Menu

Environnement Publié

Casablanca : Un sac géant de course écologique pour mobiliser les consciences

Casablanca est une ville très polluée. Pour mobiliser les consciences face à l’importance de l’environnement, une initiative en marge de celle du ministère de tutelle prévoit l’exposition prochaine d’un sac géant de course en toile dans un espace public de la ville blanche. Le but étant non seulement de sensibiliser la population sur les dangers de l’utilisation excessive des sacs en plastique, mais aussi d'amener les autorités à prendre les bonnes décisions.

Temps de lecture: 3'
Said Sebti, président de MS2D.

L’idée est celle du réseau Casa Environnement qui regroupe 60 associations casablancaises, ainsi que les élèves ingénieurs de l’Ecole Hassania des Travaux Publics (ENACTUS EHTP). En marge du projet de distribution de 3 millions de sacs en toile à travers le royaume initié par le ministère de l’Environnement, ils ont pensé à exposer un sac géant de course écologique afin de mobiliser les consciences quant aux dangers de l’utilisation des sacs plastiques.

«Le sac géant est train d’être confectionné. Sa dimension sera à la hauteur des 1 million de sacs que compte distribuer le ministère à Casablanca», explique à Yabiladi, Said Sebti, président de Maroc Sciences et Développement durable (MS2D) et de Casa Environnement. «Nous avons pensé qu’il fallait mener une action qui marque les esprits, car nous voulons attirer au maximum l’attention des Casablancais», ajoute-t-il. 

Le sac géant sera exposé le 23 mars prochain. Pour l'instant, le lieu de l’exposition n’a pas encore été déterminé. «Nous sommes en discussions avec les autorités pour avoir toute la logistique nécessaire», indique M. Sebti. Toutefois, il pense que la place Mohammed V pourrait être idéale, «encore, faut-il trouvé un lieu sûr, près d’un immeuble par exemple pour que le sac soit à l’abri du vent», note-t-il.

Concernant la durée de l’exposition, l’Association n’en a aucune idée pour l’instant. «C’est la ville qui décide. Nous avons prévu une exposition de quelques jours, bien que nous souhaitions avoir un endroit où le sac géant puisse rester même pendant une année. Mais, ce n’est pas évident, car il faut mobiliser beaucoup de logistique», reconnait le président de MS2D.

La pollution, largement favorisée par l’utilisation excessive de sacs plastiques

Il faut dire que Casablanca est connue pour son niveau de pollution élevé. Elle est même selon plusieurs experts la ville la plus polluée du royaume chérifien. «La pollution de l’air est celle qui y pose le plus problème. Avec les usines, le transport, c’est la catastrophe», déplore M. Sebti soulignant que cette pollution est également favorisée par «utilisation excessive» des sacs plastiques.

Il relève que la capitale économique souffre aussi d’un «problème de déchets». En effet, l'insalubrité pose un si grand problème que les habitants avaient remarqué que Casablanca n’était sérieusement nettoyée de ses déchets que lorsqu’une personnalité venait y séjourner, le roi notamment. Dans le plan d’urgence de la ville, les autorités ont réservé une enveloppe de 480 millions de dirhams pour un meilleur service propreté. Elles ont également prévu 200 millions de dirhams pour l’amélioration des conditions de transport des citadins via l’acquisition de 200 nouveaux bus.

Sensibiliser les autorités 

D’après Said Sebti, le Maroc est encore en retard dans la lutte contre la pollution, «mais il y a des efforts qui se font et nous voulons nous inscrire dans cette voie». Pour lui, sensibiliser les gens à utiliser des sacs en toile plutôt que des sacs en plastiques n’est qu’un pas en avant, car «la lutte contre la pollution est un combat de longue haleine». «Si déjà les gens peuvent comprendre qu'il est dangereux pour nous, à long terme, d'utiliser les sacs plastiques, c’est déjà quelque chose de gagner», estime ce responsable associatif. Il faut dire que depuis plusieurs années, de nombreux Etats interdisent l'utilisation des sacs plastiques. En novembre 2013, l'Union européenne avait même légiféré dessus.

Mercredi 26 février, Casa Environnement organise une rencontre pour discuter de l’environnement à Casablanca et de l’urgence des actions. Un événement auquel prendre part Hakima El Hiti, ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement chargée de l’Environnement. Outre la sensibilisation des citoyens, les actions de Casa Environnement visent également à «sensibiliser les responsables afin qu’ils prennent des mesures pour lutter efficacement contre la pollution», souligne M. Sebti.

faut pas rêver
Auteur : misstouzine
Date : le 25 février 2014 à 13h40
Cela ne concerne pas uniquement Casablanca, je viens d'Oujda et c'est pas mieux. (Les gens jettent leur poubelle par la fenêtre..) sans parler des sacs noirs en guise de guirlandes sur la verdure..

Les gens manquent cruellement de savoir vivre au maroc. Ils n'ont aucune éducation. Lorsque vous essayez de les raisonner, ils vous disent "va faire ta loi en France"!

Dernière modification le 25/02/2014 13:43
Inscris dans les genes
Auteur : Fafanasri
Date : le 25 février 2014 à 10h56
C est peine perdus d essayer de sensibiliser les gens a ne pas jeter tous ce qui passe dans leur mains par terre...toutes classes confondus j ai remarquer que le respect de la nature et la propreté en dehors des maison est quasi inexistant...c est comme ca...
le seul moyen efficaces pour changer ces comportement détestable est de faire comme dans certain pays avec les amendes...et oui c est le seul moyen toucher aux portes monnaie...et encore c est pas dis que ca fonctionne a cause de la corruption generaliser...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com