Menu

Politique Publié

L’Espagne somme Google de lui restituer « son » ilot Perejil

Google subit la pression du gouvernement espagnol afin de corriger l'erreur attribuant l'îlot Leïla (islote de Perejil en espagnol) et d’autres territoires sous souveraineté espagnole au Maroc. Le ministère espagnol des Affaires étrangères a demandé à l’entreprise américaine Google de modifier les informations et de «restituer» à l’Espagne tous ses territoires.

Temps de lecture: 2'
DR

Il y a quelques mois, un site internet avait révélé que le géant américain de l’internet avait rattaché les «plazas de soberanía», situés sur les côtes marocaines ou dans la Méditerranée. La presse ibérique a largement commenté cette affaire, ce qui a fini par pousser le département dirigé par Miguel Angel Moratinos, à demander à Google, de corriger les informations concernant plusieurs îles. Concrètement, il s'agit des îles Zaffarines ou Jaafarines (Islas Chafarinas en espagnol), le Rocher d'Al-Hoceima,  la presqu’île de Peñón de Vélez de la Gomera appelé Rocher de Badis et le très controversé îlot Leila (îlot Perejil), qui sont espagnols selon Madrid.

Auparavant, Google Espagne  avait déjà contacté le ministère des Affaires étrangères pour lui faire part de sa volonté de remédier à la situation. En effet, le siège aux Etats-Unis a été saisi pour rectifier les données du service de cartographie et d'imagerie par satellite (Google Maps et Google Earth), sur ces territoires sous souveraineté espagnole. Un porte-parole en Espagne du moteur de recherche a déclaré, tout en reconnaissant leur tort, que  l’information fournie par Google Earth et Maps «est composée d'une série de données émanant d'une tierce partie», ayant des contrats avec Google. Autrement dit, des sociétés sous traitantes.

Google travaille «de manière intensive et continue afin de rendre cette information aussi précise que possible» pour les utilisateurs, mais il peut «y avoir des erreurs occasionnelles» a précise le même porte-parole.

Les récentes prises de position marocaines ont sans doute donné des idées à l’exécutif espagnol de faire pression sur Google. Pour rappel, le 17 mai dernier, le premier ministre Abbas El Fassi avait appelé devant le Parlement, à «mettre fin à l’occupation de Sebta et Melilla» par le dialogue. Quelques semaines plus tard, le ministre de l’Économie et des Finances, Salaheddine Mezouar, en visite à Madrid le 28 juin, a confié dans un entretien au journal en ligne l’Expansion.com que «les Espagnols savent que Sebta et Melilla sont deux villes marocaines». Il a ajouté qu’il souhaite l’ouverture de négociations «tranquilles et sereines», afin de rétablir cette vérité «à la fois géographique et historique».

Le Maroc  et l'Espagne revendiquent tous deux des territoires sur les côtes marocaines et dans la Méditerranée. L’îlot Leïla/Perejil est devenu le plus célèbre de ces territoires, après une crise de dix jours ayant opposé les deux Royaumes en juillet 2002. Les deux voisins avaient fini par trouver un accord autour de l’îlot qui prévoyait le retour au statu quo antérieur à la crise.

l
Auteur : yassir45
Date : le 12 juillet 2010 à 02h04
l'onu est une vrai blague occidental vous n'avez qu'a voir comment l'onu légalise en palestine des frontieres imaginaires qui sont une création de l'occupation britannique, les pays musulmans doivent créer leur propre organisation et ne pas reconnaitre cette blague qui est onu
Le temps des colonisations est révolu
Auteur : bzou
Date : le 09 juillet 2010 à 11h27
Il est temps pour l'Espagne de reconsiderer sa politique extérieure avec le Maroc , nous ne sommes plus au 18 ni au 19 siècle, nous sommes en 2010.
Il est temps de régler le problème de manière civilisée.
Revendiquer cette ile par l'ESpagne est une véritable aberration sur tous les plans, géographique, politique,ethnique ect,juste pour rappel ,le Maroc et l'Espagne se trouvent sur deux CONTINENTS DIFFERENTS SEPARES PAR la MEDITERRANEE....!!!!!!!!!
sahara marocain
Auteur : DJ kilo maticha 3afak
Date : le 09 juillet 2010 à 09h08
le maroc devrait aussi faire pression sur google et les cartographiste qui lui coupe le sahara de son territoire. et surtout changer occidental par marocain.
statu quo
Auteur : momo12369
Date : le 09 juillet 2010 à 08h36
le statu quo veut dire retour à la souveraineté espagnole.
Si on attend plus longtemps pour résoudre ces problèmes de souveraineté on ne fera que confirmer la souveraineté espagnole, le Maroc ce n'est pas uniquement Rabat ou casa c'est tout le territoire Marocain et qui la même importance pour les Marocains.
Pourquoi un tel acharnement !!!!!!!!
Auteur : Mo7a
Date : le 08 juillet 2010 à 23h02
J'aime bien l'Espagne mais parfois c'est n'importe quoi. Se prendre la tête pour des cailloux, dites plutôt que c'est stratégique, au cas où.

Moi je dit libérons Sebta et Mlillllllya ^^.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com