En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Archive Histoire   Publié

L'histoire mouvementée du parlement marocain

C’est en 1908 que des notables remettent au sultan Moulay Abd al-Hafid un mémorandum de réformes politiques, instaurant un parlement. Le 12 août 1956, le roi Mohammed V inaugurait une session du Conseil national consultatif, un organisme dont les membres étaient désignés et non élus. Les urnes n’entrent en jeu qu’en 1963. Depuis le parlement a tangué au grès des aléas de la politique avec parfois des phases de suspensions. Récit.

DR

Le 25 novembre 2013, à l'occasion des 50 ans du parlement marocain, un colloque avait été organisé sous le thème : «50 ans de travail parlementaire au Maroc et développement de l'action parlementaire dans le monde».  Mais la vie parlementaire au Maroc n’a pas été un long fleuve tranquille, elle est jalonnée de moments très critiques, de phases d’interruption où le jeu démocratique a été totalement suspendu, de prolongation de législatures à cause du Sahara et enfin de résurrection contrôlée.

La première expérience parlementaire commence en 1956

Contrairement à la version officielle, le premier apprentissage de la chose parlementaire au Maroc date de 1956 par la création du Conseil National consultatif. Le 12 août de la même année, le roi Mohammed V préside la cérémonie d’ouverture. Une expérience dissoute en avril 1958. Ses membres n’étaient pas élus au suffrage universel ou indirect mais désignés. Des figures de proue du mouvement nationaliste siégeaient au sein du CNC et Mehdi Ben Barka avait même été élu à la présidence.

La composition de ce Conseil se voulait assez représentative des différents courants politiques. Le parti de l’Istiqlal -avant la scission des amis d’Abdellah Ibrahim, Mehdi Ben Barka, Mohamed Basri (alias Lafqih) et Abderrahman El Youssoufi en 1959 pour fonder l'Union des Forces nationalistes populaires (UNFP)- avait 10 sièges ; 6 pour le parti de la Choura et de l’Istiqlal ; 6 personnalités sans aucune appartenance politique ;  37 du monde du travail et de l’économie dont 10 de l’UMT (Union marocain du travail, le premier syndicat au Maroc) ; 18 pour les propriétaires agricoles ; 9 pour les commerçants et les industriels ; et 17 représentants des avocats, médecins, pharmaciens, des oulémas et un rabbin de la communauté juive (Shlomo Ben Sebbat, ndlr).

Phases d’interruption : l'état d'exception de 1965 et les deux tentatives de putsch

Avec l’accession au trône du roi Hassan II, le royaume se dote en 1962 de sa première constitution, adoptée par voie référendaire et accordant de larges prérogatives à la monarchie. Une année plus tard, précisément le 17 mai 1963, les Marocains sont appelés, encore une fois, aux urnes pour élire un parlement. Et l’issue du scrutin fut une réelle surprise. C’est une nouvelle formation fraichement créée qui est arrivée en tête : le FDIC (Front de défense des institutions constitutionnelles, présidée par Réda Guedira, très proche de Hassan II) qui arrache 69 sièges, 41 pour l’Istiqlal et 28 pour l’UNFP et 6 aux SAP.

La vie parlementaire au Maroc n’a pas été épargnée par les aléas de la politique. Avec la déclaration de l’Etat d’exception en 1965, elle marque une pause qui s'est transformée en une hibernation de cinq ans. En 1970, une nouvelle loi fondamentale voit le jour et comme en 1962, elle est suivie immédiatement par des élections générales. Là aussi, cette expérience ne fera pas long feu en raison des deux tentatives de coups d’Etat de 1971 et 1972.

Le Sahara prolonge le mandat des députés

Il a fallu attendre la Marche verte et la réconciliation entre la monarchie et les socialistes de l’USFP pour que le parlement reprenne ses activités lors des législatives de 1977. Depuis, il n’y a plus eu d’interruption mais des prolongements des mandats des députés, comme ce fut le cas lors de la quatrième législature (1984-1992) à cause du dossier du Sahara.

A l’époque Hassan II était optimiste en une solution pacifique au conflit, sachant qu’en 1988 Rabat et Alger mettaient un terme à une longue période de rupture de leurs relations diplomatiques. Une année plus tard, c’est la création à Marrakech de l’Union du Maghreb arabe. Tous les rêves étaient donc permis. C’est dans ce contexte que le roi Hassan II avait appelé, en 1990, à l’organisation d’un referendum prorogeant le mandat des députés pour deux années supplémentaires.

En 1997 retour au bicaméralisme

Avec le rapprochement entre Hassan II et l’USFP, lequel donnera naissance au gouvernement d’alternance en 1998, le bicaméralisme renaitra. Sous l’impulsion de Driss Basri, la constitution de 1996 instaure ce régime. Une idée pour compenser la perte de l’élection indirecte du tiers des membres de la Chambre des représentants.

Baptisée Chambre des conseillers, elle était doté de pouvoirs équivalent à celle des députés. Un frein pour couper l’élan de l’opposition, notamment l’USFP de Abderrahman El Youssoufi, que Hassan II voulait placer au siège de la primature. Cette anomalie à la marocaine a été corrigée avec la constitution du 1er juillet 2011. La 2ème Chambre a été déplumée de bon nombre de ses prérogatives et ses membres ont été réduits à 120 contre 270 auparavant.

