Menu

Sport Publié

Football : Le port du voile autorisé par la FIFA, la France refuse de s’y soumettre

C’est à priori une bonne nouvelle pour les footballeuses de confession musulmane. Depuis samedi, le port du voile est désormais autorisé sur les terrains, tout comme celui du turban pour les hommes sikhs. Mais la France, qui n’entend pas les choses de la même oreille, n’a pas l’intention de faire appliquer cette nouvelle règlementation. Explications. 

Temps de lecture: 3'
DR

Dorénavant, les footballeuses de confession musulmane peuvent porter leurs voiles dans les compétitions officielles, tout comme les hommes sikhs en ce qui concerne les turbans. L'International Football Association Board (IFAB), l’instance de la FIFA chargée de déterminer et de faire évoluer les règles du jeu du football, l’a fait savoir ce samedi, à l’issue de sa 128e assemblée générale, tenue à Zurich sous la présidence de Joseph Blatter.

Il y a deux ans, l’IFAB avait autorisé cette possibilité à titre d’essai, sous «certaines conditions strictes» et à la demande de plusieurs pays musulmans. Plus tard, celle-ci avait accepté d’étendre l’expérience aux joueurs hommes, après une polémique sur le port du turban au Québec. Aujourd’hui, l’expérience semble avoir convaincu la FIFA qui a décidé d’intégrer officiellement le port du voile dans son règlement.

Une loi contre les discriminations

«Il a été décidé que les joueuses pouvaient avoir la tête couverte pour jouer», a déclaré en conférence de presse le secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, cité par l’AFP. «Une expérience a été menée et la décision restait à prendre. Cela a été confirmé : les joueuses peuvent avoir la tête couverte pour jouer», a-t-il souligné.

«Nous ne pouvons faire de discrimination. Ce qui s'applique aux femmes peut s'appliquer aux hommes. Les hommes peuvent aussi porter dans les différentes compétitions un couvre-chef», a ajouté Jérôme Valcke. «C'était une requête qui venait d'un groupe de pays et d'un groupe de joueurs qui disaient que cela contribuerait au développement du football et ce fut le principal argument qui a poussé l'IFAB à dire oui», a-t-il expliqué.

L’IFAB a, toutefois, souligné dans sa décision que le port du voile tel qu’il a été autorisé est soumis à quelques conditions. Le foulard islamique ou le turban sikh ne devra, par exemple, pas être rattaché au maillot des joueurs. Il ne devra pas non plus constituer un danger pour celle qui le porte. Pour expliquer les détails de cette décision aux différentes instances footballistiques, une circulaire leur sera adressée dans les prochains jours.

La France n’a pas apprécié

En France, où le voile islamique est perçu comme une barrière à la laïcité, la décision n’a pas du tout été appréciée. Cette nouvelle possibilité ne sera donc pas appliquée dans les clubs et sélections de l’Hexagone. Soucieuse de respecter la «laïcité», la Fédération française de football (FFF), a indiqué samedi le maintien de «l'interdiction du port de tout signe religieux ou confessionnel» et donc du voile.

La FFF «a pris connaissance» d'une décision qui «n'est que l'application technique d'une première mesure prise en juillet 2012, (Ndlr : permettant) également aux fédérations qui le souhaitent de l'appliquer dans leurs propres compétitions». Mais, «en ce qui concerne la participation des sélections nationales françaises dans des compétitions internationales d'une part ainsi que l'organisation des compétitions nationales d'autre part», la FFF «rappelle son souci de respecter les principes constitutionnels et législatifs de laïcité qui prévalent dans notre pays et qui figurent dans ses statuts», affirme l’instance française du ballon rond.

La Ligue de football professionnel (LFP) a, pour sa part, dénoncé une «grave erreur» qui selon elle «malmène le principe d'universalité du football». «Alors que la charte olympique exclut tout signe religieux, cette autorisation va à l'encontre du droit des femmes et menace la neutralité d'un football préservé des querelles religieuses et politiques», a estimé son président Frédéric Thiriez.

Contrairement à la FFF, la Fédération italienne de football (FIGC), qui avait récemment donné son autorisation à une arbitre marocaine d’officier avec son foulard, s'est dite «favorable à la décision de l'IFAB». 

et pourtant......
Auteur : tarbat n latlas
Date : le 16 mars 2014 à 19h46
et pourtant ces français ne sont pas toujours contre les divers coiffes....en exemple celle de la golfeuse française Mathilda qui represente la france dans la coupe lalla m
Meryem....c'est que ces francais sont contre la FAÇON de le porter...des islamophobes qui....
jugez vous meme.http://www.lematin.ma/files/2014/03/Cappeliez_Agadir.jpg
Religion = ne dépasser le cadre privé !!!
Auteur : MoroccanPatriots
Date : le 12 mars 2014 à 10h16
Tout être humain doit jouir des mêmes droits sans distinction de Religion c'est ce qu'on appele l'Egalité le sport justement et l'une des rare sphère encore non politisée et religionisée !!! Dans le sport il n'y a que des sportifs pas de musulmans ni d'athées pas plus du reste !!!
musulman doit jouir de tous ses droits
Auteur : tarbat n latlas
Date : le 11 mars 2014 à 01h12
ce n'est pas parce qu'on est musulma que vous allez nous encerclez..nous aussi nous reclamons les memes droits humains...nois sommes HUMAINS.
la premiere a renoncer
Auteur : tarbat n latlas
Date : le 10 mars 2014 à 14h51
au prix de ma religion je serais la premiere a renoncer au sport collectif... quand même on est pas filles entre nous
c'est toi l'ypocrite salafiste
Auteur : ALIENN
Date : le 06 mars 2014 à 16h55
y'as pas de débat avec toi , tu impose ton idée idéologique point final, pas de surprise tous le monde dans le même sac avec toi tu épargne personne, PK GARDE TU LA NATIONALITÉ FRANÇAISE ??
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com