Menu

Religion Publié

Belgique : Un maire porte plainte après une rumeur sur les musulmans et le porc à la cantine

En Belgique, une rumeur sur une présumée demande d’interdiction de la viande de porc dans les cantines refait surface. La requête, qui émanerait de parents d’élevés musulmans, circule sur les réseaux sociaux. Mais selon le maire de la ville concernée, il s’agit d’un pur mensonge. Explications. 

Temps de lecture: 2'
Hotel de ville d'Ath

C’est une vieille rumeur qui refait surface en Belgique. Sur les réseaux sociaux, une prétendue demande de parents d’élevés musulmans de Ath, ville francophone située à 60 km à l'ouest de Bruxelles, réclamant l’interdiction de la viande de porc dans les cantines scolaires, circule depuis quelques jours. Mais selon le site d’information Rtl.be, qui rapporte l’information ce vendredi 9 mai, il s’agit d’un pur mensonge «inventé de toutes pièces».

C’est un internaute soucieux de connaitre la vérité qui a alerté le journal en ligne belge. «J'ai vu passer une photo sur Facebook où on affirme que des parents d'élèves musulmans ont demandé la suppression de la viande de porc dans les écoles d'Ath. Ça circule sur les réseaux sociaux, il y aurait même une pétition pour soutenir le bourgmestre qui aurait refusé de supprimer la viande de porc», écrit celui-ci dans un message envoyé via la page Alertez-nous de RTL.

Un hoax de 2013

En réalité, la rumeur en question ne date pas d’aujourd’hui, mais plutôt de l’été 2013. Aujourd’hui, celle-ci refait surface sur Facebook, à travers une image de cantine partagée par certains internautes, accompagnée d’un texte dont voici un extrait : «Des parents d’élèves musulmans demandent la suppression de la viande de porc dans les cantines des écoles de l’entité d’ATH. Le mayeur a totalement refusé, et le secrétaire communal a envoyé une note à tous les parents pour s’en expliquer. Pour que les musulmans comprennent qu’ils doivent s’adapter à la Belgique, à ses coutumes, à ses traditions, à son mode de vie, puisque c’est là qu’ils ont choisi d’immigrer».

«Pour qu’ils comprennent qu’ils doivent s’intégrer et apprendre à bien vivre en Belgique. Pour qu’ils comprennent que c’est à eux de modifier leur mode de vie, et non aux Belges qui les ont généreusement accueillis. Qu’ils comprennent que les Athois ne sont ni xénophobes ni racistes, qu’ils ont accepté de nombreux immigrés avant les musulmans, (alors que l’inverse n’est pas vrai : les musulmans n’acceptent pas d’étrangers non musulmans sur leur sol). Que pas plus que les autres peuples, les Belges ne sont prêts à renoncer à leur identité, à leur culture, malgré les coups bas des internationalistes. Qu’ils comprennent enfin qu’en Belgique, avec, et non malgré, ses racines judéo-chrétiennes, ses sapins de noël, ses églises, et ses fêtes religieuses, la religion doit rester dans le domaine privé, la commune d’Ath a eu raison de refuser toute concession à l’islam et à la charia», poursuit le texte.

Plainte du maire

Lorsque la rumeur avait commencé à circuler en 2013, le maire d’Ath Marc Duvivier avait publié un démenti formel sur le site de la commune. Il y affirmait notamment qu’ «aucune personne de quelque nationalité ou ethnie que ce soit, n’a fait une telle demande auprès des services communaux, auprès de M. Bruno Boël, Secrétaire communal, ou de moi-même. C’est un mensonge».

Recontacté cette semaine par RTL, le maire a réaffirmé que c’est «complètement faux», et qu'il n'y avait «jamais eu la moindre discussion ou la moindre demande à ce sujet», que ce soit «au niveau de la commune ou au niveau des écoles, auxquelles nous sommes pourtant très à l'écoute». Marc Duvivier avait d’ailleurs déposé une plainte en juillet de la même année. Selon lui, les personnes derrière ces fausses rumeurs sont «sur le point d’être identifiées». 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com