Menu

Santé Publié

La circoncision peut prévenir le cancer de la prostate selon une étude

Selon une nouvelle étude canadienne, réalisée par des chercheurs de l’Université de Montréal et de l’INRS, la circoncision protégerait du cancer de la prostate. Un constat qui rejoint plus ou moins celui d’autres chercheurs, américains et australiens cette fois, ayant affirmé quelques jours plutôt que la moitié des hommes non circoncis souffriront de problèmes de santé associés à leur prépuce durant leur vie. Explications.

Temps de lecture: 2'
Ph : AFP

Bien que décriée en Europe, la circoncision serait bel et bien bénéfique pour la santé. Deux nouvelles études, l’une publiée au Canada, l’autre aux Etats-Unis, s’accordent sur ce constat. La plus récente, réalisée par des chercheurs de l’Université de Montréal et de l’Institut Armand-Frappier, centre affilié à l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), auprès de 2141 hommes de Montréal, a été rendue publique ce lundi. Elle affirme que les hommes ayant été circoncis après l'âge de 35 ans courraient 45% moins de risques d'être ultérieurement atteints du cancer de la prostate, comparativement aux hommes non circoncis, rapporte La Presse Canadienne.

La circoncision en bas âge, plus protectrice

 «La moitié des participants avaient reçu un diagnostic de cancer de la prostate entre 2005 et 2009, tandis que les autres ont été recrutés pour former le groupe témoin. Tous ont été questionnés sur leurs habitudes de vie et leurs antécédents médicaux, en plus d'avoir été répartis selon l'âge auquel ils avaient été circoncis, le cas échéant», détaille un communiqué de l’Université de Montréal.

«Pour l'ensemble des participants, ceux qui étaient circoncis affichaient un risque 11 % moins élevé d'avoir un cancer de la prostate en comparaison de ceux qui n'étaient pas circoncis, bien que sur le plan statistique cette proportion ne soit pas tout à fait significative», poursuit-on.

Aussi, selon les chercheurs de l’INRS et de l’Université de Montréal, la circoncision chez les bébés dans leur première année de vie est associée «à une réduction du risque de cancer de la prostate de l'ordre de 14 %». «De même, l'ablation du prépuce en bas âge s'avérerait la plus protectrice, à long terme, contre les formes plus agressives de ce cancer», souligne le communiqué.

Le cancer de la prostate rare chez les musulmans et les juifs

Autre constat, les auteurs de l’étude ont également relevé que le cancer de la prostate était «rare dans les populations de confession juive ou musulmane, au sein desquelles les hommes sont majoritairement circoncis». «On ignore pour l'instant le mécanisme par lequel la circoncision protégerait les hommes du cancer de la prostate», précisent toutefois les chercheurs, affirmant que plusieurs études avaient démontré que cette opération mineure» réduisait le risque d’attraper une infection transmissible sexuellement.

«Contrairement à la peau qui couvre l'ensemble du corps, le prépuce est principalement composé de tissus muqueux non kératinisés qui offrent un environnement plus propice à la prolifération des microbes causant des infections», expliquent les auteurs.

Une autre étude, publiée le 3 avril dernier par des chercheurs américains dans le journal Mayo Clinic Proceedings, est arrivée pratiquement à la même conclusion : «Pendant leur vie, La moitié des hommes non circoncis souffriront de problèmes de santé associés à leur prépuce».

Comme un vaccin 

Le professeur Brian Morris, cité par la même source, recommande l’opération pour les bébés, estimant qu’elle devrait avoir le même statut que la vaccination. Selon lui, tout délai mettrait la santé de l'enfant en danger. Le principal bienfait de la circoncision résiderait dans la prévention des infections urinaires «qui pourraient endommager les reins de la moitié des bébés qui en seront atteints». Et pour ce qui est des opposants à la circoncision, le professeur précise que celle-ci n’a «aucun impact négatif sur la fonction sexuelle, la sensibilité ou le plaisir».

