Menu

Média Publié

Liberté de presse : RSF classe le Maroc 136ème, l’Afghanistan fait mieux

RSF vient de classer  le Maroc à la 136ème place de son baromètre de la liberté de presse dans le monde. L’année prochaine, à moins d’une réforme du champ médiatique, le classement sera pire que celui de 2013. Les Affaires des journalistes Ali Anouzla et Mustapha Hasnaoui, poursuivis pour terrorisme, en seront les principales causes.

Temps de lecture: 2'
DR

Le classement annuel de RSF de la liberté de presse dans le monde vient de tomber. Le Maroc y améliore sa position par rapport à l’édition précédente, il fait un minuscule bond de deux petites places, se situant  au 136ème rang. Dans l’ensemble, et sans trop rentrer dans les critères propres à RSF, ce n’est guère un résultat reluisant ou qui mérite d’être loué par le gouvernement Benkirane. En effet, l’Afghanistan fait mieux que le royaume, le pays de Hamed Karazai est 128ème, gagnant en une année 22 places. «L’absence de journalistes emprisonnés explique cette hausse», lit-on dans le document RSF. A bon entendeur salut.

Les arrestations des journalistes Anouzla et Hasnaoui dans le rapport 2014

Le travail de Reporters sans frontières couvre la période 2012, une année où l’équipe Benkirane a tenté de donner d’elle une image d’ «ouverture» aux critiques de la presse. En 2014, les détentions d’Ali Anouzla et Mustapha Hasnaoui pour terrorisme plomberont, à coup sûr, le classement du Maroc.

Le rapport du RSF est, d’ailleurs, conscient de ces facteurs. Ce qui explique son appel au cabinet dirigé par le secrétaire général du PJD en vue d’accélérer les réformes du champ médiatique, comme annoncé dans le programme de Benkirane I. RSF rappelle les promesses, non tenue, de «la dépénalisation des délits de presse» qui « tardent à se concrétiser». Et pointe du doigt «l’arbitraire et l’absence de transparence sont souvent de mise dans les prises de décision, notamment dans l’octroi et le retrait des accréditations», une allusion plus que transparente au cas Omar Brouksy, journaliste à l’AFP.

Non loin du Maroc, force est de constater que la parenthèse du «Printemps arabe» est terminée. Les révolutions en Tunisie, Libye et en Egypte n’ont plus la cote. «Certains nouveaux gouvernements engendrés par ces mouvements, dont les revendications et les aspirations à davantage de libertés avaient été largement relayées par les journalistes et les net-citoyens, se retournent contre ces derniers», déplore RSF dans son rapport.

...
Auteur : dzkiller
Date : le 19 octobre 2013 à 16h31
charmeur : encore une fois vous ne comprenez mon message !

il n'y a aucune fierté d’être devant vous seulement de la satisfaction ! apparemment vous avez un problème avec un ce mot ? lol

les comparaisons avec les pays voisins sont faites que quand cela vous arrange !

c'est tout simplement pitoyable !
@ulyss72
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 19 octobre 2013 à 13h57
Après le rapport de " HUMAN RIGHTS WATCH " du mois d'octobre 2013 sur la répression en Algérie et l'affaire de Abdelghani ALAOUI, le bloggeur algérien qui est menacé de 10 ans de prison parce qu'il est contre la candidature de Bouteflika pour un 4éme Mandat, je ne vois pas en quoi vous êtes mieux classé que le Maroc.
dzkillé
Auteur : hyayna
Date : le 19 octobre 2013 à 12h46
ton pays est bien le pire au maghreb en droit de journalisme a tu oublier le pauvre journaliste qui a osé dire que bouteclika etais malade
RSF de MENARD le fachiste
Auteur : MAKHZEN-MAN
Date : le 19 octobre 2013 à 02h44
RSF devrait être dissout aprés le ralliement de son ex-pr"sident Robert Menard au Front de la honte de Marine LePen.Ses rapports et classementsn'ont aucune credibilité.
@dzkiller
Auteur : charmeur de serpent
Date : le 19 octobre 2013 à 01h02
Voici un rapport de " HUMAN RIGHTS WATCH " qui date du mois d'octobre 2013.

http://www.hrw.org/fr/news/2013/10/06/algerie-les-syndicats-independants-victimes-de-repression

D'après ce rapport, notre voisin de l'Est n'a pas de quoi être fier.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com