Menu

Economie Publié

Espagne : Seuls 2000 saisonniers marocains iront à Huelva pour la récolte des fraises

Après une forte réduction du nombre de saisonniers marocains pour la campagne agricole 2012, suivie d’une autre en 2013, la Commission espagnole des flux migratoires de Huelva a encore décidé hier de réduire leur nombre pour la prochaine récolte de fraises. Ainsi, ils ne seront que 2 000 travailleurs marocains dans les champs de la région andalouse. Une baisse qui s’explique par le chômage très élevé en Espagne et le contexte économique encore incertain.

Temps de lecture: 2'
DR

En période de crise, pas de grâce. La commission des flux migratoires de Huelva n’y est pas allée par quatre chemins. Elle a procédé à une réduction supplémentaire du nombre de travailleurs saisonniers marocains dans les plantations de fraises, d’après Andalucia Informacion. Ils ne seront ainsi que 2 000 ouvriers agricoles marocains à pouvoir faire la récolte, précise la même source. Cette décision survient après d’autres réductions déjà effectuées en 2012 et 2013.

Selon la commission, ce nouveau quota, utilisé dans les moments de besoin, sera composé de marocains qui ont déjà travaillé plus de deux ans en tant que saisonnier à Huelva et qui ont respecté leur engagement à retourner dans leur pays d’origine. La réduction du nombre est en tout cas un énième coup dur pour des centaines de marocains, une majorité de femmes, qui profitent de la campagne agricole en Espagne pour se faire des revenus non négligeables.

Priorité aux travailleurs locaux

Avec la crise qui secoue encore l’Espagne, les travailleurs étrangers en paient difficilement les frais notamment dans le domaine agricole. La Commission est on ne plus «ferme» dans sa décision : «l'accord conclu  par le comité témoigne de l'engagement fort et déterminé à donner la priorité des travailleurs locaux dans un effort commun de tous à réduire le taux de chômage dans la province», lance-t-elle.  

«Dans la province qui compte 61 106 chômeurs inscrits, il est essentiel de faciliter et de promouvoir l'embauche de la main d’œuvre locale pour la saison», a indiqué Enrique Perez Viguera, député du gouvernement à Huelva. Perez Viguera a également rappelé qu'il ya seulement cinq ans, lors de la saison 2007-2008 près de 40 500 ouvriers avaient été embauchés.

Baisse considérable depuis 2011

Le représentant du gouvernement espagnol dans la province a salué le travail de la municipalité qui s’est démenée pour insérer dans le secteur agricole «des centaines de travailleurs au chômage disposés à rejoindre les champs et ainsi limiter les effets de la crise économique».

Toutefois, du côté marocain, c’est encore des emplois temporaires rentables qui disparaissent. Pour preuve, en 2011, ils étaient précisément 6 143 saisonniers marocains pour la campagne agricole. Un chiffre qui sera rabaissé drastiquement de 60% un an plus tard avec seulement 2 547 saisonniers. Cette année, ils étaient 2 185. Pourtant, d’après les estimations 75 000 ouvriers agricoles devraient être de la campagne 2014, les saisonniers marocains devraient représenter donc moins de 3% du total.

Travail tros dur pour les espagnles
Auteur : MOROCCAN 68
Date : le 26 août 2014 à 19h45
@ angelo :

Il embouche 2000 marocains , car les espagnole ne veulent pas d'un travail très dur et surtout mal payé .
Si non , les moros restent chez eux :

Moro en Espagne est un nom péjoratif ; en réalité moro = vient du mora-bitones , mo-ahidounes , moro-cco , mora-kech .
la Crisis ! ! !
Auteur : angelo
Date : le 24 octobre 2013 à 23h11
Salam, en Espagne, cet la Crisisi et il embauche 2000 Marocains , sachant que dans leur seule région, ils ont 61 106 chômeurs...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com