A l’exception de l’expérience du Conseil national consultatif, tous les parlements qui l’ont suivi étaient contrôlés de bout en bout. Le bourrage des urnes était régulièrement dénoncée par les partis d'opposition. Une pratique qui n’a cessé que ces dernières années, cédant la place à l’achat des voix, encouragée par les taux élevés d’abstention.

4 commentaires
Ploutocratie alife
Auteur : Krim
Date : le 26 novembre 2013 à 09h09
Les ingrédients qui permettent á la Ploutocratie de survivre au Maroc sont multiples. D´abords la culture d´ un obscurantisme religieux digne de ``aasr Ataoutem". Cette obscurantisme a une fonction de laisser un peuple naif, ignorant, abaiti et sans aucun ésprit critique. Ce système politique est encadré, protégé par les anciens colons et d´autres forces qui intérferent d´une manière colossale. La minorité des Marocains qui ont pu se libérer et qui ont compris les crimes qui continuent á garder les Marocains comme ôtages se font réprimer par les forces du Makhzen á l´interieur ou qui se font éliminer á l´exterieur avec l´aide des protecteurs comme le cas de Mehdi Ben Barka.
Ce parlement est un maquiage pour décorer une vitrine soit disant démocratique. c´est triste de voir plus que 30 millions d´habitants qui se font arnaquer et qu´on se foute de leurs geules et ceci dure plus que 50 ans.
Benkirene et ses amis ne font pas exception. Le pire qu´il est encore plus populiste que les précedents et d´une incompétence qui bat les records des premier ministres du monde.
Est ce le port de JELLABA blanche ou pas est OBLIGATOIRE?
Auteur : Winakh_Tinakh
Date : le 25 novembre 2013 à 23h12
@Po...Merci pour la lecon d'histoire. Les marocains sont conscient du fait que le palais et son entourage parfois actent comme si SIBA. Mais pour l'instant, etant donne ce qui se passe ailleurs, on aime le status quo. Cela dit
@po... et compagnie SVP epargnez moi les lecons d'histoire et dites moi:
1- Est ce que SIBA qu'a connu le Maroc il y a longtemps, n'est pas presque la meme chose que l'Algerie a connu durant les annees 80. Hint La junte
2- Pourqoui KHENFR......

QUE DIEU PROTEGE LABLADE-TAMAZIGHTE
50 ans pour rien
Auteur : Nghanagh
Date : le 25 novembre 2013 à 22h38
50 ans de corruption, 50 ans de vole, 50 ans de rente à vie pour des milliers de parlementaires, bref 50 ans de honte !
Non:Non rien a changé,Tout,Tout a continué Hé!!Hé!!Hé!!Hé!!!
Auteur : pouic2011
Date : le 25 novembre 2013 à 18h12
Un peu d'histoire du Maroc et du présent 2013 : Bien avant le protectorat en 1912 et sous le Sulan Moulay ABEL-HAFID,deux situations coexistaient au Maroc sous "Bled Siba" et "Bled Al Makhzen" et empêchaient le développement d'une classe dirigeante et c'est pour cela que le Sultan; pour sa protection a fait appel AU PROTECTORAT,protéger Al Makhzen.

Les Notables faisant partis de la classe dirigeante del makhzen étaient composés des familles bourgeoises descendant d'émigrés Andalous qui à Fez,Tetouan,Meknès,salé,Rabat se consacraient à l'artisanat et au commerce,ces notables étaient aussi les principaux dépositaires de la culture Islamo-Andalouse et commercialisaient les produits importés à l'intérieur du pays.

Le Makhzen composé de princes et moins bourgeois que les Islamo-Andalous vivaient à l'écart de la population citadine et pour accéder à une certaine notoriété au sein de ce groupe,il fallait appartenir à une famille ayant occupé pendant plusieurs générations des emplois del Makhzen.Mais la faveur de ces princes pouvait là aussi élever rapidement aux plus hauts postes des individus qui,du fait de leur origine médiocre,n'étaient pas en mesure de constituer un jour une menace QUELCONQUE....

Le Maroc d'avant 1912 ne disposait ni d'un État et ni d'une classe dirigeante structurés.Il etait probable que si nous avions des mouvements bien structurés comme "La Jeunesse Turque",LA MONARCHIE N'AURAIT JAMAIS EXISTÉE ET AL MAKHZEN AURAIT DISPARARU DU MAROC.
Et maintenant au XXI ème siècle nous sommes dans une PLOUTOCRATIE "POUVOIR ET ARGENT" ET NON UNE MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE.

NON,NON RIEN A CHANGÉ,TOUT,TOUT A CONTINUÉ
Hé!!!Hé!!!!Hé!!!Hé!!!

Le Sultan Mohamed VI est entouré,règne et gouverne avec ces mêmes Notables"ploutocrates" qu'en 1908,pas les mêmes personnalités mais les mêmes origines.....
MA DOuMTA FEL MAGHREB FA LA TASTAGHREB!!!!!
Dernière modification le 25/11/2013 18:56
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com