Menu

Politique Publié

Tindouf : Le rapport de Ban Ki-moon déçoit les Sahraouis dissidents au Polisario

Après le Maroc, c'est au tour des Sahraouis de Tindouf d'exprimer leurs critiques à l'égard du dernier rapport sur le Sahara du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. Les dissidents du Polisario dans les camps ont fait entendre leur voix et leurs principaux désaccords. Détails.

Temps de lecture: 2'
Ph. © UNHCR / D. Alachi

Le dernier rapport de Ban Ki-moon sur le Sahara occidental a déçu, pas uniquement le Maroc, mais aussi à Tindouf. Les jeunes Sahraouis qui observent, depuis le 19 janvier, un sit-in devant le siège du HCR dans les camps de Tindouf viennent d'exprimé leur mécontentement. Ils assurent, dans un communiqué, que le texte du secrétaire général de l’ONU ne leur a pas rendu justice, critiquant ouvertement le manque de soutien de la part des agents du HCR à leur cause.

Responsabilités du HCR

Le nombre des jeunes est estimé à 70 personnes. Un chiffre qui n'est pas partagé par les fonctionnaires du HCR. Dans des correspondances avec le secrétariat général de l’ONU, ils l’ont réduit à seulement 15 individus. Mais ce n’est pas le seul point qui est reproché au dernier rapport onusien.

Sur ce dossier, il est clair que la délégation du HCR basée à Alger avec son antenne dans les camps de Tindouf, a depuis le début, préféré jouer le rôle du spectateur, évitant d’user de leur statut d’organisme relevant de l’ONU pour intervenir. Il a fallu attendre le second mois de sit-in pour qu'enfin le délégué du Haut-commissariat aux réfugiés dans la capitale algérienne daigne se réunir avec les jeunes.

Demander les droits qu’accorde la Convention de Genève aux réfugiés

Le blocage que connaît, actuellement, le processus de négociations entre le Maroc et le Polisario, un contexte aggravé par les mesures restrictives prises par l’armée algérienne, limitant la libre circulation des Sahraouis, ont davantage radicalisé les revendications de la population. Désormais, elle exige de bénéficier pleinement des droits accordés aux réfugiés, tels qu’ils sont dûment reconnus par la convention de Genève de 1951.

C’est, d’ailleurs, le maître mot de toute les expressions de contestations des Sahraouis des camps, que ce soit pour les auteurs des vidéos d’ «une minute pour la vérité» diffusés par la chaîne marocaine Laâyoune TV ou pour les jeunes qui observent un sit-in ouvert depuis le 19 janvier devant les locaux du HCR. Par ailleurs, le communiqué conclut par réitérer que leurs demandes ne dépassent pas les droits octroyés aux réfugiés dans les autres camps. 

de raquétte en viol, c'est guantanamo qui ne dit pas son nom.
Auteur : sarafanxxl
Date : le 25 avril 2014 à 23h27
Tindouf,la plus grande prison a ciel ouvert dans un monde qui se dit musulmans et qui n'a d'islam que le nom.
étroitement surveillés, quotidiennement raquettés .fréquement emprisonnés, femme violées ,enfants ,maltraités et mal scolarisés ,sous l'emprise totale des ténardiers d'alger,les marocains de Tindouf crient leur déséspoire a qui veut les entendre.
abdellaziz el marrakchi ne peut plus s'en séparer d'eux.non pas par amour,mais parceque c'est son fond de commerce.
les ONG veulent bien les aider .mais ils ne peuvent le faire
a cause des sucreries offertes par le camarade cadavre fantôme président, et qui les empêchent de leur tendre la main.
le maroc n'y peut rien non plus ,Tindouf c'est en territoire algérien
alors,il ne leur reste plus que leurs jambes pour fuir guantanamo ( made in algeria ) et rejoindre laayoune ou dakhla.in cha allah
!
Auteur : participant
Date : le 25 avril 2014 à 21h14
il faut s'occuper de la population. et surtout les jeunes.


oui mais à condition...
Auteur : FATEM95
Date : le 25 avril 2014 à 20h08
...que les ONG ou personnalités, qui remuent ciel et terre dès qu'il y a deux tondus et trois pelés qui manifestent à Laâyoune ou ailleurs, veulent bien relayer le cri de souffrance de ces pauvres jeunes qui n'ont connu que la séquestration, la chaleur et la misère. Mais ces gens sont manifestement corrompus et font honte aux causes qu'il défendent.
pas assez de dissidents dans les camps de Tindouf
Auteur : bedji
Date : le 25 avril 2014 à 19h44
70 jeunes dissidents au Polisario dans les camps de Tindouf,voire 15 selon le HCR, c'est encore un chiffre ridicule. Si les sahraouis veulent vraiment revenir au Maroc et échapper à la misère des camps de Tindouf et aux violations des Droits de l'Homme dans les camps il faut qu'ils se mobilisent davantage devant le HCR.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate