.
charmeur veut écrire serpent sans """s""""c'est correcte.

quand au dahir berbère (qui en l'occurrence n'a rien a voir avec le sujet) je ne vois pas pourquoi tu l'a sorti ?.
est ce pour briller EN PLEIN SOLEIL ?
en tout cas,il ne faut pas fréquenter saint cyr pour y répondre.il suffit d'un clic et cinq secondes pour avoir la réponse.

merci wiki.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Dahir_berb%C3%A8re
Dernière modification le 10/09/2014 13:46
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate