Menu

Société   Publié

Subsahariens rapatriés de Melilla et réfugiés syriens, deux poids deux mesures des autorités marocaines ?

Le 29 janvier, le ministère des Affaires étrangères marocain convoquait l’ambassadeur de l’Algérie au sujet des réfugiés syriens refoulés vers le Maroc. Les Subsahariens, eux, ne semble pas bénéficier de la même attention politique. Même s’ils parviennent à escalader les barrières séparant Melilla du territoire marocain, la Guardia Civil les renvoie d’où ils viennent sans susciter la moindre réaction de la part de Rabat.

Temps de lecture: 2'
DR

Rabat semble accepter le rapatriement des Subsahariens en situation irrégulière a Melilla. Le fil des navettes de la Guardia Civil entre l’enclave espagnol et la frontière avec le Maroc est quasiment ininterrompu. Une vidéo de l’ONG Prodein, basée à Melilla, vient de lever le voile sur une pratique qui se répète, d'un commun accord entre les autorités des deux pays, à chaque nouvelle tentative d’entrée massive de Subsahariens, de plus en plus fréquente ces derniers mois.  

Les ONG crient à l’illégalité

La vidéo montre le «transfèrement» par des agents de la Guardia Civil, de Subsahariens qui ont réussi à escalader les barrières protégeant l’enclave espagnole vers la partie marocaine. Une opération qui se déroule en toute illégalité. Et pour cause, Rabat n’a pas encore accepté, officiellement, le retour des sans-papiers non marocains qui passent en Europe et ayant transité par son territoire. Cet enregistrement est une nouvelle preuve de ce que la presse espagnole et les associations des droits de l’homme avaient déjà pointé du doigt, quelques mois auparavant.

José Palazón Osma, le président de l’ONG Prodein, auteur de la vidéo, monte au créneau pour dénoncer le non-respect du gouvernement Rajoy des procédures d’accueil des migrants irréguliers quand ils sont sur la zone proche de la frontière grillagée avec le Maroc. Dans des déclarations à El Faro Digital, il rappelle qu’entre la partie marocaine et Melilla, il n’y a pas de no-man’s land. Selon lui, il s’agit là d’un «territoire espagnol». De facto, les autorités de Melilla sont dans l’obligation de les conduire au centre de rétention de la ville et ne doivent pas les renvoyer vers le Maroc.

Réfugiés syriens et Subsahariens : deux poids, deux mesures

Jusqu’à présent, ce rapatriement illégal de Subsahariens vers le royaume, n’a point suscité de réactions hostiles de la part de Rabat. C’est même, semble-t-il, le silence total. Une attitude qui confirme, si besoin est, le rôle endossé par le Maroc en tant que gendarme de l’Europe.

Cette attitude tranche complètement avec la vive réaction de la diplomatie marocaine vis-à-vis de l'expulsion par l’Algérie vers le territoire national de réfugiés syriens. Le ton était monté jusqu’au point de convoquer l’ambassadeur du voisin de l’Est accrédité à Rabat, ajoutant de nouvelles tensions aux relations, déjà, conflictuelles entre les deux pays. Même si le cas des réfugiés syriens est légèrement différent de celui des Subsahariens, il est difficile de comprendre le mutisme du Maroc sur un cas de violation de la loi et des accords bilatéraux.

deux poids ,deux machins
Auteur : botr
Date : le 05 février 2014 à 20h46
C'est toujours plus facile de s'en prendre a l'Algérie ,que de s'en prendre aux maîtres espagnoles.
article un peu vendeur
Auteur : jisuikiyes
Date : le 05 février 2014 à 17h47
salam,

je pense que l'idée est toujours d'aller dans le spectaculaire, ceux qui grimpent pour rejoindre l'Europe, en fait, ne nous concerne pas, concentrons nous sur ceux qui veulent rester au Maroc.

après oui, il y a des accords avec les espagnoles, pas avec les autorité algériennes, qui tirent à vu s'ils le peuvent. on devrait laisser faire à mon avis, ça va accélérer le processus pour libérer Mlilia et Sebta.

oussalam
Mr.Jaabouk
Auteur : HMIMID69
Date : le 05 février 2014 à 15h53
Ne pas confondre entre deux refoulements il y a ceux qui sont venus de Turquie pour Algérie qui ne concerne pas le Maroc, et il y a ceux qui sont traverser le Maroc pour aller en Espagne et de les renvoyer d'ou ils viennent c'est tout a fait normale dans ce que la responsabilité et partagé par les pays du départ, le pays du transite et le pays d’accueil en occurrence l'Europe. Le Maroc il s'est mis dans une situation merdique en autorisant la régulation des subsahariens en masse tout simplement une casse tête interminable.
Il y a ceux qui font les bébés et ceux qui se font chier.
Dernière modification le 05/02/2014 15:56
Mauvaise foi journalistique
Auteur : ElChamali
Date : le 05 février 2014 à 14h04

Quel rapport peut il y avoir entre l'explution par un pays hostile (Algérie = frontière fermé, tension diplomatique, aucun lien économique, etc...) qui expulse des civils d'un peuple frère musulman (Syriens) qui cherchent à retourner dans la direction de leur pays en guerre.

Avec la gestion par un peuple ami (Espagne = présence économique forte, accords multiples, ....) dans la gestion de l'expulsion de peuples subsahariens qui n'ont rien à faire en Europe qui n'ont aucun rapport non plus avec les Marocains (anglophones, chrétiens pour la plupart) dont l'origine est un pays en paix ???

Faut vraiment être de mauvaise fois pour comparer les deux situations qui n'ont rien à voir.

Avec l'Algérie même des Marocains ont été expulsés, normal que la pression soit forte sur eux?
Il n' y a rien d'illégal!
Auteur : ALI1955
Date : le 05 février 2014 à 14h00
Il y avait déjà un accord dans le passé entre l'Espagne et le Maroc pour l'entraide entre les deux pays pour le rapatriement des clandestins vers leurs pays d'origine via le Maroc. c'est le seule solution pour dissuader les subsahariens et algériens à l'immigration, et la vie clandestine dans les montagnes marocains.

Je ne vois pas où se trouve l'illégalité dans l’expulsion des clandestins subsahariens et des algériens rentrés illégalement au Maroc.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com