Vous êtes trop fort
Auteur : mitach2
Date : le 10 avril 2014 à 23h25
Vous êtes vraiment insolent....je parlais de manière générale ...Votre manière de répondre est très insolente ....
Admettons que je ne suis pas spécialiste,et vous venez de me réciter des choses que vous avez vu sur Internet ...bref je ne suis pas sensé vous repondre ..mais......
Vous dites que vous avez un PSA a 12 ng/ml et que vous avez une biopsie bientôt
D abord je vous souhaite de tous mon cœur les complications de cette biopsie notamment une grosse prostatite avec. Une rétention aiguë de urine qui va vous faire souffrir un peu
Je vous souhaite un gros ADKc prostatique G9(5+4)
Et un bilan d'extension qui trouvera des méat de partou a la scinti....
Demander à votre toubib les explications....
Je vous répondrai plus vu votre niveau Mr
Courage

De qui vous vous fichez ?
Auteur : Gadiri heureux
Date : le 10 avril 2014 à 23h04
Spécialiste dites- vous ?
Certainement pas en urologie mais plutôt en propagation de clichés et bruits de couloir.
Car il est FAUX de prétendre que la circoncision est sans conséquence. Tout comme il est FAUX de dire que c'est un précepte religieux, pas un mot dans le Coran le dit.
Sachez spécialiste de rien que prépuce n’est pas une
pathologie à lui seul. Ensuite sur le terrain physiologique : la surface de peau enlevée correspond à la moitié ou les deux tiers du recouvrement tégumentaire du pénis.
Cette zone de trente-deux centimètres carrés chez un adulte – peau externe, peau interne – concentre plus de mille terminaisons nerveuses, dont deux cent cinquante pieds de nerfs. D’où la résection de l’une des structures les
plus innervées du corps.
De plus, la disparition du prépuce – que les peuplades primitives enterrent, mangent, sèchent, pulvérisent, conservent – entraîne une cicatrice circonférentielle qui kératinise avec le temps : l’exposition permanente aux frottements des tissus agit de manière abrasive sur la peau qui se durcit et perd de sa sensibilité. L'assèchement de cette surface et la disparition de la lubrification suppriment du confort sexuel pour les deux partenaires.
Alors le spécialiste de rien du tout ne vous permet de dire ce que vous affirmez car la SCIENCE vous contredit du tout au tout.
Comment d'ailleurs pouvez vous poser un diagnostic me concernant sans m'avoir examiné, pour un spécialiste vous la foutez un peu mal.
Ma biopsie est prévue d'ici quelque semaine avec hélas forte suspicion de cancer (un taux de PSA de 12 !) contredit l'étude. Au moins en ce qui me concerne je considère que dire que la circoncision n'empêche en AUCUN CAS des maladies de la prostate.
Circoncision
Auteur : mitach2
Date : le 10 avril 2014 à 22h05
Tant que spécialiste dans le domaine,je vous confrme le rôle de la circoncision dans la protection des infections sexuellement transmissible et des cancer de la verge....le mécanisme est le défaut d hygiène local avec des inflammations locales chroniques et à répititions...
Il est vrai que cette étude est incomplète est non rend osmosee pour comprendre le lien entre une telle chirurgie et le cancer de la prostate.
En ce qui vous concerne vous souffrez tout simplement des manifestations clinique d un adénome de prostate et non un cancer de prostate.
Une autre chose très importante,il n est y'a pas de changement de sexualité lié à la circoncision ,pas de diminution de la sensibilité du tout...ce qui peut avoir c est que avec l âge l andropause s installe progressivement chez l homme avec une diminution de libido et un dysfonctionnement érectile ...mais heureusement il y a des traitements à tout ça
A bon entendeur
Faut pas généraliser
Auteur : Gadiri heureux
Date : le 10 avril 2014 à 14h42
j'ai 65 ans, circoncis et avec une prostate à problèmes.

Une hirondelle ne fait pas le printemps et une seule étude ne fait une vérité.

Autre chose la circoncision a pour conséquence de diminuer la sensibilité du gland au fur et à mesure des années. Alors sachez les "jeunes" qu'à partir de la cinquantaine le vécu des relations intimes avec madame prendra beaucoup moins de saveur, alors PROFITEZ EN avant !!!!!
Circoncision
Auteur : Pandaravi
Date : le 09 avril 2014 à 20h25
Et peut-être que si les non circoncis adoptaient de bonnes mesures d'hygiène ils n'auraient pas plus de problèmes que les circoncis. Il y a aussi d'autres études qui tendent à démontrer que la fréquence des activités sexuelles aurait elle aussi un effet "protecteur". Je ne sais pas si l'étude mentionnée ci-haut en tenait compte. Je peux me leurrer, mais là ou la polygamie est acceptée, le fréquence des rapports sexuels des mâles devrait être plus élevée.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com