Menu

Sport Publié

Mounir El Haddadi nouveau prodige du FC Barcelone et fils d’un immigré marocain venu en patera

Les performances de l’attaquant hispano-marocain Mounir El Haddadi avec le FC Barcelone font que sa famille est sous les feux des projecteurs. Dans une interview réalisée par El Mundo, le père du joueur, Mohamed, revient sur son arrivée en Espagne, ses années de galère et l’éclosion de la pépite au sein de la Masia.

Temps de lecture: 2'
DR

Les dernières prouesses de Mounir El Haddadi sous le maillot du FC Barcelone attirent tous les regards. Le jeune attaquant hispano-marocain qui a crevé l’écran, à tout juste 19 ans, a suscité beaucoup d’intérêt dans les médias espagnols. Ces derniers reviennent sans cesse sur son parcours et celui de sa famille. Le quotidien El Mundo a réalisé une longue interview avec le père du joueur, Mohamed El Haddadi qui a saisi l’occasion pour revenir sur son arrivée risquée en Espagne, ses petits métiers et l’éclosion de son fils qui fait aujourd’hui le bonheur de la famille.

Arrivé en patera

Mohamed n’avait que 18 ans lorsqu’il a débarqué en Espagne un 1er juin 1966. Il avait alors quitté Fnideq avec une vingtaine de personnes pour rejoindre la péninsule ibérique. Son voyage s’est déroulé comme prévu, mais une fois arrivé, il sera vite confronté aux difficultés quotidiennes. «Je ne pouvais pas être embauché car je n’avais pas de papiers. J'ai été marchant ambulant, j’ai vendu dans les marchés…j’ai échappé à la police pour ne pas me faire expulser», confie-t-il.

«Je suis arrivé à Bilbao où je suis resté pendant quatre ans. J'étais à la foire pour vendre des bijoux.  Dans cette ville, j'ai rencontré un cuisinier basque», explique-t-il. C’est dans ce métier qu’il a pu se construire une solide réputation. Mohamed avait auparavant travaillé dans une usine de jambons et de fromage, où ses patrons lui ont permis d’obtenir des papiers.

Mounir et le FC Barcelone

Le 1er septembre 1995, son fils Mounir vient au monde, à San Lorenzo de El Escorial, une communauté de Madrid. Enfant, le garçon était un fervent fan du Real Madrid, mais c’est bien à la Masia du FC Barcelone qu’il jouera après un passage à l’Atletico Madrid et un prêt au Rayo Majadahonda. Son père Mohamed s’est entre temps forgé une solide réputation dans la cuisine en travaillant avec le chef Iñaki Ongay. «Je n’ai jamais rien vu de tel. Il faisait le meilleur barbecue que je n’ai jamais vu. Il assaisonnait mieux que moi», explique son ancien mentor Ongay.

Le restaurateur revient sur l’intérêt du FC Barcelone pour El Haddadi. «Quand Barcelone s’est intéressé (à Mounir), nous lui avons recommandé d’y aller. J’ai expliqué à Jaime (surnom de Mohamed) c’est quoi la Masia». Le père voulait éviter toute pression à son fils. Ongay explique que Mohamed est fort comme personne. «Durant toutes les années qu’il a passées avec moi, il ne m’a jamais demandé d’augmentation. Petit à petit, il a obtenu son salaire net de 1.700 euros.»

Les pieds sur terre

Le départ d’El Haddadi pour la Masia était difficile à supporter. Mais le père, qui n'est resté que quatre mois en Catalogne, a appris à s’y faire. Mohamed garde toutefois les pieds sur terre malgré le succès de son fils. Il n’achète pas des choses extravagantes, il vit comme avant, «dans son appartement de 70 m2 où vivaient jusqu'à 14 personnes. «Il aidait tout le monde», confie un de ses amis Mahmoud. Son ex-chef Iñaki Ongay explique qu’il demandait toujours les restes pour les apporter à un couple qui n’avait pas un sou et qui habitait sur un terrain vague.

