Menu

Société Publié

L’humoriste Mustapha El Atrassi en veut à son gynéco

Les «frères ennemis», version «colorée», qui a mis en scène l’artiste Doc Gynéco et l’humoriste Mustapha El Atrassi, lors de l’émission « On n’est pas couché», animé par Laurent Ruquier, peut laisser un goût d’amertume à nos palais. Comment ces personnages, non représentatifs du public qu’ils s’efforcent de… représenter, ont raté leur sortie médiatique ?
Temps de lecture: 2'
Combien de fois faudra-t-il répéter que l’exercice de «porte-drapeau» d’une communauté est périlleux et insidieux ? A chaque fois, on y a droit ! On en prend «plein la tête», et c’est gratuit, sans pour autant pouvoir se prononcer. Quelle frustration, n’est-ce pas ? Doc Gynéco ou Mustapha El Atrassi (et vice-versa), vous ne représentez que vous-mêmes, parlez en votre nom…et non, au nom d’un public que vous ne connaissez pas car, et ce n’est pas un reproche mais une simple remarque, tout vous oppose. S’initier dans le débat politique nécessite, exige, d’adhérer à une famille de pensée pour partager ses convictions politiques dans la perspective d’améliorer l’environnement de chacun. Il n’est pas de trop d’avoir une vision du monde où sectarisme, communautarisme et haine d’autrui (sous toutes ses formes) soient aux abonnés absents.

Une fois de plus (et de trop), vous êtes tombés dans le panneau. Doc Gynéco, pour sa «légèreté» quant à son argumentaire politique et Mustapha El Atrassi, pour son acharnement «bébête» et son arrogance. Monsieur El Atrassi, vous voulez rendre service aux banlieues et aux quartiers ? Engagez-vous politiquement (et on verra si vous allez employer le même langage et surtout le même ton…), soyez au côté de celles et ceux qui souhaitent s’accomplir mais qui éprouvent des difficultés (et pas que pour leur couleur de peau ou leur origine) et qui en ont assez des discours contre productifs tenus par des «pseudo-banlieusards» ,… C’est le prix à payer pour être crédible ! Quant à Doc Gynéco, peu de choses à étayer, si ce n’est que la chanson lui va à sied. Pour le reste, il faudra se montrer patient et… tolérant. De plus, ce «non évènement» nous conduit à mettre sur la table un débat qui peut intéresser ou «gaver» le plus grand nombre.

Les Hommes de couleur, y compris ceux d’origine des DOM-TOM (c’est le cas de Doc Gynéco) doivent-ils «automatiquement» être de gauche car les «gauchos» sont près du peuple qui souffrent de maux en tout genre, cette France d’en-bas, disait l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. En outre, cela voudrait dire que pour tous les «beurs», c’est la galère. Que ces dits «beurs» sont voués à souffrir jusqu’à la fin de leurs jours et de génération en génération. Il y a encore quelques années, une certaine philosophie de pensée s’exprimait par «papa est médecin, donc mon fils doit être médecin coûte que coûte». Aujourd’hui, l’ambition de voir son enfant réussir sa vie professionnelle n’est pas remise en cause mais une chose a évolué: «l’acceptation», par l’autorité parentale, du choix professionnel opéré par l’enfant. Voilà, là aussi, une avancée notoire enregistrée sous la Vème République.

Des avancées également au sein d’une catégorie de ses enfants (de la Vème République), ceux issus de l’immigration maghrébine et Africaine. Longtemps, on a reproché aux jeunes issus de l’immigration de se désintéresser de la vie politique. Aujourd’hui, ils sont nombreux à exercer des mandats électifs (même si on peut regretter une insuffisance numérique et de ne pas compter d’élus issus de la diversité à l’Assemblée Nationale et au Sénat), il n’en reste pas moins que des progrès conséquents ont été réalisé. Et ce n’est que le début !

Alors de grâce, Messieurs Doc Gynéco et El Atrassi, ne venez pas enrayer la marche en avant de se qui «forcent» leur destin à défaut que cela arrive «tout chaud dans l’assiette». Et puis, c’est un peu «dégueu» de vouloir «exister politiquement» sur le dos de personnes qui…«ont bon dos».




Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com