Menu

Interview

Interview Saïd Naciri: «Je veux faire connaître l’humour marocain»

Après Nass El Ghiwane, Saïd Naciri. L’humoriste bien de chez nous se produira à l’Olympia le 4 juin, pour le plus grand plaisir des zygomatiques marocaines à Paris. Non sans simplicité, l’artiste donne à Yabiladi un avant goût de son spectacle «100% Marocain». Au menu, un humour maroco-marocain, à la Saïd Naciri.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

-Yabiladi : Pourquoi cette tournée auprès des MRE?
-Saïd Naciri
: La première raison est de voir mes frères marocains à l’étranger et de leur permettre d’assister au spectacle, il n y a pas de raison qu’ils en soient privés. Mon but est de garder ce pont avec les nouvelles générations qui ne me connaissent qu’à travers la télévision. Ici, on ne reçoit que le «chaâbi», les plus jeunes n’ont qu’une vision partielle de la culture marocaine. En ce qui me concerne, je ne suis pas un «produit» français, comme Gad ou Jamel. Ce qu’ils font est inspiré par la réalité de la société française, moi je veux traduire la réalité de la société marocaine.
La seconde raison est que je veux faire connaître l’humour marocain, le faire découvrir à d’autres populations. Je veux qu’un jour un Français ou un Belge, en lisant un sous-titrage de mes sketchs, prenne connaissance du rire marocain, comme le font les Américains ou les Anglais.

-Pourquoi l’Olympia?
-L’Olympia n’est pas réservé aux artistes français, c’est un lieu de rencontre entre des gens venus du monde entier. Les maisons de production ont toujours choisi ce lieu pour s’adresser à un public large. L’Olympia est un défi, nous avons l’habitude de nous retrouver entre nous dans des «hangars», ce n’est pas digne de notre culture. Elle mérite qu’on se retrouve en plein Paris avec d’autres cultures. Je voulais montrer que le marocain est capable de venir à un spectacle 100% marocain à l’Olympia. Après ce spectacle, nous envisageons l’Opéra avec les ténors de la musique andalouse pour l’année prochaine. Le but est d’exporter le produit culturel marocain. Soyons fiers de ce que nous sommes et ouverts aux autres.

-Avez-vous des blagues spécifiques pour ce public?
-Oui, il y a des petites choses comme par exemple le retour des marocains l’été, ces bagages qu’on trouve partout…Ils les amènent par générosité, c’est des choses qu’ils donnent en général. J’en parle dans le spectacle et d’ailleurs je dis que la bâche bleue et la roue de secours au dessus est un signe de ralliement vers le sud. Je parle de tout cela de manière positive. Le fait que certaines familles continuent à amener du thé, du café, etc. alors que le marché marocain regorge de produits de toute sortes, c’est un peu comme les pèlerins qui ne peuvent revenir sans «elbarouk».

Il y a aussi les tracasseries qu’affrontent les Marocains de retour au Maroc pour un mois de vacances, et qui se retrouvent à passer la moitié de leur congé dans les administrations… A croire qu’ils doivent subir en accéléré ce que les autres marocains subissent tout au long de l’année.

-Le statut de l’artiste marocain a-t-il évolué?
-Oui, il y a un changement, c’est long mais c’est mieux qu’avant. Nous avons maintenant la couverture sociale, nos enfants sont à «l’abri». Nous sommes en négociation avec le gouvernement pour la retraite des artistes, cela va se concrétiser dans les deux années à venir. L’artiste est de plus en plus considéré. Mais la seule reconnaissance qui compte vraiment pour moi est celle du public.




One man show à l'Olympia

Date : Lundi 4 Juin 2007 à 20h
Prix : 15 €
>> Achetez en ligne sur le site de l'Olympia

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com