Menu

Technologie Publié

Google : Un Franco-marocain de 19 ans perd 46 000$ parce qu’il n’aurait pas respecté les règles

46 000 dollars US, c’est la somme qu’a perdu Idris Sami, un jeune entrepreneur franco-marocain parce qu’il n’aurait pas respecté les règles dictées par Google. Une affaire publicitaire dans laquelle les règles semblent ne pas toujours être claires. Détails.

Temps de lecture: 2'
DR

En se lançant dans le monde du web, Idris Sami n’aurait jamais pu imaginer qu’il vivrait une telle mésaventure. Agé de 19 ans seulement, ce Franco-marocain avait eu l’idée de créer un site internet permettant aux gens d’envoyer des messages à leurs amis gratuitement, MesTextos.com, rapporte le site Business Insider.

Le jeune Sami se servait d’Adsense, le système publicitaire de Google qui permet aux éditeurs de site web d’afficher sur leur plate-forme les annonces publicitaires et de bénéficier d’une partie des revenus. Jusqu’au début de cette année, le site fonctionnait très bien et attirait de plus en plus d’utilisateurs. En décembre 2013, ils ont été nombreux à cliquer sur les annonces apparaissant sur MesTextos.com. Ce qui a valu à Sami la somme de 46 000 dollars US. Mais c’est alors que le jeune homme apprendra qu’en utilisant Adsense, il faut que les annonces publicitaires soient représentées exactement comme le veut Google, au risque d’être sanctionné.

Tout l'argent renvoyé aux annonceurs

Ainsi le 28 janvier dernier, Google a mis ses sanctions à exécution en fermant le compte du jeune entrepreneur. «Nous avons désactivé votre compte Google Adsense», indiquait l’objet de l’e-mail qu’il a reçu de la firme. Sami a également été interdit de programmes publicitaires jusqu’à nouvel ordre. De plus, les 46 000 dollars qu’il avait gagnés ont été renvoyés aux annonceurs.

Dans un e-mail envoyé au jeune entrepreneur, Google affirme que MesTextos.com «incitait ou forçait» les internautes à cliquer sur les annonces. Ce qui est contraire aux règles. Mais interrogé par Business Insider Idris Sami assure n’avoir jamais eu recours à de telles pratiques. Il s’est également dit mécontent d'avoir perdu les 46 000 dollars qu’il considère comme son dû.

Sami avait pourtant été félicité par des agents de Google

Par ailleurs, toutes ces sanctions ont beaucoup surpris le jeune entrepreneur, car quelques jours avant qu’elles ne tombent, les 1er et 15 janvier, il avait reçu deux e-mails de deux commerciaux de Google qui le félicitaient pour sa capacité à générer tant de bénéfices. Ces derniers s'étaient même proposés de l’aider à gagner davantage et personne ne l’avait averti qu’il y avait le moindre problème.

Google a refusé de commenter l’affaire. Un porte-parole de la société s’est toutefois confié de manière sommaire à Business Insider affirmant : «Nous envoyons toujours une note à l’éditeur de site web expliquant notre politique et dans de nombreux cas, nous leur donnons la chance de modifier leurs pages de sorte à se conformer aux règles».

Possible recours en justice

Selon Idris Sami cependant, le règlement fourni en français ne présente pas intégralement le même contenu que celui en anglais. Du coup, cela met souvent les éditeurs de site web dans une situation délicate. Bien que son cas soit quelque peu particulier, une bonne partie de la clientèle de Google est constituée d’éditeurs de site web qui se plaignent du manque de clarté dans les règles du célèbre moteur de recherche.

Actuellement, la firme américaine est poursuivie en justice aux Etats-Unis par plusieurs éditeurs qui l’accusent de «refuser soudainement et sans explications» de les payer dès que leurs sites commencent à bien marcher. Le jeune entrepreneur franco-marocain envisage également d'avoir recours à la justice pour récupérer son argent. Pour l'instant, il y travaille avec un avocat.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com