Menu

Religion Publié

Islam : Après le Mali, Tunisie, Libye et Guinée sollicitent l’expertise religieuse marocaine

La Tunisie et la Libye font face à la montée en puissance de courants salafistes radicales. En Guinée, les autorités locales, assistent résignés à une lutte déclarée entre chiites et wahhabites pour le contrôle de la communauté musulmane de ce pays. Les trois Etats tentent de récupérer le terrain perdu dans le domaine religieux en demandant au Maroc de former leurs imams et prédicateurs.

Temps de lecture: 2'
Photo MAP

L’expertise religieuse marocaine est fortement sollicitée en Afrique. Après l’accord entre Rabat et Bamako en vue de former 500 imams maliens, voilà que la Tunisie, la Libye et la Guinée expriment des demandes similaires. Hier, un communiqué du ministère des Affaires islamiques indiquait que le roi Mohammed VI avait bien voulu donner « ses hautes instructions pour que ces parties soient informées de l'accord de principe quant à la satisfaction de leurs demandes de coopération, ordonnant au ministre de Sa Majesté en charge des Habous et des Affaires islamiques de s'atteler à l'examen des différents aspects de mise en œuvre  de ces demandes».

L’islam modéré du Maroc séduit

Après la chute du régime de Ben Ali en Tunisie et celui de Kadhafi en Libye, les mouvements salafistes intégristes ont repris du poil de la bête, menaçant même la stabilité sécuritaire des deux pays. Des courants qui ont vite occupé le terrain religieux, laissé vacant par des années de dictatures dans les deux pays.

Dépassés par les événements, les prédicateurs religieux officiels des deux Etats sont à court d’arguments et de stratégies face à la montée de l’extrémisme. Dans ce contexte, ils sont séduits par le modèle de l’islam marocain. Ils sont d’abord attirés de par sa modération et surtout par les gardes fous officiels (conseil supérieur des oulémas et Ligue Mohammedienne des oulémas) mis en place par le pouvoir en vue de limiter la prolifération d’idées radicales dans la société.

En Guinée, wahhabite et chiites s’affrontent

Actuellement, la Guinée est la scène d’une concurrence acharnée entre wahabites et chiites. Les deux clans se regardent en chiens de faïence. Chacun d’eux essaie de séduire le maximum de fidèles, éclipsant l’influence de confrérie tijanie locale.

Conséquence de cette lutte entre les trois factions, l’apparition en Guinée de mosquées réservées uniquement aux disciples de chaque courant. Un phénomène nouveau qui ne pourrait qu’exacerber davantage les tensions entre Chiites, Wahhabites et Tijanis.

Salam
Auteur : neutre75
Date : le 14 février 2014 à 02h35
Salam , y'a ni d'islam modéré ni d'islam extrémiste , il y'a l'Islam.
bravo
Auteur : ichiadmia
Date : le 14 février 2014 à 00h43
je ne peux dire mieux, bravo pour une excellente courte analyse
!
Auteur : participant
Date : le 13 février 2014 à 20h25
L'Islam modéré gagne du terrain et ce grâce à la résistance intellectuelle de la pensée marocaine. Ce jour un tribunal de Fès acquitte un musulman qui s'est converti au christianisme.
le Maroc est terre de liberté religieuse et terre d'un islam modéré et réaliste. J'espère que certains comprennent enfin ce que veut dire Amir lmouminin.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com