Menu

Politique   Publié

Légalisation du cannabis au Maroc : L'Istiqlal dépose un projet de loi au parlement

Alors que le Parti authenticité et modernité (PAM) a récemment ouvert le débat sur la légalisation du cannabis au Maroc, prévoyant une proposition de loi d'ici l'année prochaine, l’Istiqlal vient de lui emboiter le pas. Le parti de la Balance a proposé, mardi matin au Parlement, un projet de loi que la question. Celle-ci met naturellement en avant les bénéficies économique d'une telle mesure, mais limite l'autorisation du cannabis aux régions du royaume disposant des plus grands espaces cultivés. Détails.

Temps de lecture: 2'
(A gauche) Noureddine Mediane, président du groupe parlementaire de l'Istiqlal à la Chambre des représentants.

L’Istiqlal a présenté, mardi au Parlement, un projet de loi pour la légalisation du cannabis. «L'objectif est d'utiliser ce produit dans l'agriculture afin de promouvoir le développement économique local et régional», a déclaré à l’agence EFE Noureddine Mediane, président du groupe parlementaire de l'Istiqlal à la Chambre des représentants, ajoutant que le parti s’est inspiré de la récente expérience de l'Uruguay. Ce pays sud-américain est devenu le premier Etat au monde à adopter une loi autorisant la production et la vente du cannabis le 10 décembre dernier.

«Mettre fin à la souffrance des agriculteurs»

D’après les explications de Mediane, l’Istiqlal – via sa proposition – tente de «ressusciter» une loi qui existait à l'époque coloniale quand la culture du kif était tolérée avant d’être criminalisée après l'indépendance du Maroc en 1956. Le député a, en outre, souligné que ce projet de loi vise également à «mettre fin aux souffrances des agriculteurs» consacrés à la culture de cette plante, puisque la grande majorité d'entre eux sont, au moins théoriquement, «recherchés» par la police.

Seules 5 régions seraient concernées 

Toutefois cette légalisation, estime le parti de la balance, ne devrait pas s’étendre sur tout le territoire national. Le projet de loi propose que seules Al Hoceima, Chefchaouen, Ouezzane, Tétouan et Taounate - les régions du pays qui disposent des plus grandes surfaces cultivées de cannabis au monde – soient concernées.

Par ailleurs, le projet de loi prévoit également la création de coopératives agricoles de cannabis et d’une agence nationale comme seule autorité compétente pour superviser la culture, la production et la commercialisation de cette plante. Le texte prévoit en plus des sanctions pour toute production illicite de cannabis pour des fins autres que thérapeutiques ou industrielles. A noter que d’après la proposition de loi de l’Istiqlal, une agence relevant de l’Etat devra se charger du contrôle de l’exploitation de cette plante, sa commercialisation et son usage final.

Objet de multiples réflexions

Décidément, la légalisation du kif semble être l’objet de nombreuses réflexions. C’est la deuxième fois en à peine un mois que le sujet du cannabis est sérieusement abordé au Parlement. Il y a trois semaines déjà, un débat y a été organisé à l'initiative du PAM (Parti authenticité et modernité) qui défend la légalisation du cannabis à usage thérapeutique pour en faire une locomotive pour l'économie. Le parti du tracteur envisageait même une proposition de loi d’ici mars 2014, mais l’Istiqlal vient de lui emboiter le pas.

Quoi qu'il en soit, les bénéfices d'une légalisation du cannabis pour le Maroc sont désormais défendus par un grand nombre, même au sein de la société civile. En mai dernier en effet, un groupe d’associations marocaines proposait au Parlement de légaliser le kif, mettant en avant les retombées lucratives que cela aurait sur l’économie nationale, au moment où les trafiquants à travers le monde se «sucrent» grâce au cannabis marocain.

Mais le sujet est tellement sensible que des fausses rumeurs ont récemment voulu faire croire qu'un organisme de l'ONU aurait mis l'Etat chérifien en garde contre l'adoption d'une loi favorable au cannabis, alors qu'il n'en est rien. Maintenant que la Parlement a sur la table une proposition concrète, il ne reste plus qu'à l'étudier. Si jamais le Maroc autorise le cannabis, il serait le deuxième au monde après l'Uruguay. Mais Reste à savoir combien de temps faudra-t-il encore pour y parvenir.

Polticiens irresponsables
Auteur : Hamza
Date : le 25 décembre 2013 à 15h09
Les politiciens marocains sont irresponsables.
La jeunesse, surtout les mineurs sront exposés à ce fléau.
Le Maroc n'a pas mis en place les mesures de préventions ( couteuses ) pour empêcher les jeunes de tomber dans l'addiction.
Toutes les expériences européennes qui ont libéralisé et rendu licite la consommation de hachich sont une catastrophe, certains ont fait marche arrière.

Ce députés semblent mélanger l'utilisation thérapeutique du cannabis et ses extraits qui se fait dans un cadre très contrôlé en europe , et la libéralisation de sa commercialisation auprès de la population.

Le Maroc souffre du fléau du tabagisme , de l'alcool et ces messieurs veulent libéraliser la consommation du cannabis . Bravo messieurs les génies. Vos enfants bourgeois seront loin de ce fléau car tout sera mis en œuvre pour e leur éviter, où s'ils tombent malencontreusement dans l'addiction vous pourrez leur payer les soins pour les en faire sortir. mais les enfants du peuple? qu'allez vous leur proposer? la décadence et la déchéance?
HASSAN 2
Auteur : le diable
Date : le 25 décembre 2013 à 10h56
LA NOUVELLE VIENT DE TOMBER !!!!!! HASSAN 2 EST LE FILS DU PACHA DE MARRAKECH EL GLAOUI !!!!!
C EST OFFICIEL ! WWW.RADIOISLAM.COM
cannabis
Auteur : le diable
Date : le 25 décembre 2013 à 10h45
il n en sera rien puisque c est le palais qui est le SEUL beneficiaire !!!!
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com