Menu

Economie Publié

Chute du reach Facebook, quelles perspectives pour les marques marocaines ?

La chute de la portée organique* sur Facebook pour les pages, révélée tout récemment par une étude de l’agence américaine OGILVY, jette un pavé dans la marre des entreprises qui investissent le digital. Si cette tendance se confirme, beaucoup de choses changeront pour les marques internationales mais aussi marocaines, présentes en force sur le réseau social.

Temps de lecture: 2'
DR

Ainsi le reach organique, actuellement de 5%, est en passe de tendre vers 0 ! Ne vous étonnez pas, le réseau social est en train de basculer vers un modèle très lucratif qui fait de lui un mass média et une régie publicitaire tout en un. Le message est clair : plus la peine de perdre son temps à envoyer des messages sur sa page Facebook car vous savez maintenant que vous allez toucher organiquement que 5% de vos Fans dans le meilleur des cas. Si vous souhaitez en toucher plus, il va falloir passer à la caisse en sponsorisant votre post.

En effet, le constat semble déjà entériné chez certains professionnels des réseaux sociaux. «Lors de notre dernier post Facebook, nous avons atteint un reach organique de 400 personnes mais nous avons atteint 114 000 personnes en payant 10 dollars » dixit un responsable Social Media en agence à Casablanca.

Un écart qui se creuse 

L’écart entre les deux reachs est criard et il va falloir faire avec car facebook a tout l’air de continuer sur sa lancée en favorisant dans son algorithme la portée des posts sponsorisés. Or derrière ce chiffre de 114000, se cache aussi d’autres facteurs sans relation avec l’argent : Originalité du titre, attractivité de l’annonce, type de contenu (texte, photo, vidéo,…), timing de diffusion, ciblage, geotargeting, etc.

Les marques qui comptaient bâtir leur communauté sur Facebook gratuitement ou à moindre frais et ceux qui y ont déjà déployé tant d'efforts de community management, vont devoir mettre la main au portefeuille ou abandonner leur présence sur Facebook. Je pense ici à des ONG, des TPE et des PME qui n’ont pas forcément beaucoup de moyens. Il est vrai que Facebook reste plus accessible que les mass médias classiques mais à la longue, il nécessitera des dépenses de plus en plus onéreuses en matière de production et de diffusion de contenu ainsi que la gestion des conversations inévitable quand on fait du social.

Gare à l’improvisation

Il faut dire que Facebook mais aussi Google, Twitter ou Youtube ne coûtent pas cher quand on improvise. Mais dès lors que l’on gère des campagnes, qu’on produit du contenu, qu’on accorde le temps et les ressources nécessaires à un suivi de campagne de la définition des KPIs** à la définition du ROI***, la présence devient cher.

Les perspectives pour les marques internationales et plus particulièrement marocaines, sur les médias sociaux sont incertaines mais ce qui est sur, c’est qu’avec la maturité des acteurs du Web social, il sera de plus en plus coûteux d’y exister, d’y faire sa place et toucher ses audiences.

* Portée organique dite aussi naturelle, désigne le nombre de personne pouvant être touchées (Reach) par un message publié sur une page facebook sans payer de publicité (Post sponsorisé).

** KPIs : Key Performance Indicators (Indicateurs clés de performance)

*** ROI : Return On Investment (Retour sur Investissement)

Visiter le site de l'auteur: http://www.socialimpulse.net

Tribune

Yasser Monkachi
Consultant et formateur médias sociaux
Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com