Zaida, la mère de Mounir est une autre battante. Née à Melilla, elle a travaillé en tant plongeuse dans un restaurant. Aujourd’hui, elle s’occupe des frères du footballeur à la maison. Très avare en parole, elle se réjouit juste de la réussite de son fils. «Sur mon fils, je peux seulement dire que nous sommes contents. Fiers. Il est les yeux de sa famille».

Mounir el hadadi
Auteur : Le messin
Date : le 25 septembre 2015 à 19h24
Mounir est espagnol heureusement pour lui,pace que être marocain ou algérien ou tunisien,tu est baisé dés ton enfance,le bon dieu l'aime bien il l'a sorti des griffes du sous dév dév massacreur et ses dirigeants malsains,tout les matins il doit embrasser son père et lui dire merci papa d'avoir quitté le Maroc,et servir son vrai pays qui est l'Espagne,et vous ,oubliez qu'il est marocain,parce-que lui il sait qu'il doit tout au pays qui a acceuilli son père. Tchao.
Jaime,Zaida et leurs progénétures ont retrouvé leur dignité en Espagne et non au Maroc où celle-ci est bafouée....
Auteur : pouic2011
Date : le 02 septembre 2014 à 07h59



Au Maroc les êtres humains ne naissent pas libres et égaux en droit et en dignité (Article 1er) de la déclaration universelle des Droits de l'Homme.....

Comment voulez-vous que ces concitoyens puissent vivre dans ce pays où leur dignité est bafouée....

L'exemple est là et chapeau à Jaime d'avoir risqué sa vie pour une vie meilleure à tous se proches......Le résultat est là et voyant comme ils vivent en Espagne,ils ne se sentent nullement Marocains et encore moins sujets de S.M.

Wikipédia de Munir :

Munir El Haddadi Mohamed (El Escorial, Madrid, 1 de septiembre de 1995) deportivamente conocido como Munir El Haddadi, es un futbolista español de ascendencia marroquí por parte de padre. Juega en la posición de extremo en el Fútbol Club Barcelona "B" de la Segunda División de España. Además, es internacional con la selección sub-19 de España.

Biografia :

Es hijo de padre marroquí proveniente de Castillejos, y de madre española de la ciudad autónoma de Melilla, quienes se trasladaron a Madrid en busca de mejores oportunidades.

Cessez de le considérer comme citoyen Marocain,il a retrouvé une PATRIE où LES DOITD DE L'HOMME NE SONT PAS BAFOUES.......
Mounir est avant tout marocain et il est la releve
Auteur : gelmim
Date : le 01 septembre 2014 à 23h08
Bravo Mr El Haddadi pour votre persévérance et votre réussite, vous êtes pour quelque chose dans le sucées de votre fils Mounir. Ce n'est que le début, notre fierté national Mounir El Haddadi va devenir l'un des meilleur attaquant au monde.
J'espère que Mounir choisira le Maroc regardez Diego Costa il a été naturalisé et il joue pour l'Espagne résultat les médias espagnols le pourrissent ils mettent tout sur son dos sur le fiasco de la cdm. Mounir ce sera pire car il est marocain, il ne sera jamais un bon espagnol pour les de souches, ils le feront pas jouer. Alors qu'ici au Maroc il y a tout un peuple qui l'aime déjà et qui l'attend. J’espère que Mounir fera le bon choix. Les jeunes marocains aiment beaucoup le football. Nous devons les aider à voyager par le sport, parceque les politiques ne font rien pour améliorer la vie des jeunes, le football peut au moins leur donner de la joie, qui ne durera pas très longtemps certes, mais ils seront heureux pour quelques instant si nous gagnons un titre. Mounir El Haddadi est notre prochain Bassir, Mounir sera plus grand encore j'en suis sure.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com